Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Cathédrale Saint-Pierre-et-saint-Paul

Buffet d'orgue

Dossier IM10004685 réalisé en 2003

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression

Voir

  • Partie instrumentale de l'orgue

La cathédrale Saint-Pierre Saint-Paul

Le mobilier

Un orgue existait dans la cathédrale à la fin du XIIIe siècle. Il était placé en encorbellement dans la première travée du chœur, au-dessus de la grande arcade de gauche. De 1419 à 1421, la tribune et le buffet furent refaits et en 1693 un positif de dos y fut ajouté. En 1784, cet instrument comportait 33 jeux, soit une dimension équivalente à la plupart des orgues des églises de la ville.

Aussi, lorsque l’abbaye de Clairvaux fut fermée, les marguilliers de la paroisse Saint-Pierre, substitués aux anciens chanoines, en réclamèrent le prestigieux grand orgue, exposant le 10 août 1792 que l’instrument de leur église, « placé mesquinement entre deux piliers du chœur, ne répondait pas à la beauté du vaisseau ». Ils obtinrent gain de cause l’année suivante auprès de l’administration révolutionnaire qui annula à leur profit la vente du 12 mars 1793. La Terreur retarda son remontage, qui eut lieu de 1805 à 1808, sur une tribune bâtie spécialement au revers de la façade ouest par l’architecte Jean-Baptiste Vaudé, le facteur d’orgue René Cochu étant chargé de l’instrument. C’est le grand père de ce dernier, le châlonnais Jacques Cochu (1693-1765), qui l’avait construit de 1731 à 1738. Vite reconnu comme une réalisation de grande qualité, cet orgue de 49 jeux fut porté à 52 en 1788 par le célèbre facteur parisien, François-Henri Clicquot (1732-1790), y ajoutant en particulier un bourdon de 32 pieds au manuel. Ayant traversé le XIXe siècle sans trop de dommage, il fut entièrement repensé par l’entreprise Danion-Gonzalez de 1964 à 1969. Malgré cette restauration, aujourd’hui très critiquée, l’instrument conserve une grande partie de son matériel du XVIIIe siècle.

L’ampleur du vaisseau de la cathédrale a permis de remonter le buffet dans son intégralité (il occupait aussi à Clairvaux le revers de la façade ouest). Il est l’œuvre du menuisier Piccard et du sculpteur Jean-François Bechant, l’auteur du décor des stalles. Le cartouche couronnant la tourelle centrale du positif porte encore les armoiries du commanditaire, dom Gassot de Deffens, abbé de Clairvaux de 1718 à 1740. La composition du buffet est habituelle pour l’époque, marqué par l’incurvation vers l’avant des deux travées latérales du grand orgue (ce que ne rend pas la photo), de même que l’iconographie présentant des trophées d’instruments de musique et des anges musiciens dominés au point le plus haut par le roi David jouant de la harpe. Mais, c’est la beauté et l’ampleur de ses proportions que le distingue des instruments contemporains, tout autant que l’abondance et la qualité de son décor sculpté.

Dénominations buffet d'orgue
Numérotation artificielle 1
Aire d'étude et canton Aube - Troyes 1
Adresse Commune : Troyes
Adresse : place Saint-Pierre
Emplacement dans l'édifice nef
mur ouest

Jean-François Béchamp, sculpteur, actif au 18e siècle en Champagne et Lorraine. Style rocaille. Commandé en 1731 par Dom Gassot du Deffend, abbé de Clairvaux, au facteur d'orgues châlonnais Jacques Cochu. Livré en 1736, il est relevé et augmenté en 1788 par François-Henri Cliquot. Vendu en 1793, il est finalement cédé aux marguilliers de la cathédrale par son acquéreur, un entrepreneur de Bar-sur-Aube. Démonté puis entreposé en pièces détachées sous la tour Saint-Paul en attente d'un remontage, il n'est installé au mur ouest qu'en 1806, par René Cochu, petit fils du constructeur. Tribune en pierre par Vaudé et Geoffroy (1806-1907). D'après : Vilain (Gilles), Le sculpteur du grand orgue et des stalles de l'ancienne abbaye de Clairvaux, La Vie en Champagne, n° 436, nov. 1992, p. 19-20. Restauration par Maimponte, 1966-1968.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Lieu de provenance Édifice ou site : 10, Ville-sous-la-Ferté, Clairvaux, ancienne abbaye cistercienne
Auteur(s) Auteur : Béchamp Jean-François, sculpteur
Catégories menuiserie, sculpture
Matériaux chêne
Précision dimensions

la = 533, Dimensions approximatives. Hauteur impossible à mesurer.. la = 533, Dimensions approximatives. Hauteur impossible à mesurer.

Iconographies ange
armoiries
guirlande: ornement végétal
David
Précision représentations

Partie sommitale : David tenant sa harpe, encadré de 2 anges musiciens. Soutenant le corps principal : atlantes au corps de terminant par des feuillages, mains posées sur les hanches. Nombreuses têtes d'anges ailées sur l'ensemble du buffet, anges (5) au sommets des tuyaux. Décor de style rocaille.

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Bon état.

Existence attestée de photographie ancienne. Cf. Vilain (Gilles), Le sculpteur du grand orgue et des stalles de l'ancienne abbaye de Clairvaux, La Vie en Champagne, n° 436, nov. 1992, p. 19-20.

Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1974/12/06

Références documentaires

Bibliographie
  • DUCOURET, Bernard, BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne (Inventaire général) ; Lyon : Lieux Dits, 2013 (Images du patrimoine ; 279).

    p. 51