Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Didier

Dossier IA08001532 inclus dans Église paroissiale Notre-Dame réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Didier
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Château-Porcien
Adresse Commune : Asfeld
Cadastre : 1985 AC 246

L'ancienne église d´Asfeld était située dans les dépendances du château, sur l´un des côtés des fossés qui encadrent le terre-plein où s´élevait le manoir seigneurial. Elle menaçait ruine et Jean-Jacques Mesmes, comte d´Avaux, substitut du procureur général au Parlement de Paris, et décimateur du lieu s´engagea, en juin 1675, à la reconstruire sur une place voisine. Le 18 juin 1680 intervint une convention qui régla la part financière entre les habitants, l'hôtel-Dieu de Reims et le comte d'Avaux (au final, Mesmes pris en charge 15000 livres sur les 24000 que coûta l'édifice). La démolition de l´ancienne église intervint au printemps 1680, par un entrepreneur de Jandun, Jean Despère, maître-maçon, qui mena ensuite la reconstruction qui fut achevée en 1685 (réception et bénédiction le 15 juin 1685). La date de 1683 est inscrite sur la coupole, à l'ouest. D'après les sources, les plans furent donnés par Fleury, agent-voyer du lieu, et par frère François Romain (dominicain originaire de Maastricht qui venait de passer plusieurs années à Rome et qui, après son retour en France, fut adjoint à François Mansart pour la construction du Pont Royal à Paris). Un doute subsiste cependant car les autres édifices réalisés par Romain ne sont que peu en rapport avec celui-ci. Le style de l'édifice pourrait plutôt être mis en relation avec celui d'un disciple de Borromini, l'italien Guarino Guarini, qui était à Paris en 1662 pour construire l'église baroque Sainte-Anne-la-Royale à Paris (détruite) et à rapprocher également d'un plan établi pour l´église Saint-Gaetan de Nice qui ne fut pas réalisée. En 1692, la tour menaçait ruine mais ce ne fut qu'en 1733 que d'importantes réparations eurent lieu sur l'ensemble de l'édifice. Des réparations eurent lieu de 1865 à 1868 grâce à abbé Lamorlette et les conseils d'Auguste Reimbeau, architecte à Reims puis sous la direction de M. Ronsin, architecte à Rethel, et opérés par un maçon du pays, M. Goussiez. Une campagne d'embellissements intérieurs intervint en 1890 : décoration intérieure due à la maison Durieux, de Reims, vitraux par les ateliers Bourgeois, de Paris, et grilles d´appui des tribunes par Allart, serrurier à Reims.

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle
Dates 1680, daté par travaux historiques, porte la date
1683, porte la date
Auteur(s) Auteur : Reimbeau Louis-Auguste,
Louis-Auguste Reimbeau (1826 - 1865)

REIMBEAU Louis-Auguste (1826-1865). Architecte, dessinateur. Élève de Narcisse Brunette, il fut attaché à Visconti dans la construction du Nouveau Louvre. Il épousa à Rethel en 1854 Gabrielle Joséphine Harmel (1831-1913), fille du filateur de Boulzicourt (Ardennes) et repose au Cimetière du Nord. (http://cths.fr/an/prosopo.php?id=109635).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte,
Auteur : Ronsin E., architecte,
Auteur : Durieux,
Durieux

Maison installée à Reims.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
décorateur,
Auteur : Bourgeois Gustave,
Gustave Bourgeois

Peintre verrier à Paris, 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
verrier, attribution par travaux historiques

L'église Saint-Didier est implantée au centre du village. Elle présente un plan trapézoïdal curviligne terminé par une rotonde qui ressemble à une basse de viole. La partie trapézoïdale se compose de différents éléments agencés de la sorte (d'ouest en est) : un vaste porche ovale à colonnade protège un second moins développé dont les extrémités sont terminées par des quarts de rond, un massif occidental composé de deux escaliers en vis encadrant le portail d'entrée, d'un vestibule d'entrée circulaire surmonté d'un imposant clocher puis d'un espace de circulation trapézoïdale menant à l'espace liturgique. Ce dernier, qui rassemble la nef et le choeur, présente un plan circulaire intérieurement divisé par cinq chapelles périphériques, alternant avec cinq autres plus étroites. L'édifice est entièrement bâti en brique excepté les soubassements qui sont en pierre de taille de Dom-le-Mesnil. Le sol est couvert de dalles calcaire et celui du choeur par un damier de marbre noir et de carreaux de céramique à motifs géométriques. Les faces intérieures des murs de la nef sont enduites et certaines parties sont peintes. L'édifice est éclairé par des baies en demi-lune situées au sommet des murs, majoritairement aux chapelles de la rotonde. A l'intérieur, à partir de la base du clocher, deux escaliers muraux courbes permettent d'accéder aux tribunes qui débutent à l'étage de l'espace de circulation trapézoïdale et parcourent tout l'étage des chapelles ; l'entrée de chaque chapelle est marquée par quatre colonnes soutenant un entablement. Le porche principal est couvert d'une coupole ovale, le vestibule d'entrée par une coupole en brique, l'espace de circulation trapézoïdale par un berceau déprimé, l'espace liturgique par une vaste coupole et les chapelles par des culs-de-four. A l'extérieur, la partie trapézoïdale est ceinturée par un péristyle à colonnes en brique ; le clocher passe d'un plan carré à la base, à un plan octogonal dont quatre angles sont occupés par des colonnes géminées et des pots à feu. Les volumes intérieurs de la rotonde se retrouvent parfaitement depuis l'extérieur mais ils sont en plus surmontés par un entablement à courbes concaves supporté par des pilastres. La couverture de l'édifice est en ardoise. Le porche principal et les quarts de rond encadrant le portail sont couverts de toits bombés, le clocher par un dôme polygonal surmonté d'un lanternon à dôme polygonal, la partie trapézoïdale par un toit à longs pans, les chapelles par des croupes rondes et la partie liturgique par un dôme circulaire.

Murs calcaire
brique
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'arêtes
voûte en berceau
coupole
cul-de-four
Couvertures toit conique
dôme ovale
dôme polygonal
toit à longs pans
toit bombé
dôme circulaire
croupe ronde
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations bon état
Techniques vitrail
peinture
Représentations ange rinceau colombe
Précision représentations

A l'intérieur, le niveau d'entablement est décoré des noms et quatre évangélistes et de rinceaux ; la partie surmontant l'autel comporte un colombe, des nuées et des anges musiciens.

Edifice remarquable par sa conception, sa morphologie et la singularité de sa présence dans les Ardennes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables nef, choeur, élévation
Protections classé MH, 1913/05/03
Précisions sur la protection

Eglise : classement par arrêté du 3 mai 1913.

Annexes

  • 20130854065NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 1

    20130854066NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 1

    20130854067NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 1

    20130854068NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 1

    20130868792ZZ : 94 ; Charenton-le-Pont ; Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, 22568

    20130868777ZZ : 94 ; Charenton-le-Pont ; Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, 52585

    20130868776ZZ : 94 ; Charenton-le-Pont ; Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, 52587

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.

    D18 ; H39 ; H40-42 ; R7 Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières : AC
  • Archives départementales des Ardennes, archives concernant les restaurations des édifices classés, provenant de la préfecture, service du ministère de l´instruction publique et des beaux arts, 4 T.

    Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières : 4 T
Bibliographie
  • JADART, Henri, DEMAISON, Louis. Les inscriptions commémoratives de la construction d´églises dans la région rémoise et ardennaise, Xe-XVIIe siècles. Caen : 1899. n.p.

    p. 29
  • Dictionnaire des églises de France. Volume 5 : Champagne, Flandre, Artois, Picardie. Paris : Robert Laffont, 1969. 144 p.

    p. 15
  • COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p.

    pp. 17 ; 21
  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.

    pp. 94-95
Périodiques
  • POQUET, A. La vallée de l´Aisne. Almanach Matot-Braine, année 1876.

    p. 84
  • JADART Henri, LAURENT Paul. Epigraphie campanaire ardennaise, les cloches du canton d'Asfeld. Revue d´Ardenne et d´Argonne, mai-juin 1896, n°5.

    pp. 130-132
  • BAUDON, Albert. Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine, année 1902.

    pp. 264-266
  • JADART, Henri. Notes inédites sur l´église d´Asfeld. Revue historique ardennaise, 1910, tome XVII.

    pp. 49-85
  • MIDOUX, Ch. En pays envahi. Asfeld et ses environs. Almanach Matot-Braine, années 1915-1917.

    pp. 501-504
  • COURCELLES, Gérard. Autres richesses touristiques ardennaises : les zones champenoise et axonienne. L'automobilisme ardennais, décembre 1938-janvier 1939, n°48.

    p. 32
  • ROCARD, Vincent. Le projet de l´église d´Asfeld. Revue historique ardennaise, année 1984, tome XIX.

    pp. 27-36
  • FIEROBE-NILLES, Nicole. Un prêtre sans histoire, doyen d´Asfeld : le Revinois Charles Dupont (1852-1909). Terres ardennaises, octobre 1999, n°68.

    pp. 52-59