Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Basle de Caurel

Dossier IA51001212 réalisé en 2015

Des origines à nos jours

La construction de l'église Saint-Basle remonte à la fin du 12e siècle : le clocher, l'abside, le transept et le vaisseau central de la nef peuvent être rattachés à cette époque. Le pouillé de 1312 cite l’église sous le vocable de Saint-Basle. La façade et les chapelles latérales sont refaites au 16e siècle ; l'accès est alors assuré par trois portes : une latérale donnant sur chaque bas-côté et une porte centrale surmontée d'un arc en anse de panier, caractéristique du 16e siècle, encadrée par 3 nervures en retraite. Au-dessus, un arc en accolade repose sur des consoles ornées de feuilles. Un chapiteau servait de support pour une statue. Il semble que le porche soit conservé, puisqu'il ne sera détruit qu'à la fin du 19e siècle, autour de 1886 : on y accède par une haute porte centrale, cintrée, et deux ouvertures latérales ; un toit à deux rampants le protège. En 1533, une chapelle latérale est annexée sur le bras nord du transept, en utilisant les matériaux provenant de la démolition de l’église de La Neuville-les-Pomacle (Travaux de l’Académie de Reims, vol. 122, 1907).

Les visites pastorales des 16e, 17e et 18e siècles donnent un aperçu de l’état de l’église et de son entretien. En 1507, l’église est en bon état, mais la demande est ordonnée aux coûtres de faire réparer un pilier. En 1683 et 1697, on constate que : « Le chœur, le cancel avec les chapelles, sont voûtés et pavés. La nef a un plancher ; pour les collatéraux, ils n’ont point d’autre plafon que le toict » (AD Marne. G 258). En 1752, le plancher est en mauvais état. Dans le questionnaire de 1774, on mentionne la construction d’une sacristie et les réparations faites à la nef, aux toitures et aux murs. Ils sont financés par la communauté (AD Marne. G 258). En 1806 (l’an XIV), des réparations sont entreprises. En 1833, un beffroi est construit. En 1865, la couverture de la nef est reconstruite. En 1874, les bas-côtés sont élargis. En 1886, une sacristie est ajoutée. En 1889, les bas-côtés sont réparés (AD Marne. 2 O 797).

L’église est partiellement détruite en 1914-1918. Elle est classée parmi les monuments historiques le 18 juin 1921 pour faciliter le financement des travaux de reconstruction. Ces derniers commencent en 1922, année où l’architecte en chef des Monuments historiques Bernard Haubold propose un projet de remise en état de la toiture et de la flèche, des travaux de réfection des chapelles nord et sud et du couvrement de la nef et des bas-côtés. C’est un projet de restauration visant à retrouver l’état antérieur de l’église. En 1925, les travaux sont quasiment achevés (MAP. 81/51/42). En 1952, une nouvelle remise en état générale des couvertures est lancée. En 1956, des travaux de consolidation de la façade occidentale sont proposés (MAP. 81/51/42). En 2008, la voûte de la croisée du transept a été reprise. Les travaux de 2010 portent la réparation des deux rives de la nef et l’entretien général des couvertures (STAP. Dossier Caurel).

L'église aujourd'hui

Le plan de l’église est en croix-latine. La nef, constituée de trois vaisseaux à quatre travées, s'interrompt sur un transept légèrement débordant au nord, dont les bras ainsi que la croisée sont voûtés d’ogives. Celles-ci retombent sur des chapiteaux à feuillages. Le chevet à trois pans, éclairés chacun par une baie en plein-cintre, est renforcé de contreforts s'élevant sur plus des deux tiers de la hauteur. Des contreforts étaient également les angles des bras du transept, laissant supposer des remaniements dans le couvrement, probablement lors de la campagne de travaux au 16e siècle. Le clocher, du 12e siècle, est construit sur la croisée du transept ; il est coiffé d'une toiture en pavillon ; chaque face est animée par une baie jumelée à colonne centrale, regroupée sous un arc plein-cintre à large tore reposant sur des colonnettes engagées à chapiteau à feuillages.

Le clocher sur la croisée du transept est accessible par un escalier depuis le bas-côté sud. La nef et les bas-côtés sont séparés par des arcs en plein-cintre, reposant sur piliers. Les murs sont en pierre de taille. Sur la façade occidentale, au-dessus de la porte se situe un arc en accolade, reposant sur des consoles ornées de feuilles. Un oculus moderne est placé dans l'axe de la porte au second niveau. Les bas-côtés sont éclairés par 3 baies en plein-cintre.

Toutes les toitures de l'édifice sont couvertes d'ardoise ; les bras du transept sont coiffés d'un toit en appentis, alors que la nef et les collatéraux sont réunis sous la même toiture à longs pans.

Bien que l'édifice ait été partiellement détruit pendant la première guerre mondiale, les travaux du 16e siècle s'observent encore aisément : on a cité les contreforts renforçant les angles des bras du transept, résultant après la construction de ce dernier d'une reprise importante du voûtement interne. Les voûtes d'ogives retombent sur des colonnes à chapiteaux à feuillages. Les fenêtres du transept sont refaites au 16e siècle. L'abside est voûtée d'une ogive à 6 branches rejoignant une clé de voûte ornée d'un fleuron. Les colonnes reposent sur des chapiteaux à feuillages.

Vocables Saint-Basle
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Bourgogne
Adresse Commune : Caurel
Adresse : place de la mairie
Cadastre : 2014 AB 01 58

L'église du 12e siècle (dont il subsiste le vaisseau central de la nef) est modifiée au 16e siècle avec la reconstruction de la façade ouest et des chapelles latérales ; une chapelle latérale est annexée sur le bras nord du transept en 1533. Des travaux d'entretien sont réalisés au cours du 18e siècle. Au 19e siècle l'édifice connaît plusieurs interventions : réparations en 1806, beffroi édifié en 1833, réfection de la couverture de la nef en 1865 ; les bas-côtés sont élargis en 1874 ; en 1886, la sacristie est ajoutée et il est probable que le porche ouest soit démoli la même année ; enfin, les bas-côtés sont réparés en 1889.

L'église est partiellement détruite pendant la guerre de 1914-1918. Elle est classée monument historique le 18 juin 1921 et reconstruite à partir de 1922 ; les travaux s'achèvent en 1925. Une remise en état générale des couvertures est effectuée en 1952, suivie en 1956 de travaux de consolidation de la façade occidentale. L'entretien régulier de l'édifice se poursuit, en 2008, puis 2010.

Période(s) Principale : 2e moitié 12e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 2e quart 16e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 18e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 1ère moitié 19e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , daté par source
Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates 1533, daté par travaux historiques
1806, daté par travaux historiques
1833, daté par travaux historiques
1874, daté par source
1886, daté par source
1889, daté par source
1922, daté par source
1925, daté par source
1952, daté par source
1956, daté par source
2008, daté par source
Auteur(s) Auteur : Haubold Bernard,
Bernard Haubold (1875 - )

TITRES ET FONCTIONS

Il est nommé sur titre Architecte en chef des Monuments historiques (1907-1941), chargé des Côtes-du-Nord (à l’exception de la Cathédrale de St-Brieuc attribuée en 1908) puis. en 1913, du Finistère tandis que Malençon le supplée pour le département des Côtes-du-Nord durant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il est chargé de la Loire-Atlantique (à l’exception de la Cathédrale de Nantes attribuée en 1920), de l’Yonne (1919-1940), des arrondissements d’Épernay et de Reims à l’exception des édifices religieux et de l’archevêché (1921), du Mont-St-Michel (1929-1933), de la direction des travaux des édifices de la Marne pour les arrondissements de Châlons-sur-Marne et Vitry-le-François (1933), à l’exception de l’église d’Ambrières obtenue en 1936, de la Côte-d’Or (1936), des édifices de la Ville d’Arras (1939) et la Marne (1940).

PRINCIPAUX OUVRAGES

La chapelle de Port-Blanc à Penrosan, l’église de Plestin-les-Grèves, la chapelle St-Gonezy à Plougrescant.

(source : La Compagnie des architectes en chef des monuments historiques)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source

Le plan de l’église est en croix-latine. La nef à 4 travées et les collatéraux sont réunis sous le même toit à longs pans ; les bras du transept saillant et la croisée sont voûtés d’ogives ; celles-ci retombent sur des chapiteaux à feuillages. Le chevet est à 3 pans renforcés de contreforts. Le clocher sur la croisée du transept est accessible par un escalier depuis le bas-côté sud et coiffé d'une toiture en pavillon. La nef et les bas-côtés sont séparés par des arcs en plein-cintre, reposant sur piliers.

Les murs sont en pierre de taille. Sur la façade occidentale, au-dessus de la porte s'observe un arc en accolade, reposant sur des consoles ornées de feuilles. Les bas-côtés sont éclairés par 4 baies en plein-cintre.

Murs pierre pierre de taille
pierre moellon
calcaire
béton
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
plafond
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
toit à longs pans croupe polygonale
toit en pavillon
Escaliers
États conservations bon état
Techniques peinture
Précision représentations

Faux appareillage peint sur les piliers et colonnes de la croisée.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1921/06/18
Précisions sur la protection

1921/06/18 classé MH en totalité.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série G : G 258. Doyenné de Lavannes : paroisse de Bazancourt et Pomacle son annexe. (1765-1791).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 258
  • AD Marne. Série O : 2 O 797. Réparations (an XIV) ; construction d’un beffroi (1833) ; reconstruction de la couverture de la nef (1865) ; construction d’une grille en avant de l’église (1869) ; élargissement des basses nefs (1874) ; construction d’une sacristie (1886) ; achat de trois cloches (1924). (an XIV-1934).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 797
  • MAP. Série 81 : 81/51/0021/0042. Restauration d'édifice de la Marne, série générale. (1921-1961).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 81/51/0021/0042
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. Dossiers des communes avec édifice protégé : éléments administratifs et suivis de travaux anciens. (1956-2015).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. sans cote. Photographies, classées par communes. Classeurs.

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
  • A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°36a. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1918-2008).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : carton tourisme 36a
Documents figurés
  • Caurel, église : coupe du clocher / Bernard Haubold. 1922. 1 dessin : en noir ; mine de plomb. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 81/51/0021/42).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 81/51/0021/42
  • L'église Saint-Basles de Caurel : façade / Auteur inconnu. [s.d.]. 1 dessin : en noir. (BM Reims Carnegie. BMR 71-263).

    Bibliothèque municipale Carnégie, Reims : BMR 71-263
  • Abside et nef / Beausseron, avant 1914. 2 photogr. pos. : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0065152 - MH0065153).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0065152 ; MH0065153
  • Vues extérieures et intérieure / Léon Doucet, 1922 et 1924. 4 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0062196 - MH0062198 ; MH0076139).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0062196 ; MH0062197 ; MH0062198 ; MH0076139
  • Vues extérieures et intérieures / G. Estève, après restauration. 5 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0106302 ; MH0106306).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0106302 ; MH0106303 ; MH0106304 ; MH0106305 ; MH0106306
  • L'église de Caurel : abside / Auteur inconnu. [s.d.]. 1 carte postale. (BM Reims Carnegie. BMR 63-300).

    Bibliothèque municipale Carnégie, Reims : BMR 63-300
Bibliographie
  • JADART, Henri. Caurel. Travaux de l'Académie de Reims. Vol. 122, 1907.

    p. 213-227
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil départemental de la Marne (c) Conseil départemental de la Marne - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.