Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Affinerie, haut fourneau, puis scierie, puis usine de pâtes alimentaires dite S.A. des Pâtes Alimentaires les Trois Epis, puis laiterie industrielle Leloup, puis ferme, actuellement maisons d'habitation

Dossier IA52070297 inclus dans Généralités réalisé en 1989

Fiche

Appellations dite usine de pâtes alimentaires S.A. des Pâtes Alimentaires les Trois Epis, puis laiterie industrielle Leloup
Destinations ferme, maison
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, logement patronal, logement d'ouvriers, bâtiment d'eau, pièce de stockage du combustible, transformateur, jardin potager
Dénominations affinerie, haut fourneau, scierie, usine de pâtes alimentaires, laiterie industrielle
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Chaumont 1
Hydrographies Marne la
Adresse Commune : Brethenay
Lieu-dit : sous le Coteau de la Perrière
Cadastre : 1826 A 1062 ; 1934 A 700, 701

Affinerie à un seul feu établie vers 1822 ; haut fourneau construit vers 1830. Richard est propriétaire de l'usine jusqu'en 1850. Le haut fourneau s'éteint vers 1865. Lors de la création du canal de la Marne (1882, 1884), les bâtiments abritent une scierie. En 1923, une fabrique de pâtes alimentaires, ainsi qu'une laiterie industrielle en 1970, s'y installent. Cessation d'activité en 1978 ; établissement apparaissant converti en ferme en 1989 (enquête initiale). En 2013 (complément d'enquête), tous les bâtiments, hormis l'ancienne pièce de stockage du charbon (F), se trouvent restaurés en maisons d'habitation. Affinerie et haut fourneau fonctionnent au charbon de bois ; en 1829, l'affinerie produit 150 tonnes de fer. En 1836, l'usine utilise une turbine hydraulique de 25 chevaux, un transformateur à haute tension de 35 chevaux, 11 séchoirs pour pâtes. Présence d'une turbine hydraulique signalée en 1989. 1834 : 13 ouvriers ; 1847 : 9 ouvriers.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

Site industriel desservi par voie particulière. Description en 1989 : Atelier de fabrication (A) un étage de comble : ancien hangar transformé en fabrique de pâtes puis en chambres froides ; atelier de fabrication (B) en rez-de-chaussée, briques creuses, pans de bois : bâti ou remanié à la suite de la création du canal ; logement patronal (D) un étage de comble, demi-croupe : restauré. En 2013, site se trouvant en vis-à-vis de l'écluse n° 27 du Canal entre Champagne et Bourgogne.

Murs pierre
brique creuse
moellon
moellon sans chaîne en pierre de taille
pan de bois
Toit tuile mécanique, ciment amiante en couverture
Étages en rez-de-chaussée, étage de comble
Couvrements charpente en bois apparente
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
demi-croupe
Énergies énergie hydraulique
énergie électrique
turbine hydraulique
Typologies rectangulaire, arc plein-cintre
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Annexes

  • HISTORIQUE

    24 février : Autorisation de la forge par ordonnance royale. Elle appartient à Mengin de Fondragon qui transfère son usine de Lanques-sur-Rognon à Brethenay. L'usine est composée d'un foyer d'affinerie, d'un marteau et de deux roues hydrauliques.

    1829 : L'affinerie produit 150 tonnes de fer en barres.

    1830 : Richard est autorisé à construire un haut-fourneau.

    1834 : Richard, propriétaire-exploitant de la forge de Brethenay alors composée d'un haut-fourneau au charbon de bois, d'un foyer d'affinerie au charbon de bois, d'un patouillet, de cinq roues à aubes, force 21. 13 ouvriers sont employés.

    1836 : Richard est toujours maître de forge.

    1845 : L'usine est louée à MM. Couvreux, Landet et Cie jusqu'en 1853.

    1847 : Le fourneau a chômé pendant plus de la moité de l'année. Bougueret et Couvreux emploient 9 hommes.

    16 octobre 1850 : Melle Richard apporte en dot à son époux Wissermans, fils de professeur, l'usine de Bréthenay composée comme suit : un haut-fourneau à fondre le fer, un feu de forge, patouillet, glissoir, parc à mines, halle à charbon, bâtiments distribués en logements de maître, de commis et d'ouvrier, écuries, remises, toit à porcs, jardins, terres labourables, prés en friche.

    1858 : Richier et Hutinel exploitent l'usine.

    Vers 1865 : D'après Béguinot, le haut-fourneau s'éteint à cette époque.

    1882 : Une partie de la forge est expropriée pour construire le canal.

    1884 : Frison est propriétaire du site. Il a installé une scierie. Frison père décède ; Frison fils poursuit l'exploitation.

    1893 : Frison vend la scierie à Vaudin, industriel de Bologne. L'usine n'utilise alors qu'un moteur hydraulique.

    1918 : Roux vend la scierie.

    1923 : Constitution de la ''S.A. des pâtes alimentaires les trois épis''. L'apport immobilier de M. Roux consiste en un bâtiment dans lequel existait une scierie ; un autre bâtiment à la suite, à droite, comprenant un petit atelier ; un hall à gauche de ces bâtiments ; d'autres bâtiments en face formant dépendance, une halle en retour ; un jardin potager derrière ces derniers bâtiments.

    1936 : Faillite de la société ''Les trois épis''. Vente aux enchères. Les machines vendues sont : une turbine hydraulique de 25 chevaux, un transformateur à haute-tension d'une force de 35 chevaux, 11 séchoirs complets pour pâtes longues et courtes. Un dénommé Blazy achète et poursuit l'affaire.

    1970 : La laiterie industrielle Leloup s'installe sur le site.

    1978 : Faillite de la laiterie industrielle Leloup. L'usine fait office de ferme depuis cette date.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Marne. Annuaire de la Haute-Marne. 1859-1860.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes
  • AD Haute-Marne : 209 M9. Industrie. Statistique industrielle. 1825, 1828, 1834.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 209 M9
  • AD Haute-Marne : 226M 6. Etat des usines, manufactures, fabriques, etc., ainsi que du personnel employé. 1893.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 226M 6
  • AD Haute-Marne : P 254. Valeur locative des maisons et usines. 1838-1847.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : P 254
  • AD Haute-Marne : Série Q. Hypothèques. Vol. 127, art. 9 ; vol. 917, art. 73 ; vol. 1420, art. 33.

    Vol. 127, art. 9 ; vol. 917, art. 73 ; vol. 1420, art. 33 Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : Série Q
  • AD Haute-Marne : 130S 34. Bréthenay. Moulins et usines.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 130S 34
  • Archives du Service des hypothèques de Chaumont. Vol. 1764, art. 26.

    Vol. 1764, art. 26 Centre des finances publiques de Chaumont
  • AN : F14 4392. Moulins et usines.

    Archives nationales : F14 4392
  • Archives privées. Acte de vente de 1978.

Bibliographie
  • BEGUINOT, Pierre. Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer. Chaumont, 1979. 293 [263] pages.

    p. 94-95