Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame, puis Saint-Hippolyte (détruite)

Dossier IA51001366 réalisé en 2015

Fiche

Á rapprocher de

Un édifice roman fragile

La construction de l'église remonterait au 12e ou au 13e siècle. L'édifice s'élevait à l'ouest du village, au centre du cimetière. Le pouillé de 1303-1312 place cette première église sous le vocable de Notre-Dame, conservé jusqu'au 17e siècle (AD Marne, G252). Des travaux sont conduits en 1663, sans que l'on en connaisse précisément la teneur (AD Marne, G252). Quelques années plus tard, en 1682, l'archevêque Charles-Maurice Le Tellier consacre l'église à Saint-Hippolyte (AD Marne, G256). L'aspect de l'édifice est connu par les études de Henri Jadart publiées en 1907 et une gravure anonyme du 19e siècle. Le plan est simple : une nef à 2 collatéraux et 1 vaisseau central, contre laquelle s'élève le clocher carré à 3 niveaux soulignés par une corniche ; la façade occidentale, renforcée de 2 étroits contreforts, est éclairée par 3 baies jumelées ; les baies du clocher se superposent d'un niveau à l'autre, uniques au niveau 1 et 2, jumelées à l'étage des cloches. L'abside était à 5 pans, éclairée par 3 baies en arc brisé à meneau central et remplage tréflé ; les contreforts laissent penser à un espace voûté intérieur, probablement d'arêtes.

Au 16e siècle, une grande chapelle est ajoutée sur le côté Nord. C'est au milieu du 18e siècle que d'importantes réparations sont effectuées sur l'ensemble de la construction. On peut considérer qu'il s'agit de la première campagne de restauration d'envergure, connue par les archives, menée sur l'édifice. L'intervention porte sur la reprise générale de maçonnerie en sous œuvre pour assurer la solidité de l'édifice ; les travaux durent 2 ans, et portent sur la reprise du soubassement du mur du clocher, la révision des contreforts (chœur, chapelles, nef) et des voûtes intérieures ; les enduits, le revêtement de sol (pavé), les vitraux sont rénovés, de même que la couverture du clocher, des chapelles, du chœur, le tout pour un montant de 2200 livres. La réception des travaux a lieu le 23 août 1752 (AD Marne, G395, d'après les Travaux de l’Académie de Reims, vol. 122, 1907).

Cependant, ces travaux ne semblent pas avoir résolu de manière durable la question de la solidité de l'édifice : en 1768, le mur Sud de la nef menace de s'effondrer et de nouveaux travaux sont menés pour y remédier ; et on recommence en 1774 (AD Marne, G252) ; finalement, au 19e siècle les bas-côtés sont détruits afin de rétablir la solidité et l'équilibre de l'église (AD Marne, 2 O 1422).

Au cours de la première guerre mondiale, les bombardements anéantissent le cimetière désaffecté et l'église romane. La nouvelle église, reconstruite au centre du village, est inaugurée en 1926 (IA51001216).

Les objets mobiliers

Grâce à Henri Jadart (Travaux de l’Académie de Reims, vol. 122, 1907, p. 336-337), les objets mobiliers remarquables sont connus ; ils ont été entièrement détruits en 1914-1918, hormis la statue de Saint Hippolyte en guerrier (IM51002494), visible dans la nouvelle église Saint-Hippolyte.

Du 12e siècle, l'église avait conservé ses fonts baptismaux : la cuve ronde en pierre noire de Tournai était ornée de quatre têtes sculptées, le piédouche était moderne en pierre blanche à six pans.

De nombreuses statues ornaient l’église : saint Nicolas du 16e ou 17e siècle, avec une crosse à senestre et cuve contenant les enfants ressuscités ; une sainte femme tenant un livre et portant un voile ; un autre saint Nicolas semblable au précédent ; une sainte Barbe du 17e ou 18e siècle portant une palme ou un livre avec une tour à côté d’elle ; une Vierge couronnée du 16e siècle tenant un livre ouvert.

Le maître-autel en marbre et pierre, orné d'un bas-relief représentant les disciples d’Emmaüs avait été inauguré en 1899.

Les verrières étaient consacrées d'une part à la vie de Saint Hippolyte (baies du chœur), d'autre part à celle de Saint Joseph dans la chapelle du même nom, et à Saint Laurent.

Vocables Notre-Dame, Saint-Hippolyte
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Bourgogne
Adresse Commune : Courcy
Adresse :
Cadastre : 1834 A3 789
Précisions anciennement quartier de cimetière

L'église Notre-Dame a été construite au 12e ou au 13e siècle à l'ouest du village, au centre du cimetière. C'est en 1682 que l'archevêque Charles-Maurice Le Tellier consacre l'édifice à Saint-Hippolyte (AD Marne, G 256). Une chapelle est ajoutée sur le côté nord au 16e siècle. Au milieu du 18e siècle survient une première campagne de restauration, afin d'assurer la solidité de l'édifice. La réception des travaux a lieu le 23 août 1752 (AD Marne, G 395 et Travaux de l'Académie de Reims, Vol. 122, 1907). D'autres interventions ont lieu en 1768, puis 1774. Les bas-côtés sont finalement détruits au 19e siècle, permettant de rétablir la solidité et l'équilibre de l'édifice (AD Marne, 2 O 1422).

L'église est entièrement détruite sous les bombardements pendant la guerre de 1914-1918.

Période(s) Principale : 12e siècle, 13e siècle , daté par source , (détruit)
Secondaire : 16e siècle , daté par source , (détruit)
Secondaire : 18e siècle , daté par travaux historiques, daté par source , (détruit)
Secondaire : 19e siècle , daté par source , (détruit)

L'église comportait une nef à 3 vaisseaux, éclairée en façade par un triplet et deux baies en plein cintre flanquant le portail central. Un autre accès était aménagé sur l'élévation sud. Le clocher, construit en prolongement du bas-côté sud, était de plan carré, à trois niveaux éclairés par une baie plein cintre (niveaux 1 et 2) et 2 baies jumelées à l'étage des cloches. Le chœur comprenait une chapelle sud éclairée par une baie à meneau en arc brisé, une abside à 5 pans éclairée par 3 baies en arc brisé à meneau et remplage rayonnant, une chapelle nord, profonde de 2 travées, éclairée par deux larges baies modernes.

La nef était couverte d'une toiture à longs pans terminée par un pignon découvert. Le clocher semblait recouvert d'une terrasse. L'abside d'un long pans à croupe polygonale.

Murs calcaire moellon
Toit tuile plate (?)
Plans plan allongé
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
toit à longs pans croupe polygonale
terrasse
États conservations détruit
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : 2 G 2188. Fondations de chapelle. (1261-1262).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 2 G 2188
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • AD Marne. Série O : 2 O 1422. Réparations (1838) ; pose d’une horloge au clocher (1923) ; reconstruction (1926). (1881-1926).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 1422
Documents figurés
  • Courcy : gravure de la façade nord de l'église / Auteur inconnu. Sans date. Papier : crayon ; n. & b. (Bibliothèque municipale Carnegie, BMR72 -060)

    Bibliothèque municipale Carnégie, Reims : BMR72 -060
  • Courcy, église : ensemble de 8 photographies / Auteur inconnu. [191.]. 8 photogr. pos. : n. et b. (A Musée Hôtel Le Vergeur. Localités hors Reims carton CoCu).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : Localités hors Reims, carton CoCu
  • Courcy, église : ensemble de 3 photographies / Beausseron, 1914 (avant). 3 photog. : négatif noir et blanc ; gélatino-bromure ; support verre. Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, MH0065136, MH0065137, MH0065138).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0065136, MH0065137, MH0065138
Bibliographie
  • CLÉMENT, Robert. Il fut un temps… Courcy. [s.l.] : O.P.H.I.R. 2009.

Périodiques
  • JADART, Henri. Courcy. Travaux de l'Académie de Reims. Volume 122, 1907.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil départemental de la Marne (c) Conseil départemental de la Marne - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.