Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Etienne

Dossier IA08001481 réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Etienne
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Rocroi
Adresse Commune : Laval-Morency
Cadastre : 1984 AB 133

D'après Feuillet de Fontenelle, Laval aurait brûlé en 1622 par Mansfeld qui était commandité par le duc de Bouillon, prince de Sedan. L'église a beaucoup souffert aussi du séjour des espagnols dans la contrée, en 1642. Son église a alors été brûlée en grande partie car elle servait de fort de résistance mais dès l'année 1646, elle était réparée et rendue au culte. Si l'on met en corrélation l'architecture et les sources, on peut évoquer une église qui remonte peut-être au 13e siècle (d'après les petites baies en plein-cintre du mur ouest du bras nord et du mur est du bras sud) mais qui a été entièrement remanié au niveau de ses baies, des voûtements et des éléments fortifiés avant ou après les troubles du 17e siècle. Le choeur a été complètement reconstruit au 19e siècle ; c'est aussi à cette époque que furent supprimées d'autres tourelles flanquant la nef. Sous l'Ancien Régime, le seigneur était le chapitre de Reims, du fait de la baronnie des Potées.

Période(s) Principale : 13e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 19e siècle

L'église Saint-Etienne est implantée au centre du village et est orientée au nord-est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à vaisseau unique est suivie par un transept saillant et par le choeur rectangulaire. Une tourelle d'escalier hors-oeuvre est située à l'angle sud-est du bras sud et la sacristie dans l'angle formé par le bras sud et la nef. Les murs sont élevés en moellon calcaire avec chaînes d'angle en pierre de taille calcaire. Les faces intérieures des murs sont enduites. Le sol de la nef et du transept sont couverts de carreaux à motifs géométriques et celui du choeur d'un damier de marbre noir et de calcaire. Les murs sont percés de baies en plein-cintre identiques. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives et le choeur est couvert d'une fausse voûte en berceau déprimé. Présence d'ouvertures de tir et de bretèches au bras du transept. La couverture de l'édifice est en matériau synthétique. La nef et le choeur sont couvertes de toits à longs pans à croupe, les bras du transept de toits à lons pans à pignons découverts et le clocher par une flèche polygonale.

Murs calcaire
brique
moellon
appareil mixte
Toit ardoise, matériau synthétique en couverture
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives
fausse voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
toit conique
appentis
croupe
pignon découvert
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations inégal suivant les parties
Techniques vitrail

Edifice fortifié par le biais de bretèches, d'une tourelle et d'ouvertures de tir ; comble refuge.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections inscrit MH, 1926/07/19
Précisions sur la protection

Eglise : inscription par arrêté du 19 juillet 1926.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.

    D7 ; H19 ; M2-3 ; R16 Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières : AC
Bibliographie
  • PECHENARD abbé. Le domaine de Potées (Ardennes) ou la donation de saint Remi. Reims : Imprimerie E. Bugg, 1896. 136 p.

    p. 92
  • COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p.

    p. 78
Périodiques
  • HUBERT, Jean. Statistique monumentale du diocèse de Reims. Département des Ardennes. II. Monuments historiques proprement dit. Travaux de l´Académie impériale de Reims, 1852-1853, tome 17.

    p. 232
  • MANCEAU, Henri. Eglises des confins occidentaux. L´Automobilisme ardennais, n°115, juillet-août 1957.

    p. 17
  • ILLAIRE, Martine (dir.). Dictionnaire historique des communes des Ardennes. Fromelennes, Laval-Morency, Mairy, Osnes, Pure, Rancennes, Sachy. Revue Historique ardennaise, 1984, tome XIX.

    pp. 166-168