Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame

Dossier IA08001535 réalisé en 2011

Fiche

Voir

L’église paroissiale Notre-Dame s’élève à proximité de l’ancien château dont il ne reste rien, au point le plus haut du village, sur un éperon formé par la vallée de la Bar et la trouée de Noirval. D’après le pouillé du diocèse de Reims, antérieur à 1312, l’église était placée sous le patronage de l’abbaye de Mouzon. Les murs gouttereaux de la nef présentent les caractères du roman tardif et sont datables du début du 13e siècle : petites fenêtres en plein-cintre et porte latérale nord couverte d’un linteau en bâtière décoré d’un arc trilobé et d’une croix pattée. Ils témoignent de l’existence d’un vaisseau unique charpenté de plus de dix mètres de large, solution alors assez peu répandue dans les Ardennes.

Dans le courant du 15e siècle, cette nef a été radicalement transformée par l’établissement de trois vaisseaux d’égale hauteur voûtés d’ogives. Le transept et l’abside polygonale remontent à la même époque, mais reposent peut-être sur des fondations plus anciennes. Malgré les restaurations postérieures, cette église flamboyante conserve une belle unité. À l’image des baies murées, placées derrière les retables, toutes les fenêtres étaient à l’origine divisées par un réseau dont la sinuosité si caractéristique du flamboyant est encore timide. Des frises décorées de feuillages et d’animaux tiennent lieu de chapiteaux au sommet des piliers.

À en juger par la modénature des baies d’origine, c’est probablement dans la deuxième moitié du 16e siècle que l’église a été fortifiée par l’adjonction d’une tour-donjon à l’ouest de la nef, très caractéristique des défenses ajoutées aux églises de Thiérache et des Ardennes à cette époque. L’ouvrage est également à mettre en relation avec la construction de l’enceinte protégeant le bourg en 1578. Une grande bretèche protégeait l’entrée principale tandis que deux petites étaient ajoutées au-dessus des portes latérales de la nef.

L’église a subi d’importantes restaurations au 17e siècle : reprise complète de la travée de la porte latérale sud dont le nouveau portail est amorti par un cadran solaire figurant le soleil et la lune (la date « 1652 » est gravée sur la bretèche au-dessus) ; restauration des arcades et du voûtement à l’intérieur ainsi qu’en témoignent la présence des armes des Hannonet, notaires et juges seigneuriaux à Brieulles au 18e siècle, sur la première grande arcade droite de la nef. Un incendie aurait endommagé l’église en 1656, en particulier la tour. C’est sans doute à cette époque que les voûtes du rez-de-chaussée ont été remplacées par un plancher. Le portail ouest aurait été réparé en 1673.

En 1881, une restauration d'envergure est conduite par l’architecte Jean-Baptiste Couty (1821-1894) : le parement du soubassement de l’église est entièrement repris (l’édifice est aujourd’hui fortement surélevé par rapport au niveau de l’espace public) ; la tour est modifiée, en particulier par la création d’un portail néogothique monumental et l’établissement de deux travées de voûtes d’ogives au rez-de-chaussée. Des lucarnes ont été ajoutées à la tour quelques années plus tard (elles ne figurent pas sur une photographie de la fin du 19e siècle).

L'église a été légèrement endommagée pendant la première guerre mondiale (verrières cassées, trous dans la toiture) et surtout par les bombardements de 1941 (toiture soulevée, verrières détruites). Des réparations d'urgence sont réalisées la même année par Pierre Loupot, architecte à Vouziers. Une deuxième tranche de travaux est demandée au même architecte en 1949 sur l'argent des dommages de guerre, travaux achevés en 1951. Toutefois, les vitraux losangés prévus ne sont pas réalisés (verre cathédrale toujours en place) et la lucarne sud du clocher n'est pas réparée. Les vestiges de cette dernière seront supprimés en 1989 lors de la réparation de deux pans de la toiture de la tour. Les toitures de la nef, du transept et du chœur ont été refaites à partir de 2012.

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Vouziers
Adresse Commune : Brieulles-sur-Bar
Adresse : rue de l' Eglise
Cadastre : 1996 D 239

En 1312, l'église est alors placée sous le patronage de l'abbaye de Mouzon. Les murs gouttereaux de la nef, primitivement à vaisseau unique, et peut-être aussi les fondations du transept et du chœur datent de la première moitié du 13e siècle. Dans le courant du 15e siècle, la nef est divisée en trois vaisseaux d'égale hauteur et voûtée d'ogives, le transept et le chœur sont édifiés. Dans la deuxième moitié du 16e siècle l'édifice est fortifié par l'adjonction d'un tour-donjon à l'ouest de la nef et de bretèches au-dessus des portes latérales. L'église a été restaurée au 17e siècle : travée du portail sud entièrement refaite (la bretèche porte la date 1652) ; restauration intérieure (armoiries des Honnonet, notaires et juges seigneuriaux à Brieulles au 17e siècle, sur la première grande arcade droite de la nef).

En 1881, une restauration importante est conduite par l’architecte Jean-Baptiste Couty (1821-1894) : le parement du soubassement de l’église est entièrement repris ; la tour est modifiée, en particulier par la création d’un portail néogothique monumental et l’établissement de deux travées de voûtes d’ogives au rez-de-chaussée. Des lucarnes sont ajoutées à la fin du siècle à la tour.

Période(s) Principale : 1ère moitié 13e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 15e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 2e moitié 16e siècle
Secondaire : 17e siècle , porte la date, daté par travaux historiques
Principale : 4e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1652, porte la date
Auteur(s) Auteur : Couty Jean-Baptiste, architecte, attribution par travaux historiques

L'église Notre-Dame est implantée dans la partie ouest du village et est orientée au nord-est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de trois travées est précédée par une puissante tour de clocher dont la base comporte deux travées formant vestibule et au mur nord de laquelle est adossée la tourelle d'escalier en vis hors œuvre. Le transept est saillant et le chœur se compose d'une travée droite et d'une abside à trois pans. La sacristie est accolée au mur pignon du bras nord du transept. Les murs sont élevés en pierre de taille calcaire d'Authe (moyen appareil). Les faces intérieures sont enduites. Le sol des collatéraux est couvert de carreaux noir et blanc, celui du chœur liturgique d'un damier de marbre noir et gris veiné. La nef comporte des grandes arcades en arc brisé supportées par des piliers à colonnes engagées à chapiteaux sculptés. La façade occidentale présente un portail à linteau droit à moulures prismatiques sous une vaste baie à remplage, l'ensemble étant inscrit entre des pinacles. Une porte (obturée) à linteau trilobé est présente à la première travée du collatéral nord ; à l'opposé, au mur sud, un portail à fronton interrompu par une niche est protégé par une bretèche (une seconde était implantée à l'opposé, au nord, mais il ne subsiste que ses consoles). Des meurtrières pour le tir à l'arquebuse sont ménagées au dernière niveau de la face sud du clocher. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives. La couverture de l'édifice est en ardoise. La nef et le transept sont couverts par des toits à longs pans, la sacristie par deux toit à longs pans à croupe, la tourelle d'escalier par un toit en appentis en pierre, l'abside par une croupe polygonale et le clocher par un toit en pavillon.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
moyen appareil
moellon
Toit ardoise, pierre en couverture
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
appentis
croupe polygonale
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations tête humaine armoiries
Précision représentations

Des têtes humaines sculptées ornent les modillons de la nef. Une clé de voûte porte les armes du roi de France. La clé la première grande arcade à gauche dans la nef porte les armes de la famille Hannonet

Eglise fortifiée.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables clocher
Protections inscrit MH, 1946/09/20
Précisions sur la protection

Eglise : inscription par arrêté du 20 septembre 1946.

Annexes

  • Photographies non utilsées

    Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : 22584. Eglise de Brieulles (Ardennes). Plan / Pierre Paquet architecte. 1 : 200. 1911. 1 plan : calque, encre, en noir.

    Phot. Jacques Philippot 00940800314X

    AD Ardennes : 4 Mi 1589. [Façade principale]. Ed. Cim. [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. : carte postale.

    Phot. Jacques Philippot 00040800682X

    AD Ardennes : 4 Mi 1590. [Vue aérienne du village et de l'église]. Ed. Cim. [3e quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. : carte postale.

    Phot. Jacques Philippot 00040800597X

    AD Ardennes : 4 Mi 1590. [Vue aérienne du village et de l'église]. Ed. Cim. [3e quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. : carte postale.

    Phot. Jacques Philippot 00040800684X

    AD Ardennes : 4 Mi 1590. [Vue aérienne de l'église]. Ed. La Pie. [3e quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. : carte postale.

    Phot. Jacques Philippot 00040800683X

Références documentaires

Documents figurés
  • Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : 22584. Eglise de Brieulles (Ardennes). Plan / Pierre Paquet architecte. 1 : 200. 1911. 1 plan : calque, encre, en noir.

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 22584
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Ardennes. Brieulles-sur-Bar. Ardennes. [Plan]. 12 décembre 1944. 1 tirage de plan.

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Ardennes
  • Musée de l'Ardenne, Charleville-Mézières. [Vue côté sud-ouest : tour et nef] / Charpentier-Richard éditeur. [fin 19e siècle]. 1 photogr. nég.

    Musée de l'Ardenne, Charleville-Mézières
  • Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : APMH00026409 à 26414. [Eglise de Brieulles-sur-Bar] / G. Pamard photographe. [ca 1920]. 6 photogr. neg. : gélatino-bromure, support verre, n. et b. ; 13 x 18 cm.

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : APMH00026409 à 26414
Bibliographie
  • BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois, et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.

    p. 158
  • COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p.

    p. 34
  • GUELLIOT, Octave. Dictionnaire historique de l´arrondissement de Vouziers. Charleville-Mézières : Editions Terres ardennaises, 1997-2004, 10 tomes.

    t. II, pp. 105-106
  • LONGNON, Auguste. Pouillés de la province de Reims. Paris : Imprimerie nationale, 1907-1908. 2 vol., 1066 p.

    vol. 1, p. 34
  • OSTERMANN, Patrick. Romanische Sakralarchitektur zwischen Maas und Aisne. Hildesheim, Zürich, New York : Georg Olms Verlag, 1998. 2 t., 270-335 p.

    t. 1, p. 46-49, 67-68, 239, t. 2, p. 40-41, 232
  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.

    p. 113
  • VINCENT, Henri. (docteur). Epigraphie ardennaise. Les inscriptions anciennes de l'arrondissement de Vouziers ou relatives à la région. Reims : H. Matot éditeur, 1892. XXXII-507 p., fig., pl.

    p. 109-113
Périodiques
  • HUBERT, Jean. Statistique monumentale du diocèse de Reims. Département des Ardennes. II. Monuments historiques proprement dit. Travaux de l´Académie impériale de Reims, 1852-1853, tome 17.

    p. 222
  • JADART, Henri. Cadrans solaires. Légendes et devises horaires à Reims, dans la Région, en France. Département des Ardennes. Almanach Matot-Braine, année 1911.

    p. 323
  • TAINTURIER, Claude. La chasse et l´art. Quelques oeuvres conservées ou réalisées dans les Ardennes. Etudes ardennaises, 1963, n°32, p. 21-30.

    p. 27