Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cornay, ancienne grange de Clairvaux

Dossier IA10001325 réalisé en 2015

Fiche

Terre bénédictine dépendant de la grande abbaye de Montier-en-Der (52) depuis le IXe siècle, Cornay (10- com. Saulcy) entre assez rapidement dans le temporel claravallien à la fin du XIIe siècle et se voit déjà qualifiée de grange en 1188 dans la bulle du pape Clément III, alors même que les deux premières pancartes épiscopales la concernant (Cornai I et II) lui sont postérieures (1189-90) ; ce qui montre d’ailleurs le caractère avalisant de tels documents notifiant a posteriori les 50 premières donations. À cette date, le domaine n’en a pas terminé sa croissance pour autant puisque plusieurs chevaliers se signalent par leurs aumônes encore au début du siècle suivant, comme Simon de Nully qui cède tous ses biens audit lieu en 1203 ou encore le chambrier du comte de Champagne qui fait de même par échange avec d’autres biens. La fixation à Cornay semble avoir répondu à plusieurs logiques parmi lesquelles le développement du temporel au nord de l’abbaye ou encore la constitution d’une première étape —comme Blinfey un peu plus tard— vers le pôle métallurgique de Wassy (cf. carte du temporel ill. IVR21_20151000530NUCA). L’exploitation était polyvalente d’un point de vue agricole (terres, prés, bois, vignes) mais aussi d’un point de vue artisanal car la grange a disposé d’un moulin à eau et d’une tuilerie (ill. IVR21_20151000374NUCA). Outre son administration par un convers, les comptes de 1680 mentionnent une chapelle dans la grange (AD10, 3 H 376). Pendant les troubles des guerres de Religion, les moines fortifièrent Cornay : le roi Henri III donna l’autorisation d’y faire fossés, pont-levis et tours. L’une d’elles a subsisté avec ses vestiges d’archères et garde toujours l’entrée sud de la ferme (ill. IVR21_20151000750NUCA). L’élément le plus significatif reste néanmoins la grange stricto sensu (ill. IVR21_20151000549NUCA) : le vaste bâtiment charpenté, divisé en 5 vaisseaux pour 8 travées, s’inscrit dans la lignée d’édifices tels que Beaumont, la Borde ou Champigny (21- com. Riel-les-Eaux) dont les surfaces et le volume sont globalement comparables (1400 m2). Cornay a toutefois subi quelques remaniements qui ne facilitent pas son approche monumentale. Prolongeant la grange au sud, l’ancien logis des convers a lui aussi subsisté. Malgré divers remaniements notamment au niveau des baies, on peut encore voir au pignon nord trois contreforts qui attestent de son ancienneté (ill. IVR21_20151000383NUCA).

Genre de cisterciens
Appellations Cornay, Cornet
Destinations grange monastique, ferme
Parties constituantes non étudiées ferme
Dénominations grange monastique
Aire d'étude et canton Soulaines-Dhuys
Adresse Commune : Saulcy
Lieu-dit : Grange de Cornay
Adresse : D 47
Cadastre : 2000 B1 482-483 ; 578 à 593

Terre bénédictine dépendant de la grande abbaye de Montier-en-Der (52) depuis le IXe siècle, Cornay (10- com. Saulcy) entre assez rapidement dans le temporel claravallien à la fin du XIIe siècle et se voit déjà qualifiée de grange en 1188 dans la bulle du pape Clément III, alors même que les deux premières pancartes épiscopales la concernant (Cornai I et II) lui sont postérieures (1189-90) ; ce qui montre d’ailleurs le caractère avalisant de tels documents notifiant a posteriori les 50 premières donations. À cette date, le domaine n’en a pas terminé sa croissance pour autant puisque plusieurs chevaliers se signalent par leurs aumônes encore au début du siècle suivant, comme Simon de Nully qui cède tous ses biens audit lieu en 1203 ou encore le chambrier du comte de Champagne qui fait de même par échange avec d’autres biens. La fixation à Cornay semble avoir répondu à plusieurs logiques parmi lesquelles le développement du temporel au nord de l’abbaye ou encore la constitution d’une première étape —comme Blinfey un peu plus tard— vers le pôle métallurgique de Wassy (cf. carte du temporel ill. IVR21_20151000530NUCA). L’exploitation était polyvalente d’un point de vue agricole (terres, prés, bois, vignes) mais aussi d’un point de vue artisanal car la grange a disposé d’un moulin à eau et d’une tuilerie (ill. IVR21_20151000374NUCA). Outre son administration par un convers, les comptes de 1680 mentionnent une chapelle dans la grange (AD10, 3 H 376). Pendant les troubles des guerres de Religion, les moines fortifièrent Cornay : le roi Henri III donna l’autorisation d’y faire fossés, pont-levis et tours. L’une d’elles a subsisté avec ses vestiges d’archères et garde toujours l’entrée sud de la ferme (ill. IVR21_20151000750NUCA). L’élément le plus significatif reste néanmoins la grange stricto sensu (ill. IVR21_20151000549NUCA).

Période(s) Principale : 13e siècle, 16e siècle, 18e siècle , (?)

Pendant les troubles des guerres de Religion, les moines fortifièrent Cornay : le roi Henri III donna l’autorisation d’y faire fossés, pont-levis et tours. L’une d’elles a subsisté avec ses vestiges d’archères et garde toujours l’entrée sud de la ferme (ill. IVR21_20151000750NUCA). L’élément le plus significatif reste néanmoins la grange stricto sensu (ill. IVR21_20151000549NUCA) : le vaste bâtiment charpenté, divisé en 5 vaisseaux pour 8 travées, s’inscrit dans la lignée d’édifices tels que Beaumont, la Borde ou Champigny (21- com. Riel-les-Eaux) dont les surfaces et le volume sont globalement comparables (1400 m2). Cornay a toutefois subi quelques remaniements qui ne facilitent pas son approche monumentale. Prolongeant la grange au sud, l’ancien logis des convers a lui aussi subsisté. Malgré divers remaniements notamment au niveau des baies, on peut encore voir au pignon nord trois contreforts qui attestent de son ancienneté (ill. IVR21_20151000383NUCA).

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile creuse, tuile plate, tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à deux pans demi-croupe
toit à longs pans demi-croupe
(c) Région Grand Est - Inventaire général (c) Région Grand Est - Inventaire général - WISSENBERG Christophe
Christophe WISSENBERG

Christophe WISSENBERG


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.