Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Coutelleries

Dossier IA51001680 réalisé en 2009

Fiche

Voir

Aires d'études Champagne-Ardenne
Dénominations coutellerie

La catégorie des coutelleries est représentée par 24 sites recensés en Champagne-Ardenne et plus spécialement en Haute-Marne dans ce qu'on appelle le « bassin nogentais » : la ville de Nogent comporte 14 sites (58 %) et les villages « satellites » le reste, notamment Bourdons-sur-Rognon et Lanques-sur-Rognon (3 sites chacun).Historiquement, le point de départ de cette industrie fut Langres (le père de Denis Diderot était coutellier) où dès le 16e siècle son puissant évêché favorisa le commerce et l'industrie. Cette industrie s'explique également par la présence de bas-fourneaux en Haute-Marne.

Le centre Nogentais émergea vers 1650 puis prit son véritable essor à partir du siècle suivant au point de supplanter progressivement Langres. Jusque vers le milieu du 19e les grandes manufactures de coutellerie étaient peu nombreuses. On ne comptait à Nogent que 3 ou 4 usines hydrauliques de peu d’importance et les premières machines à vapeur ne furent installées que vers 1850.

La grande période de prospérité (10 000 ouvriers) se situa entre 1870 et 1880, date à laquelle Nogent fut concurrencé par Thiers.

Les grandes maisons distribuaient le travail à la campagne (spécialisation par village) à une multitude de petits ateliers et à quelques forges individuelles mues par la vapeur puis par l'électricité. A noter la présence d'une « colonie » (colonie industrielle accueillant jeunes détenus, orphelins, puis jeunes haut-marnais) qui travailla d'abord à Nogent (site des Forges de Courcelles) entre 1867 et 1879, puis à Bologne (site des Forges de Bologne) entre 1879 à 1921.

Dans les usines se pratiquait une grande division du travail et une évolution eut lieu autour de productions plus performantes : coutellerie-cisellerie ou instruments spécialisés notamment médico-chirurgicaux. Dans les années 1980, on commença à travailler les alliages les plus sophistiqués.

Actuellement quelques usines (Decorse-Voirin et la Manufacture du Bassigny) produisent des couteaux dans ce bassin mais les « boutiques » d'artisans-couteliers sont encore bien présentes notamment à Biesles et Nogent. Ces artisans se sont d'ailleurs regroupés dernièrement en une « Confrérie du bassin nogentais ».

De nombreuses usines nogentaises ont été rasées, quelques unes sont converties en magasins, en garages ou en habitations et d'autres continuent une activité forge (Forgex-Raguet ou Forges de Courcelles).

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Deux types de bâtiment ont vu le jour.

Tout d'abord la « boutique » du coutelier qui était disséminée dans les petits villages du bassin nogentais (aucun exemple inventorié). Le bâti était de petite dimension avec de larges fenêtres à petits carreaux ; on y trouvait la forge, un établi, une meule, un polissoir et une roue à chien ou à manivelle.

Les usines qui regroupaient jusqu'à plusieurs dizaines d'ouvriers sont beaucoup plus vastes et présentes en milieu urbain. Elles se caractérisent très souvent par un bâti en rez-de-chaussée allongé et surtout par de larges verrières, la luminosité étant une condition indispensable pour la bonne réalisation du travail. Elevées en moellon avant la Première Guerre mondiale, elle l'ont encore été à partir de l'entre-deux-guerres mais avec emploi de baies en béton armé ce qui a permis d'avoir des surfaces vitrées bien plus importantes, puis en parpaing après la Seconde Guerre mondiale. Sur les quatre moulins transformés en coutellerie aux 19e et 20e siècles, deux conservent encore leur forme primitive (Marnay et Poulangy).

Décompte des œuvres bâti INSEE 1500
repérées 250
étudiées 24

Références documentaires

Bibliographie
  • SAVOURET, Philippe. La coutellerie nogentaise au XIXe siècle. Langres : éd. D. Guéniot, 1983. 223 p.

  • Atlas du patrimoine industriel de Champagne-Ardenne : les racines de la modernité. Reims : SCEREN-CRDP Champagne-Ardenne, 2005.

    p. 66-67
Périodiques
  • VIDONNE, Florence. Le musée de la coutellerie de Nogent, Haute-Marne. L’Archéologie industrielle en France, déc. 1996, n° 29, p. 39-46.

    p. 39-46