Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Remy

Croix (figurine) : Christ en croix

Dossier IM10004154 réalisé en 2003

Fiche

L'église paroissiale Saint-Remy

La sculpture : les oeuvres de Girardon

Le grand sculpteur de la cour de 
Louis XIV, François Girardon, n’oublia pas au sommet de sa gloire la ville de son enfance. Outre les commandes 
de tabernacles qui lui furent passées par les paroisses, il offrit en 1687 un buste du roi en médaillon aux échevins, qu’il mit en scène trois ans plus
tard dans l’hôtel de ville, et dota tout particulièrement sa paroisse familiale Saint-Remy. Le 31 décembre 1686
 il commandait une grille, dont il avait donné le dessin, au serrurier parisien Denis Caffin, peut-être de la même lignée que le Caffin qui réalisa en 1711 la grille d’entrée du chœur de Notre- Dame de Paris. Cette clôture, exécutée aux frais de la fabrique, fermait sur toute la largeur (6 m) le chœur liturgique de l’église qui s’avançait jusque sous l’arc doubleau séparant la nef du transept. Mais, elle était surtout destinée à porter et mettre en valeur un Christ en bronze fixé sur une croix de bois, ainsi que deux colombes en bronze doré, réalisés et offerts par le sculpteur. Il les installa lui-même le 30 mars 1690. Seul le Christ survécut aux bouleversements révolutionnaires et fut reposé en couronnement du banc d’œuvre, face
à la chaire. Vers 1860, on le monta sur une croix néogothique afin de l’assortir au style du nouveau maître- autel sur lequel il prit place.


Le Christ (130 x 90 cm) est figuré au moment de sa mort. La tête, qui vient de retomber sur l’épaule, provoque un mouvement général du corps vers la gauche qui anime la sculpture : légère inclinaison du torse ; flexion de la
 jambe droite. Le traitement élaboré de la musculature et celui du périzonium, combinant plis larges et petits froissements serrés, témoignent du goût de l’auteur pour la sculpture antique dont il restaura plusieurs statues de la collection royale. L’envolée d’un pan 
du périzonium accentue l’animation de l’œuvre tout en évoquant la tempête qui s’est levée lors de la mort de Jésus. Le remarquable visage, aux yeux tournés vers le ciel, rappelle que Girardon fut aussi un portraitiste de talent. Cette sculpture présente des différences de détail avec un autre Christ en croix
 du même auteur, gravé dès 1660 par Thomassin et souvent copié.

Dénominations croix
Titres Christ en croix
Numérotation artificielle 62
Aire d'étude et canton Aube - Troyes 1
Adresse Commune : Troyes
Adresse : rue Pithou
Emplacement dans l'édifice maître-autel
Période(s) Principale : 17e siècle
Auteur(s) Auteur : Girardon François, sculpteur

fonderie ?

Catégories fonderie
Structures revers sculpté
Matériaux bronze
Précision dimensions

h = 130 ; la = 90.

Iconographies Christ en croix
Précision état de conservation

Oeuvre en bon état.

Pas de photographie ancienne dans le fonds CAOA.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1894/09/15

Références documentaires

Bibliographie
  • DUCOURET, Bernard, BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne (Inventaire général) ; Lyon : Lieux Dits, 2013 (Images du patrimoine ; 279).

    p. 158