Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cité jardin Faure

Dossier IA08000533 réalisé en 2007
Appellations dite cité Faure
Parties constituantes non étudiées chapelle
Dénominations cité jardin
Aire d'étude et canton Ardennes - Revin
Adresse Commune : Revin
Adresse : rue Jean-Moulin , place Saint-Jean , rue de la Chapelle , rue Roland-Perrot , rue Saint-Jean , rue des Jardins , boulevard Firmin-Leguet , rue de Sartnizon , place Théodore-Faure , rue Saint-Eloi
Cadastre : 1983 AD 01

En 1930, la Société Faure emploie plus de 1000 ouvriers. Par rapport à 1920, la population de Revin a augmenté de 45% pour atteindre 8000 habitants. C'est pourquoi le conseil municipal accueille favorablement le projet de construction de nouveaux logements en périphérie de la ville. Lors du démarrage du projet de citéjardin, les dirigeants de Faure sont les petits-fils du fondateur Antoine- Théodore Faure. Après la construction de premiers logements rue Saint-Jacques (1912) et rue Saint- Bernard (1913), la Cité-jardin Faure sort de terre en 1931, accompagné de nombreuses mesures sociales. Les plans sont de l'architecte Maurice Rouquet, de Charleville. En 1936, une chapelle est édifiée à l'entrée de la Cité, elle clôt la construction qui aura duré cinq ans, de 1931 à 1934. A la fin des travaux, la Cité-jardin Faure peut accueillir 103 ménages et 458 habitants.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1931, daté par travaux historiques
1936, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Rouquet Maurice, architecte,

Installée sur le versant sud-ouest de la Bouverie, au lieu-dit le Sartnizon, la Cité Faure présente 44 maisons s'étalant sur un lotissement en puzzle de sept îlots. Diversité des alignements, passages, lignes courbes, haies basses, façades variées créent une diversité de ton et rompent la monotonie. Deux belles demeures en pierre de taille donnant sur l'actuelle rue Jean Moulin (rue des Mazures en 1936) sont réservées au cadres. Les autres maisons sont construites en brique et crépi, toitures à deux pans couvertes de tuiles mécaniques. Conçue comme des chalets ou des cottages, elles comprennent 2 à 4 logements jumelés sur un étage carré ; chaque logement est agrémenté d'un jardin. La superficie habitable est de 54,25m2, cour et jardin sur 20m2.

Murs brique
enduit
brique et pierre
pierre de taille
Toit tuile mécanique
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à deux pans
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20090801358NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • COLINET, René. L'habitat ouvrier au pays du fer et de la forêt, pp. 36-41.