Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Dardu, ancienne grange de la Crête

Dossier IA52001005 réalisé en 2015

Fiche

Citée dès 1137 dans le chartrier de la Crête, la grange de Dardu ou Dardru (52-com. Audeloncourt) est en fait beaucoup plus ancienne car c’était à l’origine un village (cf. carte du temporel ill. IVR21_20155200606NUCA). Dans l’acte, qui voit le comte de Clefmont, Robert Guiscard, donner la terre de Dardru à l’abbaye de la Crête, on apprend en effet qu’à cette date le village était détruit depuis longtemps et qu’il n’y avait plus là que « le lieu d’aulcun désert où souloit avoir ensiennement rue ou villaige appeller par les prochans et confins habitants de Dardruth » (J.-G. Gigot, ”Charte de Dardru près d’Audeloncourt (1137)”, Les Cahiers Haut-Marnais, n°10, 1947, p. 394-396). À cette occasion, en présence de Guillaume, évêque de Langres, Robert délimite l’emprise de la terre, à savoir entre le chemin de Maisoncelles à Clefmont, la Meuse et la butte dominant le site, et rappelle par ailleurs les donations en terres voisines effectuées jadis par son propre père. L’abbaye y développa par la suite une importante grange, la plus orientale du temporel, tête de pont d'exploitation des gras pâturages du Bassigny. Cette localisation ne pouvait manquer de susciter des conflits d’intérêts avec Morimond, dont les domaines étaient voisins. De fait, en plus des Gouttes établies au pied du versant d’en face, l’abbaye-mère créait dès 1151 une nouvelle grange à Grand-Rupt, sur de multiples donations, éloignée de 3 km à peine au nord. Des accords au sujet de la répartition des zones de pâturages des deux abbayes furent aussitôt conclus (H. Flammarion, Recueil des chartes de l’abbaye de Morimond au XIIe siècle, ARTEM / Brepols, Turnhout, 2014, n°12 p.140), et renouvelés en 1164 puis 1186 (H. Flammarion, "Frontières et limites chez les Cisterciens de Morimond et de la Crête au XIe siècle", Une frontière entre Saône et Meuse. Lorraine, Franche-Comté, Champagne, Châtillon-sur-Saône, 2003, p. 24). Morimond intensifia sa présence en fondant une autre grange à Levécourt (52) vers 1180. Comme la plupart des granges importantes, Dardu avait sa chapelle. Il en est question en 1637, dans l’enquête que le maire de Bourdons réalisa pour la communauté à la suite du passage des Suédois ; il évoque l’état de la métairie : « au gaignage nommé Dardu au dessous de Clefmont (…) nous avons veü deux granges bruslées par lesdits Suédois aux deux demeurances, la chapelle percée ; ne restant debout audit gaignage qu’une demeurance et une estable, tous les grains, bestiaux, meubles qui estoient esdittes granges et bastiments bruslés, ayant aussy esté bruslé, et le reste perdu et emmené, et par ce moyen sont aussy demeurés les héritages dudit gaignage en friche » (I. Lambert, JM. Mouillet et J. Charlier, L’abbaye de la Crête (1121-1789), Langres, 2006, p. 133). Lors du partage des menses en 1703, Dardu échut à la mense conventuelle et rapportait alors 330 £. La ferme fut adjugée comme bien national pour la somme de 76500 £, ce qui donne la mesure de l’importance qu’elle avait conservé malgré les destructions de la guerre de Trente Ans (ill. IVR21_20155200626NUCA). Au XIXe siècle, elle était composée de deux bâtiments principaux se faisant face. Seule l’aile sud est encore partiellement identifiable aujourd’hui malgré les remaniements radicaux que l’on peut constater. À l’arrière subsistent trois contreforts qui devraient remonter à la période monastique. La ferme, qui a fait l’objet de profondes transformations consécutivement aux mutations agricoles du XXe siècle, n’est plus constituée que de hangars à structure métallique.

Genre de cisterciens
Appellations Dardu, Le Dardu
Destinations village, grange monastique, ferme
Parties constituantes non étudiées ferme
Dénominations grange monastique
Aire d'étude et canton Clefmont
Adresse Commune : Audeloncourt
Lieu-dit : Le Dardu
Adresse : D 220
Cadastre : 1993 B3 407 à 411

Citée dès 1137 dans le chartrier de la Crête, la grange de Dardu ou Dardru (52-com. Audeloncourt) est en fait beaucoup plus ancienne car c’était à l’origine un village (cf. carte du temporel ill. IVR21_20155200606NUCA). Dans l’acte, qui voit le comte de Clefmont, Robert Guiscard, donner la terre de Dardru à l’abbaye de la Crête, on apprend en effet qu’à cette date le village était détruit depuis longtemps et qu’il n’y avait plus là que « le lieu d’aulcun désert où souloit avoir ensiennement rue ou villaige appeller par les prochans et confins habitants de Dardruth » (J.-G. Gigot, ”Charte de Dardru près d’Audeloncourt (1137)”, Les Cahiers Haut-Marnais, n°10, 1947, p. 394-396). À cette occasion, en présence de Guillaume, évêque de Langres, Robert délimite l’emprise de la terre, à savoir entre le chemin de Maisoncelles à Clefmont, la Meuse et la butte dominant le site, et rappelle par ailleurs les donations en terres voisines effectuées jadis par son propre père. L’abbaye y développa par la suite une importante grange, la plus orientale du temporel, tête de pont d'exploitation des gras pâturages du Bassigny. Cette localisation ne pouvait manquer de susciter des conflits d’intérêts avec Morimond, dont les domaines étaient voisins. De fait, en plus des Gouttes établies au pied du versant d’en face, l’abbaye-mère créait dès 1151 une nouvelle grange à Grand-Rupt, sur de multiples donations, éloignée de 3 km à peine au nord. Des accords au sujet de la répartition des zones de pâturages des deux abbayes furent aussitôt conclus (H. Flammarion, Recueil des chartes de l’abbaye de Morimond au XIIe siècle, ARTEM / Brepols, Turnhout, 2014, n°12 p.140), et renouvelés en 1164 puis 1186 (H. Flammarion, "Frontières et limites chez les Cisterciens de Morimond et de la Crête au XIe siècle", Une frontière entre Saône et Meuse. Lorraine, Franche-Comté, Champagne, Châtillon-sur-Saône, 2003, p. 24). Morimond intensifia sa présence en fondant une autre grange à Levécourt (52) vers 1180. Comme la plupart des granges importantes, Dardu avait sa chapelle. Il en est question en 1637, dans l’enquête que le maire de Bourdons réalisa pour la communauté à la suite du passage des Suédois ; il évoque l’état de la métairie : « au gaignage nommé Dardu au dessous de Clefmont (…) nous avons veü deux granges bruslées par lesdits Suédois aux deux demeurances, la chapelle percée ; ne restant debout audit gaignage qu’une demeurance et une estable, tous les grains, bestiaux, meubles qui estoient esdittes granges et bastiments bruslés, ayant aussy esté bruslé, et le reste perdu et emmené, et par ce moyen sont aussy demeurés les héritages dudit gaignage en friche » (I. Lambert, JM. Mouillet et J. Charlier, L’abbaye de la Crête (1121-1789), Langres, 2006, p. 133). Lors du partage des menses en 1703, Dardu échut à la mense conventuelle et rapportait alors 330 £. La ferme fut adjugée comme bien national pour la somme de 76500 £, ce qui donne la mesure de l’importance qu’elle avait conservé malgré les destructions de la guerre de Trente Ans (ill. IVR21_20155200626NUCA). Au XIXe siècle, elle était composée de deux bâtiments principaux se faisant face. Seule l’aile sud est encore partiellement identifiable aujourd’hui malgré les remaniements radicaux que l’on peut constater. À l’arrière subsistent trois contreforts qui devraient remonter à la période monastique. La ferme, qui a fait l’objet de profondes transformations consécutivement aux mutations agricoles du XXe siècle, n’est plus constituée que de hangars à structure métallique.

Période(s) Principale : 20e siècle , (?)

Au XIXe siècle, elle était composée de deux bâtiments principaux se faisant face. Seule l’aile sud est encore partiellement identifiable aujourd’hui malgré les remaniements radicaux que l’on peut constater. À l’arrière subsistent trois contreforts qui devraient remonter à la période monastique. La ferme, qui a fait l’objet de profondes transformations consécutivement aux mutations agricoles du XXe siècle, n’est plus constituée que de hangars à structure métallique.

Murs calcaire moellon crépi
Toit tuile mécanique
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
(c) Région Grand Est - Inventaire général (c) Région Grand Est - Inventaire général - WISSENBERG Christophe
Christophe WISSENBERG

Christophe WISSENBERG


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.