Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Denis de Champlat-et-Boujacourt

Dossier IA51001285 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Historique

Si l’on bénéficie des visites pastorales de la fin du 17e siècle et du 18e siècle, on ignore précisément l’époque de construction de l’église Saint-Denis.

Le sanctuaire de l’église est voûté, les contreforts sont à reprendre en 1739. D’importants travaux de restauration conduits par le maître maçon Pierre Chevailland ont lieu entre 1856 et 1857 et portent sur l’ensemble de l’édifice : maçonnerie, charpente, couverture, serrurerie et peinture. La toiture est reprise en 1873, la cloche refondue en 1899.

L’édifice est très endommagé entre le 15 juin et le 18 juillet 1918. En 1920, l’architecte Gaston Grivet dresse les plans, coupe et élévation de l’église accompagnant le devis de reconstruction. L'édifice est entièrement reconstruit suivant un modèle propre à la période de la reconstruction, à l'emplacement de l'ancienne église, mais dans des proportions plus modestes. Les travaux sont réceptionnés en 1931. Le mobilier, entièrement renouvelé, est fourni en 1934 d’une part par M. Becart (ou Bécard) de Villedommange, d’autre part par Maurice Diemert à Reims.

Description

Les murs de l'église sont en moellons apparents avec des bandeaux de briques pleines à hauteur des arcs des baies en façades nord et sud, le long des rives de toiture de la façade occidentale et sous la flèche du clocher sur ses quatre faces. Les toits et la flèche sont recouverts d’ardoises. Les baies reçoivent un chaînage en pierre de taille apparent en façade ouest et est, sur une baie de la façade nord, et en briques sur trois baies de la façade nord et celles de la façade sud.

La façade occidentale, sur un niveau, à toiture à deux pans, est pourvue d'un portail axial et est surmontée du clocher. On y trouve une sorte de porche peu saillant, en moellons enduits, plein-cintre, comprenant un bandeau de briques à mi-hauteur, surmonté d’un fronton en pierre, sculpté. Il est recouvert d’un chaînage de pierres, à ressauts, comportant un entablement au faîtage. Cette façade comprend, chaque côté du portail, deux petites baies à linteau droit.

La façade nord, sur un niveau, est pourvue de trois baies plein-cintre à chaînages de briques en partie est et d’une baie plein-cintre, plus petite en partie ouest. Sa couverture est un long-pan. Elle est soutenue par trois contreforts à bandeaux de briques, l’un à son extrémité est, les deux autres entre les baies de la partie est.

Le chevet, sur un niveau, est à cinq pans comme sa toiture. Il est éclairé par trois baies plein-cintre sur trois de ses pans. Il est flanqué, au sud, de la sacristie. Cette dernière est un petit bâtiment à un niveau recouvert d’une toiture de tôles en appentis. Sa façade est, est percée d’une baie à linteau droit. La façade sud, sur un niveau, est pourvue de trois baies plein-cintre à chaînages de briques. Sa couverture est un long-pan. Elle est soutenue par trois contreforts à bandeaux de briques, l’un à son extrémité ouest, les deux autres entre les baies.

Le clocher, sur deux niveaux, est couvert d’une flèche à quatre pans qui se terminent chacun, en rive, par un retroussis à arc brisé. Il est muni en façades ouest, nord et sud, au niveau 2, de baies géminées surmontées d’une imposte plein-cintre et pourvues d’abat-son. On remarque, sur les quatre façades, un oculus aveugle situé juste sous le débord de toiture de la flèche.

Des pierres de remploi de l’ancienne église sont incluses dans la clôture.

L'intérieur

Les murs et les plafonds sont enduits, on y observe de nombreuses et importantes fissures. Du narthex part un escalier de bois qui accède à la tribune. Ses marches, contremarches, limon, palier et main-courante, sont en bois. La tribune, située à l’ouest, est supportée par une corniche à redents. L’église est à nef unique, sur un niveau, sans transept. Le plafond de la nef est à trois pans. On ne voit que les deux fermes principales de la charpente, à entraits retroussés qui reposent sur des culots. On trouve, dans la partie nord-ouest de la nef une niche plein cintre à arcade à trois redents, et au sud-ouest un petit débarras.

On remarque une ouverture plein cintre maçonnée entre la nef et le chevet formant chœur, qui est plus haut d’une marche. La sacristie est recouverte d’un plafond plat en hourdis de briques enduites. On accède au clocher depuis la tribune, par une échelle de meunier. La charpente des combles, du clocher et de la flèche, sont en bois.

Vocables Saint-Denis
Destinations église paroissiale
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Dormans-Paysages de Champagne
Adresse Commune : Champlat-et-Boujacourt
Cadastre : 2014 B 105

On ignore précisément l’époque de construction de l’église Saint-Denis, probablement survenue entre le 12e et le 14e siècle. D’importantes restaurations ont lieu entre 1856 et 1857. Très endommagée entre le 15 juin et le 18 juillet 1918, l’église est entièrement reconstruite entre 1920 et 1931, sur les dessins et projets de Gaston Grivet, architecte, qui reproduit un modèle de la reconstruction ; le mobilier, entièrement renouvelé, est livré en 1934.

Période(s) Principale : milieu 12e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1931, daté par source
Auteur(s) Auteur : Grivet Gaston,
Gaston Grivet

Architecte, à Reims, situé 85 rue Gambetta. Il participe en 1930 à l’aménagement des tribunes du stade-vélodrome de Reims (archiwebture) et conduit la reconstruction de l'église Saint-Denis à Champlat-et-Boujacourt.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte de l'entreprise, attribution par source

L’église est à nef unique, sans transept, recouverte d’un plafond à trois pans aux deux fermes apparentes, en bois, à entraits retroussés. Son abside est à cinq pans.

Lors de l'enquête au mois d'octobre 2016, il a été constaté une attaque virulente et très active d'insectes xylophages, essentiellement concentrée sur les pièces en bois polychrome entreposées dans la pièce au sud-ouest. Par ailleurs, l'accès au clocher et à la cloche manque d'entretien régulier, les escaliers comme les paliers sont envahis de déchets organiques et de toiles d'araignées.

Murs pierre moellon
brique
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements plafond
Élévations extérieures élévation ordonnancée sans travées
Couvertures toit à longs pans
États conservations mauvais état
Techniques sculpture
Précision représentations

Extérieure : La clôture est en moellons assemblés au mortier et comprend six pierres de réemploi sculptées, à la représentation de visages humains, de formes géométriques ou florales.Le fronton du porche central est sculpté d’une croix grecque et de motifs floraux. La flèche du clocher est surmontée d’une décoration en métal à trois nœuds, un coq et une pointe.

Intérieure : Les deux fermes principales de la nef reposent sur des culots à motifs géométriques.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : G 254. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de la Montagne. (1512-1789).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 254
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • AD Marne. Série R : 10 R 2905. Dommages de guerre : Commune de Champlat – devis, plan de l’église, inventaire du mobilier. (1920-1922).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 2905
  • AD Marne. Série O : 2 O 1011. Champlat-et-Boujacourt, église : travaux divers (1856) ; refonte de la cloche (1899) ; projet de reconstruction de l’église (1929) ; travaux (1929-1931) ; dommages de guerre (1932). 1812-1933.

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 1011
Documents figurés
  • Plan des villages, terroirs et dixmeries de Champlat, Chantraine (Chanteraine) et Boujacourt / Pierre Villain del. 1782. [Echelle non déterminable]. papier : lavis, encre (AD Marne. 2 G 160/10).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 G 160/10
  • Cadastre de 1832. Détail de la section B2 avec église ; section B, 2e feuille. / Alex. Hubert, géomètre du cadastre. Terminé le 1er novembre 1832. 1 plan : aquarellé. 1:1250 (AD de la Marne. 3 P 824).

    Archives départementales de la Marne, Reims
  • Église de Champlat : plan, coupe, façade / Gaston Grivet architecte. 1:100. Dressé à Paris le 25 février 1920. 1 plan papier (AD Marne. 10 R 2905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 2905
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.