Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Etienne

Dossier IA52000645 inclus dans Recensement du patrimoine mobilier du département de la Haute-Marne réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Vocables Saint-Etienne
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Joinville
Adresse Commune : Saint-Urbain-Maconcourt
Lieu-dit : Saint-Urbain

Le choeur date du 13e siècle mais a été revoûté au 16e siècle ; la nef et son portail occidental datent également du 13e siècle mais les voûtes du vaisseau cental et des bas-côtés ont été refaites en 1691 (la première clé de la nef et du bas-côté nord portent cette date) ; le bras nord du transept et les deux croisllons ont été construits au 13e siècle mais les croisillons ont été revôutés en 1735 (une clé porte cette date) peut-être pour établir un nouveau clocher ce qui expliquerait aussi le chemisage circulaire des piles de séparation des deux croisillons ; le bras sud du transept a été bâti au milieu ou dans la seconde moitié du 16e siècle ; le porche date de la seconde moitié du 15e siècle ou de la première moitié du 16e siècle.

Période(s) Principale : 13e siècle
Principale : 2e moitié 15e siècle , (?)
Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 2e quart 18e siècle
Dates 1691, porte la date
1735, porte la date

Eglise à plan allongé (mais le bras sud du transept est tout de même saillant) ; les murs extérieurs sont en moellon excepté les contreforts, la base des bras du transept et du choeur ; intérieur enduit ; le choeur, le porche et la moitié du bras nord du transept sont couverts de tuiles plates, la nef et les bras du transept en tuiles mécanique, le clocher en ardoise ; choeur à 5 pans voûté en éventails ; transept double : les bras sont voutés d'ogives et les croisillons d'arêtes ; clocher couvert d'un toit à l'impériale surmonté d'un lanterneau et implanté sur la première travée des croisllons ; nef à 3 vaisseaux à 4 travées couverte d'un toit à longs pans : le vaisseau central est voûté en berceau et les bas-côtés en de voûtes d'ogives ; porche au portail occidental.

Murs calcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toit tuile mécanique, tuile plate, ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau
voûte d'ogives
voûte d'arêtes
voûte en éventails
Couvertures toit à longs pans
toit à l'impériale
lanterneau
Escaliers escalier hors-oeuvre, escalier en vis avec jour, en maçonnerie
États conservations fissures, remontées capillaires, mousses, décollement des enduits
Techniques sculpture
peinture
Précision représentations

L'ensemble des chapiteaux de la nef et du transept est orné de décor végétal. Présence de peintures monumentales non figurées en plusieurs endroits (une inscription du 16e siècle a été retrouvée dans un sondage).

Mis à part les revoûtements de l'ensemble des parties et la construction (ou reconstruction ?) du bras sud du transept, cet édifice date entièrement du 13e siècle. Le type de voûte en berceau de la nef n'est pas courant dans cette région et s'explique probablement par la proximité de l'abbaye de Saint-Urbain.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler