Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité

Dossier PA00079243 inclus dans Recensement du patrimoine mobilier du département de la Haute-Marne réalisé en 1992

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
Vocables Notre-Dame-en-sa-Nativité
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Montier-en-Der
Adresse Commune : Sommevoire

L'église Notre-Dame-en-sa-Nativité est mentionnée dès l'époque carolingienne. En 971, l'édifice ruiné par les guerres civiles successives passe sous la juridiction de l'abbatiale de Montier-en-Der. Elle présente plusirus périodes de construction. Reconstruite au début du 13e siècle, l'église apparaît comme un édifice plusieurs fois remanié dans lequel le porche, le portail occidental et la nef appartiennent à la même campagne de reconstruction et présentent une analogie avec l'abbaye de Montier-en-Der dont elle dépend. Ce porche-galerie peut dater de la fin du 12e siècle. Le vaisseau central est antérieur, du 12e siècle. La chapente a été construite après l'incendie de 1576, mais il subsiste encore les piles cylindriques à chapiteau primitif roman. Les deux toitures à longs pans des bas-côtés auraient été construites dans la suite de cet incendie. Au cours de la première moitié du 19e siècle un plafond badigeonné de chaux sera posé sous la voûte lambrissée et bouchera ainsi les baies hautes de la nef. Construction tardive du clocher à la fin du 13e siècle. Choeur remanié au tout début du 13e siècle sur les ancienne substructions romanes et se voit adjoindre à la même époque deux chapelles latérales dans le prolongement des cinq travées primitives du collatéral sud. Les collatéraux datent de la fin du 15e siècle. Contigüe à la tour du clocher, la chapelle du Rosaire est édifiée en 1652 par Maître Claude Nyel, bailli de Sommevoire. Ell est restaurée en 1846. Le 19e siècle et le 20e siècle verront se seuccéder de nombreuses campagnes de restauration.

Période(s) Principale : 1ère moitié 13e siècle
Secondaire : 3e quart 16e siècle
Secondaire : 19e siècle

Edifice de plan allongé comportant un transept non saillant de deux travées, occulté au nord par la tour du clocher. L'église est constituée d'un vaisseau central de cinq travées bordé de bas-côtés et flanqué d'un porche-galerie le long de la façade occidentale. La longue nef répond à un modèle courant dans le Vallage Haut-Marnais. Couverte d'une charpente en carène, elle est caractérisée par l'importance laissée au plein-de-travée entre les grandes arcades et les petites fenêtres cintrées à ébrasmeent intérieuret par sa grande largeur. Les piles cylondriques à chapiteau primitif roman qui supportent les grandes arcades sont très irrégulièrement espacées et s'ouvrent sur les collatéraux nord et sud. Accolé à la façade occidentale sur toute sa longueur, le porche du 12e siècle est contemporain de la nef. Extrême variété des supports et du décor des colonnettes supportant la charpente. La construction du clocher dans le prolongement de la dernière travée orientale du bas-côté nord expliquerait peut-êtr le désaxement du choeur par rapport à la nef. La cage maçonnée monumentale présente une voûte basse sur plan barlong qui aurait abrité la chapelle dite des "Templiers". La sacristie est située contre la mur nord du choeur et communique avec la tour. Collatéraux voûtés sur croisée d'ogives et percés de larges fenêtres. Les murs de la nef sont ponctués de grandes figures peintes polychromes entre les baies au-dessus des piliers ainsi qu'au revers de la façade occidentale.

Murs enduit
pierre de taille
moyen appareil
Toit tuile plate, tuile creuse, ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements charpente en bois apparente
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre, escalier tournant
États conservations inégal suivant les parties
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1909/07/09
Précisions sur la protection

Eglise Notre-Dame : classement par arrêté du 9 juillet 1909.