Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-André de Marfaux

Dossier IA51001338 réalisé en 2015
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Dormans-Paysages de Champagne
Adresse Commune : Marfaux
Cadastre : 2014 AB 4

La partie a plus ancienne de l'édifice paraît être l'abside et son décor extérieur fait de modillons sculptés et animés, qui peut être datée du 11e siècle. La partie centrale de la nef, le clocher, les bras nord et sud du transept et la croisée sont du 12e siècle, et les bas-côtés, dont ne subsiste que le bas-côté sud, ont été agrandis au 15e siècle.

Il est probable qu'au 18e siècle on ait entrepris la démolition des bas-côtés, mais l'opération n'a touché que la partie nord, laissant en état le bas-côté sud et la toiture générale de la nef. Au milieu du 19e siècle est conduite une restauration de l'église, mais les documents n'en précisent pas la nature.

L'église est très endommagée par les bombardements intensifs des 15, 16, 17 juillet 1918. La façade ouest et le mur nord de la nef restent debout, tandis que bas-côté et bras sud du transept sont anéantis et le clocher très fragilisé. Les piles subsistent sur une hauteur de deux ou trois assises au-dessus des socles et sont ensevelies sous les gravats. Les travaux de restauration sont entrepris dès 1919, sous la direction de André Ventre (1919 à 1920), auquel succède Bernard Haubold jusqu'en 1932. Pendant la seconde guerre mondiale, les couvertures sont endommagées et nécessitent des réparations, menées par Bernard Haubold.

En 1968 et 1969, Paul PIllet conduit les réparations au clocher (consolidation) et aux couvertures (réfection) et met en place une protection contre la foudre.

Période(s) Principale : 11e siècle, 12e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 15e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 20e siècle , daté par source
Auteur(s) Auteur : Ventre André,
André Ventre (1874 - 1951)

Il est nommé architecte des Monuments historiques en 1905. D'abord chargé de la Saône-et-Loire, entre 1906 et 1915, puis de la Marne et de la Haute-Marne en 1915, il est nommé dans la Meuse en 1917 et de Vincennes. Il va participer à la restauration de la cathédrale de Verdun et des villages alentour.

En 1929 il est chargé du déplacement de l'hôtel de Massa des Champs-Élysées au 38 de la rue du Faubourg-Saint-Jacques.

Il fut un des architectes de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, mais son œuvre la plus célèbre reste le monument de la Tranchée des baïonnettes, érigé en 1920 près de Verdun. Pour l'architecture ferroviaire, André Ventre fut partisan du type gare-pont, c'est-à-dire une gare édifiée au-dessus, ou à côté des rails, mais en hauteur, ceci pour permettre aux usagers et au personnel de rejoindre les voies par un hall situé au-dessus des voies2.Il réalise la décoration de monuments parisiens à l'occasion de funérailles nationales comme celles de Paul Painlevé le 12 mai 1932 à Notre-Dame de Paris et au Panthéon de Paris.

Il prend sa retraite en 1941.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source
Auteur : Haubold Bernard,
Bernard Haubold (1875 - )

TITRES ET FONCTIONS

Il est nommé sur titre Architecte en chef des Monuments historiques (1907-1941), chargé des Côtes-du-Nord (à l’exception de la Cathédrale de St-Brieuc attribuée en 1908) puis. en 1913, du Finistère tandis que Malençon le supplée pour le département des Côtes-du-Nord durant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il est chargé de la Loire-Atlantique (à l’exception de la Cathédrale de Nantes attribuée en 1920), de l’Yonne (1919-1940), des arrondissements d’Épernay et de Reims à l’exception des édifices religieux et de l’archevêché (1921), du Mont-St-Michel (1929-1933), de la direction des travaux des édifices de la Marne pour les arrondissements de Châlons-sur-Marne et Vitry-le-François (1933), à l’exception de l’église d’Ambrières obtenue en 1936, de la Côte-d’Or (1936), des édifices de la Ville d’Arras (1939) et la Marne (1940).

PRINCIPAUX OUVRAGES

La chapelle de Port-Blanc à Penrosan, l’église de Plestin-les-Grèves, la chapelle St-Gonezy à Plougrescant.

(source : La Compagnie des architectes en chef des monuments historiques)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source
Auteur : Pillet Paul,
Paul Pillet (1903 - 1987)

Architecte en chef des Monuments historiques. Ecole des Beaux-arts, école des Travaux publics, Collaborateur de Levêque et Lotte (1929-1939). Concours de 1938-1939. Il est chargé de la Haute-Garonne, du Tarn-et-Garonne, du Lot, puis de l'Est (Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Marne).

Après sa retraite en 1968, il est maintenu dans ses fonctions pour l'édification du musée du Cloître de Notre-Dame-en-Vaux à Châlons-sur-Marne et la restauration de l'ancienne abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source

L’église Saint-André de Marfaux est construite suivant un plan en croix latine. L’édifice comprend une nef à trois travées, un seul bas-côté situé au sud, un transept, un clocher qui repose sur la croisée du transept et un chevet très peu saillant, à trois pans.

La face ouest, aveugle, est percée d’un simple portail. La nef est éclairée, en partie haute, par trois baies au nord et au sud. En partie basse, le bas-côté sud est percé de deux petites baies et d'un portail. Des éléments subsistent du bas-côté nord, aujourd’hui disparu : trois grandes arcades murées à impostes face nord, une arcade murée face ouest du bras du transept. Le transept est éclairé dans le bras nord, par deux petites fenêtres en plein-cintre, sur les faces nord et est. Le bras sud, qui s’appuie sur de puissants contreforts, est percé en face sud et est par de grandes baies et par une petite baie rectangulaire sur les combles. Au niveau du mur ouest, une tour demi-hors-œuvre circulaire est couverte d’un toit en croupe ronde et éclairée par deux meurtrières.

Le clocher qui repose sur la croisée du transept, est de plan carré avec un toit en bâtière. Chaque face est percée par une baie géminée avec colonnes engagées à chapiteaux sculptés, surmontées d’une voussure.

Au chevet, une abside à trois pans peu saillants est éclairée à l’est, par une baie en plein-cintre. Sur chaque face de l’abside, la bande de rives est décorée de motifs géométriques ; en dessous, trois arcatures reposent sur des modillons sculptés. Les toitures sont en tuiles plates ; à longs pans sur la nef et les bras du transept, et en appentis sur le bas-côté sud. Tous les pignons sont couverts. Les murs sont en moellons, en pierre de taille sur le clocher et aux chaînes d’angles.

A l’intérieur, les grandes arcades du bas-côté sud reposent sur des piliers rectangulaires à impostes saillants ; celles de l’ancien bas-côté nord sont visibles. Le plafond de la nef est charpenté. L’arc triomphal brisé à deux voussures, repose sur des colonnes engagées aux chapiteaux décorés. Dans le bas-côté sud, se trouve l’entrée de la tour qui mène au clocher. La croisée du transept est ouverte au nord et à l’est par un arc en plein-cintre ; au sud, par une plus grande arcade brisée. La voûte d’ogives repose sur des chapiteaux ornés de palmettes. Le bras nord du transept, primitivement voûté, est charpenté. Dans le mur ouest, une porte murée à arcade surbaissée devait accéder à l’extérieur de l’édifice ; une pierre funéraire y est aujourd’hui insérée. L’arcade donnant sur la croisée, est encadrée côté ouest, par deux colonnes aux chapiteaux sculptés de gouttes d’eau et de palmettes. Le bras sud du transept, recouvert d’enduit, est vouté d’ogives se terminant par des culots sculptés. La petite abside, voutée en cul de four, est en pierre de taille. Elle comprend une niche au nord, et un lavabo au sud.

Murs calcaire moellon
pierre de taille
Toit tuile plate
Plans plan en croix latine
Étages 2 vaisseaux
Couvrements plafond
voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
appentis
toit en bâtière
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations personnages ornement végétal
Précision représentations

À l’extérieur, l’arcature de la face est de l’abside représente deux personnages tenant un livre ; les deux autres arcatures, en très mauvais état, portent des vestiges de personnages.

Les chapiteaux des deux colonnes engagées de l’arc triomphal sont sculptés de motifs végétaux dans lesquels sont insérés des personnages. Dans le bas-côté sud, sont entreposés deux vestiges de chapiteaux de colonnes engagées. Dans le bras nord du transept, au-dessus de la porte murée sur le mur ouest, un chapiteau sculpté inséré dans le mur sert de console pour statue. Dans le bras sud du transept, les culots des voûtes d’ogives sont sculptés de motifs géométriques et de personnages représentant : un angelot au nord-est, un personnage portant la barbe et la moustache au sud-est, et un personnage ailé au sud-ouest.

Deux consoles sculptées encadrent la fenêtre du mur est. Celle située à gauche de la fenêtre, représente le corps d’un personnage aujourd’hui sans visage, et celle de droite, une forme à peu près similaire mais trop abîmée pour être lisible. L’appui des fenêtres situées aux extrémités nord et sud du transept est orné de chapiteaux sculptés.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1923/06/05

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série O : 2 O 2575. Marfaux - Église. Refonte d’une cloche (1856) ; pose d’une horloge au clocher (1925). 1853-1925

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 2575
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série W : 1338 W 20. Antiquités et objets d'art : dossiers communaux : Lhe-Mes. (1919-1982).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 1338 W 20
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0081/051/0082/158. Marfaux. Église. Restauration : correspondance ; dommages de guerre ; projet de chemin de croix, de maquette de vitrail ; remplacement de l'horloge ; travaux, financement. 1932-1969.

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0081/051/0082/158
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 1993/007/00066. Restauration sur les édifices du département de la Marne (51) : Rapport de tournée de l'ACMH J.P. Jouve relatif aux églises du district de Ville-en-Tardenois. (1990).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 1993/007/00066
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. Dossiers des communes avec édifice protégé : éléments administratifs et suivis de travaux anciens. (1956-2015).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
  • A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°37a. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1996).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : Carton tourisme n°37a
Documents figurés
  • Marne. Marfaux. Église : plan des toitures / P. Pillet. Décembre 1967. 1 : 500 (Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Classeur travaux).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : Classeur travaux
  • [Clocher : élévation] Face Ouest / [s.n.] [s.d.] (SUnité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Classeur travaux).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : Classeur travaux
  • Église de Marfaux. Beffroi / P. Pillet. 6 mars 1968. 1 : 50. 1 plan (Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Classeur travaux).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : Classeur travaux
  • Église paroissiale Saint-André. Extérieur, ensemble est, état le 26 juillet 1936 / Henri Deneux. 26 juillet 1936. 1 photogr. nég. : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. DNX-3467).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : DNX-3467
  • [Église de Marfaux : vue extérieure] / [s. n.]. Juillet 1948. 1 photogr. pos. : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 1998/34/0022).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 1998/34/0022
  • Photographies de Michel André, 1966 / Michel André, architecte des monuments historiques. 1966. Photogr. pos. : n. et b. (Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Classeurs de photographies. Sans cote).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
Bibliographie
  • BRAUN, Suzanne. Champagne-Ardenne : architecture et sculpture romanes. St-Juste-près-Brioude : Créer, 2009. 207 p.

  • Dictionnaire des églises de France. Volume 5 : Champagne, Flandre, Artois, Picardie. Paris : Robert Laffont, 1969. 144 p.

  • KACZMAREK, Michel. Ville-en-Tardenois et ses alentours. Ville-en-Tardenois : Chez l'Auteur. 1987.

  • TOURTEBATTE, Philippe (coord.). Promenade dans l'art roman en Champagne : découverte des églises de la Vallée de l'Ardre et de ses environs. Parc naturel régional de la Montagne de Reims : 2001.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Koll Marlène
Marlène Koll

Chercheur indépendant, membre du groupement Art 2 Conseil, composé de Elisabeth Dandel, Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, et Michèle Robin-Clerc, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est membre du groupement Art 2 Conseil composé de Elisabeth Dandel, Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, et Florence Bruny, pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.