Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ardoisière du Moulin Sainte-Anne

Dossier IA08000409 inclus dans Ensemble d'industrie extractive des ardoisières de Fumay réalisé en 2007

Fiche

Appellations Ardoisière du Moulin Sainte-Anne
Parties constituantes non étudiées tour d'extraction, excavation
Dénominations ardoisière
Aire d'étude et canton Ardennes - Revin
Hydrographies Alyse l'
Adresse Commune : Fumay
Lieu-dit : Moulin Sainte-Anne
Cadastre : 1982 AP 246, 247

L'ardoisière du Moulin Sainte-Anne est la plus ancienne et la plus importante exploitation du bassin de Fumay. Mentionnée en 1222 son ouverture semble antérieure et remonter au 12e siècle. L'extraction dans les scailles (ardoises) rouges de Divermonts a pu se maintenir pendant la Révolution et l'Empire et perdure au-delà des deux conflits mondiaux. Elle reste la seule ardoisière en activité à Fumay au début du 19e siècle avec 369 ouvriers (dont beaucoup en provenance de Belgique) pour une production de 38 millions d'ardoises entre 1831 et 1832. Le site exporte alors principalement vers la Grande-Bretagne. Des scies circulaires sont installées en 1874 et de nouveaux moteurs pour équiper les pompes en 1876. Près de 400 ouvriers y travaillaient au milieu du 19e siècle et encore 217 en 1929. L'exploitation de l'ardoisière du Moulin Sainte-Anne cesse définitivement en 1934.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 19e siècle

Les galeries s'étendent au début du 20e siècle sur plus de 300 m de profondeur sous la Meuse et vers le sud. Le bâtiment en moellons de schiste et brique encore subsistant, édifié au sommet de la roche du Moulin Sainte-Anne, est construit au 19e siècle. Il abritait le treuil de descente et remontée de l'ardoise sur deux longs rails. Les installations implantées en contrebas ont été détruites.

Murs schiste
brique
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à deux pans
Énergies énergie électrique
achetée
États conservations établissement industriel désaffecté, vestiges

Les anciens bureaux de l'ardoisière du Moulin Sainte-Anne se trouvaient dans le château des comtes de Bryas, bâtiment inscrit MH (1972/03/20) : Façades et toitures (à l'exception de la cheminée de la façade postérieure) (cad. AB 53) : inscription par arrêté.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20090801415NUCA : Collection particulière

    20090801416NUCA : Collection particulière

    20090801417NUCA : Collection particulière

    20090801418NUCA : Collection particulière

    20090801419NUCA : Collection particulière

    20090801934NUCA : Musée de l'Ardenne, Charleville-Mézières

    20090801420NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD, série 8S, n°2 : concession d'ardoisières St-Joseph, Ste-Anne (délibérations, actes notariés, rapports administratifs, 1920-37).

Bibliographie
  • ANCIAUX, Vincent. L'ardoisière du Moulin Sainte-Anne en 1844. Ardenne wallonne, n° 107, décembre 2006.

  • Bulletin des Lois du Royaume de France, 1821, 7e série, tome douzième, n°427 à 460, pp. 467-484.

  • VOISIN, Léon. Les ardoisières de l'Ardenne, Editions Terres Ardennaises, Charleville-Mézières, 1987.

Périodiques
  • POGGIOLI. Fumay : les débuts de la crise ardennaise. Terres Ardennaises, juillet 1957, cahier n°10, pp. 18-20.