Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Affinerie, puis haut fourneau, actuellement maison

Dossier IA52070282 inclus dans Généralités réalisé en 1989

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées logement patronal, pièce de stockage du combustible, logement d'ouvriers, bâtiment d'eau, hangar industriel, conciergerie
Dénominations affinerie, haut fourneau
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Joinville
Hydrographies Blaiseron le
Adresse Commune : Charmes-en-l'Angle
Cadastre : 1834 B 44 à 74 ; 1986 B 14, 98, 99, ZC 7 à 9

Etablissement mentionné en 1576 ; vendu comme bien national en 1791. Vers 1838, les feux d'affinerie sont remplacés par un second haut fourneau. Construction du logement patronal pendant la Monarchie de Juillet ; cessation de la production métallurgique dans les années 1880. Le haut fourneau installé vers 1838 fonctionne à l'air chaud et avec une soufflerie à pistons ; en 1865, les deux hauts fourneaux utilisent un mélange de charbon de bois et de coke : deux machines à vapeur de 25 CV renforcent l'action des roues hydrauliques. En 1820, l'usine emploie 21 ouvriers, en 1827 : 20 ouvriers, en 1834 : 30 ouvriers et en 1839 : 40 hommes et 10 enfants.

Période(s) Principale : 2e moitié 16e siècle , (?)
Principale : 2e quart 19e siècle

Site industriel desservi par voie particulière. Logement patronal (A) : étage de soubassement, un étage carré, un étage de comble. En 2013 (complément d'enquête) : site inchangé.

Murs pierre
brique
enduit
pierre de taille
moellon
Toit ardoise, tuile mécanique
Étages étage de soubassement, 1 étage carré, étage de comble
Couvrements charpente en bois apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier symétrique, en maçonnerie
Énergies énergie hydraulique
Typologies rectangulaire, arc segmentaire
États conservations vestiges, établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • HISTORIQUE

    1576 : Henri de Lorraine, duc de Guise, donne au roi "une grosse forge et un fourneau à fondre et forger fer, les marteleries et affineries, la grange à mettre le charbon (...)".

    1772 : L'usine est la propriété du Duc d'Orléans.

    2 août 1791 : Pierre-Henri Bourlon achète les forges de Charmes-en-l'Angle.

    An II : Réquisition d'ouvriers des forges de Charmes-en-l'Angle.

    An III : La forge est employée pour la fabrication d'obus : elle est composée "d'un haut-fourneau, de deux affineries et d'un marteau". Elle produit de 135 à 140 mille de fontes en gueuse par mois.

    1820 : La forge se compose d'un haut-fourneau et deux feux de renardière ; elle produit 600 000 en fonte et 400 000 en fer (AD Haute-Marne : 130S 36). D'après Béguinot, elle produit 350 tonnes de fonte et 230 tonnes de fer, emploie 1000 tonnes de minerai lavé et 850 tonnes de charbon de bois, 21 ouvriers dans l'usine même, 8 minerons, 60 forestiers et 24 voituriers.

    1827 : L'usine se compose de deux affineries avec soufflets à liteaux et marteaux mus par l'eau, et d'un haut-fourneau ; 20 ouvriers sont employés à l'usine : 7 pour le haut-fourneau, 13 pour les affineries (8 forgerons, 4 goujats, 1 ouvrier).

    1828 : Prosper Bourlon est maître de forges.

    1834 : Bourlon est propriétaire et Viry est fermier de la forge. 30 ouvriers sont employés.

    1838 : M. Bourlon obtient l'autorisation de remplacer les deux feux d'affinerie par un second haut-fourneau à air chaud et soufflerie à pistons.

    1839 : Production de fonte moulée : 782 tonnes. L'usine, exploitée par M. Viry, emploie 40 hommes et 10 enfants.

    1846 : Prosper Bourlon est toujours maître de Forges.

    1865 : Les deux hauts-fourneaux utilisent un mélange de charbon de bois et de coke ; deux machines à vapeur de 25 CV renforcent l'action des deux roues hydrauliques.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Marne : Série J (Fonds de la Société d'Histoire, d'Archéologie et des Beaux-arts de Chaumont), 3J 94.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 3J 94
  • AD Haute-Marne : L 365 [355]. Etat des ouvriers de la première réquisition travaillant dans les manufactures et usines de la République. An II-An IV [An III].

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : L 365 [355]
  • AD Haute-Marne : 209 M9. Industrie. Statistique industrielle. 1825, 1828, 1834.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 209 M9
  • AD Haute-Marne : 209M 10. Statistique industrielle. Renseignements. Correspondance. 1839-1848.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 209M 10
  • AD Haute-Marne : 210M 2. Rapports sur la situation industrielle et commerciale du département. 1850-1870 [1880].

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 210M 2
  • AD Haute-Marne : 269M 1. Statistique industrielle. Renseignements. Correspondance. 1824-1862.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 269M 1
  • AD Haute-Marne : 130S 46. Charmes-en-l'Angle [Chancenay]. Moulins et usines.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 130S 46
Bibliographie
  • BEGUINOT, Pierre. Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer. Chaumont, 1979. 293 [263] pages.

    p. 206-207