Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale de Saint-Pierre-aux-Liens de Nanteuil-la-Forêt

Dossier IA51001302 réalisé en 2015

Fiche

Présentation historique

La construction de l'église peut remonter au 16e siècle : le plafond à la française, les baies à remplage renaissance, notamment celles des élévations nord (baie 3) et sud (baie 6), le lavabo sous arcade géminée dans le sanctuaire, l'aspect intérieur général témoignent de cette époque. À la suite du Concile de Trente, au 17e siècle, le sanctuaire est aménagé de façon à accueillir un retable architecturé au-dessus de l'autel : la baie axiale est alors condamnée. À la fin du 17e siècle, le compte-rendu d'une visite canonique stipule que « le pignon du portail de l'église menasse ruine, le reste est en bon estat », mais il n'existe pas de sacristie (compte-rendu de la visite canonique du 7 juillet 1698. AD Marne G 254 f°36r).

En août 1851, le charpentier et adjudicataire Louis Crinque débute des travaux de réfection de l'édifice sous la direction de Félix Théron-Leroy, charpentier à Hautvillers. Son intervention consiste à construire un escalier en pierre de taille menant au clocher, à reprendre une partie de la charpente et de la couverture, tout en procédant à « différents autres travaux de réparations intérieurs » (rapport de la Commission départementale des bâtiments civils, 26 juin 1851. AD Marne 2 O 2893). Achevé au cours de l'année, le chantier a coûté un peu plus de 1100 francs.

Certains documents d'archives produits durant la seconde moitié du 19e siècle évoquent d'autres interventions sur l'église, mais rien ne permet de déterminer si ces travaux ont bien eu lieu. En 1863, le Conseil municipal souhaite entreprendre la reconstruction de la sacristie qui s'est écroulée, tandis qu'une quinzaine d'années plus tard, la municipalité vote le renouvellement complet des pavés du chœur pour un montant de 256 francs. Il semble également que les murs aient été repeints, des nouveaux vitraux posés et les autels réparés au début des années 1880 (état de situation en 1905. AD Marne 7 J 25).

En juin 1896, la commune vote un crédit de 1000 francs afin de procéder rapidement à la réparation de la toiture, mais les travaux tardent à débuter si bien qu'un an plus tard, le Conseil de fabrique se réunit lors d'une séance extraordinaire à propos du « mauvais état de la toiture et de la petite sacristie de l'église qui ont besoin d'être réparées le plus tôt possible, vu les graves inconvénients et les dommages qui résulteraient de l'ajournement des travaux nécessaires » (extrait du registre des délibérations du Conseil de fabrique, 6 mai 1897. AD Marne 2 O 2893). Le devis estimatif dressé par l'architecte V. Barbier s'élevant à 3500 francs, la municipalité est contrainte de financer lesdits travaux en trois ans, sur les budgets de 1896 à 1898. Le marché d'adjudication est remporté par l'entrepreneur Amédée Pain ; le chantier débute durant l'été 1897 et durera un an.

Après avoir reçu trois obus au cours de la première guerre mondiale, l'église se trouve modérément endommagée et facilement réparable (état de l'église dressé le 28 novembre 1919. AD Marne 7 J 27). Néanmoins, les archives dépouillées ne contiennent aucun document permettant de suivre le déroulement des travaux de restauration de cet édifice non protégé au titre des Monuments Historiques. Au milieu du 20e siècle, l'église nécessite des travaux : les murs extérieurs sont jugés défectueux, les murailles intérieures sont dites « écartées », mais la toiture ainsi que les baies, les voûtes et le pavé sont en assez bon état (procès-verbal de visite canonique du 15 février 1950. AD Marne 7 J 20).

Description de l’extérieur

Les murs de l'église sont en moellons enduits. Les contreforts et les chaînes d’angles des murs sont en pierre apparente. Les toits et le clocher sont recouverts d’ardoises. Les baies reçoivent une chaîne de briques apparentes et/ou de pierres.

La façade occidentale, sur un niveau, à toiture en croupe, est pourvue d'un portail en plein-cintre résultant probablement des restaurations du 19e siècle. On trouve, dans l’arc, de chaque côté de la clef de voûte, deux clefs de tirants métalliques, en forme de « S » disposés symétriquement. Le mur nord est éclairé de trois baies plein-cintre ; l’une à remplages, à chaînages de briques et/ou de pierres ; puis, après la sacristie, une baie plein-cintre à chaînage de briques. Sur ce côté nord est aménagée une porte d’accès à linteau droit et à encadrement enduit. La sacristie en saillie et un contrefort à son extrémité est interrompent le mur nord.

La sacristie est un petit bâtiment en excroissance côté nord, couvert en appentis, et pourvu d’une baie à linteau droit en bois et à jambages de briques.

Le chevet, sur un niveau, est droit. Sa toiture est à deux pans, il possède une baie axiale plein cintre en façade est. Il est souligné d’un contrefort à chacune de ses extrémités. De même que le côté nord, le mur sud est pourvu de trois baies plein-cintre à remplages à chaînages de briques et/ou de pierres puis, après le débarras construit en saillie et couvert en appentis, de deux baies plein-cintre. En partie est, couverte en long-pan, on trouve une porte à jambages de briques et linteau droit de bois à laquelle on accède par trois marches de pierre. Le débarras est percé de deux ouvertures superposées à jambages de briques et à linteau droit de bois. Le clocher, sur deux niveaux, à toit à quatre pans, est percé sur ses faces nord et sud, au niveau 2, d’une baie à linteau droit pourvue d’abat-son. On y accède par la porte ouest aménagée dans le mur sud.

Description de l’intérieur

On accède à l’église en descendant cinq marches de pierre. Le portail axial reçoit intérieurement un encadrement de bois.

L’église est à nef unique, sur un niveau, sans transept. Elle est recouverte, de même que le chœur, d’un très beau plancher à la française en bois dont la majorité des poutres transversales sont équarries et les poutres longitudinales rabotées et gravées de traits longitudinaux. La partie ouest de ce plancher est de moins bonne facture. Du côté sud de l’entrée on aperçoit la sous-face de l’escalier qui mène au clocher.

Dans le mur est du chœur subsistent les traces d'un lavabo signalé par deux arcades en pierre. Le chœur liturgique et le sanctuaire sont éclairés de trois baies plein-cintre. Deux niches plein cintre géminées sont aménagées dans le mur sud du chœur. L’escalier qui mène au clocher est en bois tant pour ses marches, contremarches et main courante. La charpente du clocher et des combles est en bois.

L'église Saint-Pierre-aux-Liens est un exemple d'une église paroissiale du 16e siècle, dont l'aspect général a été respecté au fil des siècles. Bien que peu ostentatoire, l'édifice comporte plusieurs éléments ornementaux et mobiliers soulignant son importance locale.

Vocables Saint-Pierre-aux-Liens
Destinations église paroissiale
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Épernay 1
Adresse Commune : Nanteuil-la-Forêt
Cadastre : 2014 AA 93
Précisions anciennement commune de Nanteuil-la-Fosse

La construction de l'église peut remonter au 16e siècle : le plafond à la française, les baies à remplage renaissance, notamment celles des élévations nord (baie 3) et sud (baie 6), le lavabo sous arcade géminée dans le sanctuaire, l'aspect intérieur général témoignent de cette époque. À la suite du Concile de Trente, au 17e siècle, le sanctuaire est aménagé de façon à accueillir un retable architecturé au-dessus de l'autel : la baie axiale est alors condamnée. Restaurée en 1851 puis 1880, l'église est relativement peu endommagée durant la première guerre mondiale, mais sa restauration n'est guère renseignée.

Période(s) Principale : 3e quart 16e siècle , daté par travaux historiques , (?)
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle , daté par travaux historiques

L’église, à nef unique, à transept peu débordant, au chevet droit presque aussi développé que la nef, est recouverte, de même que le chœur, d’un plancher à la française du 16e siècle.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements plafond

Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours, en charpente
États conservations bon état
Techniques maçonnerie
sculpture
Représentations ornement géométrique
Précision représentations

Décor extérieur

On trouve sur l'élévation nord une baie en plein-cintre à remplages et trois en élévation sud : deux arcs en plein-cintre surmontés d’une rosace.

Décor intérieur

Le chapiteau de la colonne située entre les niches géminées plein-cintre du chœur est décorée d’un motif géométrique.

La baie axiale du chevet est encadrée de deux peintures murales identiques représentant chacune un pot en forme d’urne, duquel s’élève une plante grimpante à fleurs bleues de type volubilis, dont les feuillages et les fleurs montent le long des jambages et se rejoignent dans l’arc de la baie.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler, à étudier

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : G 254. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de la Montagne. (1512-1789).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 254
  • AD Marne. Série J : 7 J 20. Visites canoniques et pastorales. Visites canoniques pour les doyennés classés par ordre alphabétique de A à V. (1948-1950).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 20
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série J : 7 J 26. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1919).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 26
  • Archives Départemantales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 133. Histoire des villages du diocèse (Verzenay, Taissy, district de Ville-en-Tardenois, Courville). (1788-1933).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 133
  • AD Marne. Série O : 2 O 2893. Nanteuil-la-Forêt, église : travaux divers (1852) ; refonte d’une cloche (1866) ; réfection de la charpente et couverture de l’église (1897). (1851-1923).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 2893
  • AD Marne. Série T : 4 T 39. Beaux-Arts : Monuments historiques, objets d'art, fouilles. (1908).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 4 T 39
  • Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série V : V 166. Liste des biens cultuels. (1908).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : V 166
  • AD Marne. Série V : 47 V 2. Répertoire numerique serie V, cultes (1800-1940) : Inventaire des mobiliers des fabriques. (1800-1940).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 47 V 2
  • AD Marne. Série V : 48 V 2. Inventaire du mobilier des églises dressé par les conseils de fabrique. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 48 V 2
  • AD Marne. Série V : 49 V 8. Inventaire du mobilier des églises dressés par les conseils de fabriques (1906).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 49 V 8
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série W : 1338 W 21. Antiquités et objets d'art : dossiers communaux : Mes-Nui. (1919-1982).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 1338 W 21
Documents figurés
  • Extrait agrandi du cadastre de 1832. Détail de la section A3 avec église ; section A, 3e feuille. / Alexis Noël, géomètre du cadastre. Terminé le 2 novembre 1832. 1 plan : aquarellé (AD de la Marne. 3 P 1113).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 3 P 1113
  • Ecussons dans l'église / [A. Chevallier ?] del. ; in La Vallée de l'Ardre, par l'abbé A. Chevallier. 1897. Dess. à la plume (BM Reims. CXXI-3337).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : CXXI-3337
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.