Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Basilique Saint-Jean-Baptiste

Autel de la Vierge

Dossier IM52002789 réalisé en 2007

Fiche

Dénominations autel, degré d'autel, gradin d'autel, retable, tabernacle, dais d'autel, statue
Titres Vierge à l'Enfant
saint Edme
saint Jean Baptiste
Appellations de la Vierge
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Chaumont 1
Adresse Commune : Chaumont
Adresse : rue Saint Jean
Emplacement dans l'édifice chapelle axiale de la Vierge
déambulatoire

La basilique Saint-Jean-Baptiste se compose d’une nef du XIIIe siècle et d’un chœur en gothique flamboyant édifié au début du XVIe siècle ; elle contient un ensemble mobilier tout à fait exceptionnel dû à Jean-Baptiste Bouchardon. Dès 1693, l’artiste reçut une première commande, celle d’un Crucifix ; il pourrait bien s’agir du Christ en croix surmontant la grille de clôture du chœur. Il s’ensuivit la réalisation du banc d’œuvre et de la chaire à prêcher en 1700 et 1701. Puis, un vaste projet de réaménagement du chœur fut entrepris. En 1706, les édiles et les chanoines décidèrent la transformation « à la romaine » du chœur- l’autel devant être placé entre le chœur et la nef - et la destruction du jubé. Mais en raison d’une opposition des chanoines au projet du maire de Chaumont, l’intervention de l’évêque de Langres, Mgr de Clermond-Tonnerre, fut nécessaire. Jean-Baptiste Bouchardon établit en 1708 deux plans. Les nouvelles dispositions furent alors mises en place : clôture du chœur qui empiète largement sur le transept, stalles et habillage des piliers. La réalisation du nouveau retable architecturé se fit à partir de 1709 (plan du musée de Langres signé par Edme Puissant le 22 juillet 1709, lieutenant du maire de Chaumont, et Jean-Baptiste Bouchardon).

Ce mobilier a été exécuté vers 1709-1710 par Jean-Baptiste Bouchardon (1667-1742) qui œuvrait alors sur le chantier de réaménagement du chœur de la collégiale démarré en 1708. Il a remplacé l'autel dit de la Toussaint (dont un fragment est conservé au musée municipal de Chaumont depuis 1897). Le Musée d'Art et d'Histoire de Langres conserve un plan signé par Edme Puissant, lieutenant du maire de Chaumont et signataire du marché qui a peut-être souhaité la représentation de son saint patron, et Jean-Baptiste Bouchardon. Suite à la réalisation d'un nouvel autel pour le chœur en 1780, ce maître-autel a été transféré dans la chapelle axiale. Fondée en 1355, celle-ci a été le siège de la corporation des maîtres tailleurs (chapelle dite des Cousturiers longtemps patronnée par l'aîné de la famille de Choiseul) et dès 1633 de la confrérie du Rosaire. Est-ce à l'occasion de ce déplacement qu'a été adjoint au retable un autel plus ancien ? En effet l'autel dont la conception tranche sur les réalisations connues de Bouchardon, semble antérieur (17e siècle ?) et issu d'un autre atelier tout comme le premier gradin orné d'un décor de treillage. L'ensemble a fait l'objet d'une restauration en 1976 par Maxime Chiquet. Interventions effectuées : restauration des panneaux des caissons composant le soubassement du retable, réparation des assemblages et bâtis sur l'ensemble de la partie inférieure du retable, traitement insecticide (bois alors très attaqué par les insectes xylophages) et durcissement par emplissage à la gomme laque. Les statuettes ont subi un même traitement insecticide et de consolidation après avoir été évidées en leur centre et avoir reçu une armature sur toute leur hauteur.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Principale
Dates 1709
1710
Auteur(s) Auteur : Bouchardon Jean-Baptiste, sculpteur
Auteur : Chiquet Maxime,
Maxime Chiquet

Restaurateur d'œuvres sculptées.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
restaurateur

L’autel droit présente un curieux décor végétal, aux motifs constituant des sortes de bandes verticales répétées avec de légères variantes sur toute la largeur du panneau. Cette conception, à l’imitation du cuir de Cordoue, est originale par rapport à la production de Jean-Baptiste Bouchardon, et laisse à penser qu’elle n’est pas de lui, mais plus probablement antérieure. Cette composition est peut-être le résultat d’un réaménagement au moment du transfert de l’autel dans la chapelle axiale en 1780, où il se trouve maintenant. L’installation à contre-jour, dans un espace trop restreint,dessert malheureusement la contemplation de ce beau retable.

Deux gradins, ornés pour le premier d’un décor de treillage– celui-ci pourrait avoir été refait au moment du déplacement - et pour le second de rinceaux, s’interrompent dans la partie centrale pour laisser place au tabernacle, qui s’inscrit dans le même plan. La porte est ornée de l’Agneau accompagné des instruments de la Passion. Il est flanqué de chaque côté de deux importants pilastres, qui confèrent à cette partie une certaine lourdeur.

Au-dessus, une colonnade à l’ordonnance complexe délimitent trois travées où prennent place des statues. La Vierge, au centre,porte son Enfant assis sur son bras gauche. Leurs visages graves indiquent qu’ils connaissent déjà leur douloureux destin. A gauche, saint Jean-Baptiste apparaît ici comme un éphèbe : sa tunique qui ne le couvre que partiellement laisse apparaître une belle anatomie de jeune homme imberbe. Il est accompagné de ses attributs habituels : peau de bête, bâton croisillonné et agneau. L’inscription « St Edme » située sur le socle de la troisième statue permet de l’identifier à l’archevêque de Cantorbéry. Les colonnes supportent un large entablement, qui s’incurve dans l’espace central pour soutenir un dais abritant des têtes d’angelots. La partie supérieure du retable présente deux anges agenouillés et deux médaillons (bustes de la Vierge et du Christ de profil) accompagnés de pots à feu. L’ensemble est recouvert d’une très belle dorure à la feuille. Jean-Baptiste Bouchardon prouve ainsi,dans la ville où il est venu s’établir, ses qualités de sculpteur, capable de multiplier les ornements, qui tiennent ici une place particulièrement importante. Le retable de Bar-sur-Aube, postérieur d’un quart de siècle,reprendra, mais en le simplifiant, le dispositif de la colonnade.

Catégories menuiserie
Structures élévation, droit
Matériaux chêne, taillé, doré à la feuille, mouluré, décor en relief, décor dans la masse
Mesures h : 505.0
la : 350.0
pr : 137.0
h : 95.0
la : 38.0
pr : 34.0
Iconographies ange
pampre
treillis
Agneau mystique
Les instruments de la Passion
rinceau
saint Edme, statuette
saint Jean Baptiste, statuette
Précision représentations

Sur l'autel, décor imitant les cuirs de Cordoue. Sur la porte du tabernacle figure l'Agneau sur le livre aux sept sceaux trônant devant la croix, la lance et l'éponge.

Saint Jean Baptiste, patron de la collégiale et saint Edme en évêque vraisemblablement patron d'Edme Puissant, lieutenant du maire de Chaumont qui a signé le marché.

Inscriptions & marques inscription concernant l'iconographie
États conservations oeuvre infestée
mauvaises conditions de conservation
manque
oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Portants au revers de l'autel : bois partiellement vermoulu, sciure, atmosphère humide. Panneau latéral remplacé (contreplaqué). Fissures au niveau des gradins et des stylobates. Modillons de la corniche et un lambrequin manquent. Quelques moulures et éléments de décor manquent. Usure de la dorure : couche préparatoire visible. Cire sur les gradins.

Statuettes : altération de l'épaisseur de la matière, manque, œuvre infestée, altération ponctuelle.

Bois partiellement infesté : socle saint Jean Baptiste et statuette saint Edme. fente localisée sur le drapé de saint Jean Baptiste, à dextre.

Manques : index main senestre de saint Jean Baptiste, doigts main droite de saint Edme.

Visages de la Vierge et de l'enfant redorés.

Liste de 1862.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1862
Précisions sur la protection

Liste de 1862.

Références documentaires

Bibliographie
  • GODARD, Léon. Histoire et tableau de l'église St-Jean-Baptiste de Chaumont. Chaumont : Ch. Cavaniol, 1848.

    p. 161, 163-164
  • JOLIBOIS, Emile. Histoire de la ville de Chaumont (Haute-Marne) . Chaumont : Ch. Cavaniol, 1856.

    p. 390
  • LAMONTRE-DELERUE, Geneviève. La basilique Saint-Jean-Baptiste de Chaumont, guide. Langres : Dominique Guéniot, 1998.

    p. 25
  • METTRIER, Charles. Saint-Jean-Baptiste de Chaumont, la paroisse, l'église. Chaumont : impr. Andriot-Moissonnier, 1911.

    p. 55
  • t. I. Dijon : Bernigaud et Privat, 1933.

    p. 153
  • RONOT, Henry. Les églises de Chaumont. Paris : Editions du Cerf, 1949. (Coll. Nefs et Clochers).

    p. 10
  • RONOT, Henry. Jean-Baptiste Bouchardon architecte et sculpteur. Dijon : Faton, 2002.

    p. 116-119
  • ROSEROT, Alphonse. Jean-Baptiste Bouchardon, sculpteur et architecte à Chaumont-en-Bassigny (1667-1742) . Paris : E. Plon-Nourrit et Cie, 1894.

    p. 23
  • Inventaire général, ADAGP, coll. Itinéraire du patrimoine n°293, 2005.

    p. 36-40 Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne
  • In [Exposition. Chaumont, musée municipal, 1990] Chaumont : impr. du Vallage, 1990. n°33

    p.35
  • FRANCE. Inventaire général du patrimoine culturel. La basilique Saint-Jean-Baptiste de Chaumont. Réd. Pierre Sesmat, Hélène Billat ; photogr. Patrice Thomas. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne ; Lyon : Lieux Dits, 2009. 64 p. (Parcours du patrimoine ; 341).

    p. 47 Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : IFG 7/341
Périodiques
  • RONOT, Henry. L'aménagement de la nef et du choeur de l'ancienne collégiale Saint-Jean-Baptiste de Chaumont par Jean-Baptiste Bouchardon. Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, 1990 (1991).

    p. 71-80
  • Cahiers haut-marnais, 4e tr. 1996, n° 207.

    p. 6 Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne
(c) Conseil départemental de la Haute-Marne (c) Conseil départemental de la Haute-Marne ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine - Inventaire général (c) Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine - Inventaire général - Billat-Fulmai Hélène - Decrock Bruno - Léclapart Carole
Carole Léclapart , né(e) Dominé (30/12/1967 - )

service régional de l'inventaire, documentaliste.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.