Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Fiacre de Bouvancourt

Dossier IA51001282 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Synthèse historique

L'abbé Valentin mentionne l'existence d'une église au 11e siècle (Églises du canton de Fismes, 1866) mais sans en connaitre l'emplacement exact. Cependant, l'église a bien des racines anciennes, si on s'en réfère aux arcades en plein-cintre sans tailloirs. L'église se développe à l'ouest au 13e siècle, comme en témoignent les chapiteaux à crochets du portail occidental, identiques à ceux de la croisée du transept.

La façade occidentale était autrefois précédée d'un porche. Bien que l'abbé Valentin en 1866 (op. cit.) ne le décrive pas, Maurice Jonot (Entre Deux Terroirs, n°28, juillet août 2003) cite toutefois l'Almanach du département de la Marne de l'année 1825 : "On [entre dans l'église] après avoir passé sous un vestibule à jour soutenu par des colonnes d'assez bon style". Le porche aurait donc disparu au milieu du 19e siècle. Quelques vestiges épars permettent d'attester son existence : fragment de colonnettes jumelées dans la maçonnerie de la façade ouest, pierre de fondation dans le sol du cimetière. Le larmier en partie haute du mur occidental devait permettre à l'appentis de s'y reposer.

Le clocher présente 2 phases de construction, remontant pour la base et le 2e niveau au début du 11e siècle, puis le 3e niveau au 13e siècle. Les bras du transept sont d'époque flamboyante : baies à remplage avec soufflets et chapiteaux décorés de guirlande. Les bas-côtés de la nef sont repris au cours du 18e siècle (Maurice Jonot, Entre Deux Terroirs, n°30, novembre décembre 2003).

La croisée s'effondre et est reconstruite en 1847, et les chapelles consolidées (abbé Valentin, op. cit.). L'abside est également reprise, et enduite d'un décor en faux-appareil. Il est possible que ce soit à cette époque que le porche aie disparu.

Après la guerre de 1914-1918, le bas-coté nord est entièrement refait, ainsi que le bras sud du transept, dont la baie à remplage a été détruite par un obus en 1918. Au cours des travaux réalisés par la Coopérative de Reconstruction, le portail occidental est profondément modifié : les voussures sont désormais en plein-cintre.

Description de l’extérieur

L'église est construite en moellons apparents. Les toits sont recouverts de tuiles plates et le clocher d’ardoises. Les baies sont chaînées en pierre de taille apparente. En façade, un portail axial plein-cintre avec archivolte et voussures repose sur deux colonnes et des chapiteaux. Au-dessus, un larmier le sépare d'une baie axiale plein-cintre. L’élévation nord est éclairée par deux baies plein-cintre et son angle ouest est renforcé d'un contrefort.

Les bras du transept sont peu saillants. Couverts d'un toit à longs pans revêtus de tuiles plates, ils ont leurs angles renforcés de contreforts. Ils sont éclairés chacun d'une baie en arc brisé à voussures surmontée d'une petite baie à linteau droit. Sur la façade du bras nord se trouve une fenêtre à arc brisé murée. Le chevet plat est couvert d'un long pan revêtu de tuiles plates, et est encadré par deux contreforts à ses angles nord-est et sud-est. Il est éclairé par une baie plein-cintre ; sa façade est percée d'une baie en plein-cintre murée, surmontée d'une petite baie à linteau droit. Le chevet est flanqué, au sud, de la sacristie. Cette dernière est un petit bâtiment recouvert d’une toiture à long pan en tuiles plates. Elle est éclairée par une baie à arc brisé ; on y accède par un portail aménagé au sud précédé de onze marches. Un portail cintré perce le centre de l'élévation sud, percée de deux baies plein cintre.

Le clocher se trouve entre l’élévation nord et le bras nord du transept. Chaque niveau est marqué par un redent. Sa façade nord, à la base, est percée d’un petit oculus de forme ovale. Le clocher est couvert d'une flèche carrée revêtue d'ardoises. Le dernier niveau est éclairé, sur chaque face, d’une baie plein-cintre recevant des abat-son.

Description de l’intérieur

L’église est en croix latine, à trois vaisseaux, au transept peu saillant. Elle se compose d’une nef à trois vaisseaux de trois travées plafonnées ; le vaisseau central est séparé des bas-cotés par des arcades en plein-cintre reposant sur des piliers. Le sol est revêtu de ciment à faux-appareil de pierres. Ses murs nord et sud portent chacun trois socles de statues. La troisième travée du bas-côté nord est occupée par l’accès au clocher qui la surmonte, auquel on accède par une porte à linteau droit et une échelle. On trouve aussi, en face nord, derrière une porte à linteau droit, un petit débarras au sol de ciment à faux-appareil de pierres. Le transept et le chœur sont dallés en pierres calcaires et couverts en ogive. Dans le bas-côté sud, se trouve à l’est du portail latéral une colonne tronquée à base moulurée de 1,50 m environ.

Vocables Saint-Fiacre
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Fismes-Montagne de Reims
Adresse Commune : Bouvancourt
Adresse : rue de l'église
Cadastre : 2014 AA 25

Les arcades en plein-cintre du vaisseau central permettent de dater la construction primitive à l'époque carolingienne. L'église se développe à l'est par une croisée et un chœur voûtés d'ogives, avec des chapiteaux à crochets se terminant par des boules du 13e siècle. C'est à la même époque qu'a été fait le portail occidental en arc brisé (restauré après 1918 en arc cintré) qui possède les mêmes chapiteaux. Enfin, les bras du transept sont du 16e siècle, avec leurs baies à remplage gothique flamboyant et les chapiteaux décorés de guirlande.

Au 18e siècle, la baie d'axe du chœur est bouchée lors de l'installation du retable du maître-autel ; les bas-côtés auraient été ajoutés au cours de ce siècle, mais leurs baies sont des restaurations du début du 20e siècle. En 1847, la voûte de la croisée s'effondre, les bras du transept sont alors renforcés.

L'église est fortement endommagée pendant la première guerre mondiale : le clocher, la nef, les bas-côtés et le transept se sont effondrés. La Coopérative de Reconstruction d'Églises de l'arrondissement de Reims en assure la restauration dans les années 1920.

Période(s) Principale : 11e siècle, 15e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 18e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e quart 19e siècle , daté par source
Secondaire : 2e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1847, daté par source
1834, daté par source

L'église possède un plan en croix latine, comprenant une nef à 3 vaisseaux à l'élévation simple de grandes arcades. Le transept saillant sépare la nef du chevet plat. La sacristie s'appuie contre les murs du bras sud du transept et du chevet. La tour clocher s'élève au-dessus de la dernière travée nord de la nef, couvert d'une flèche. Les toits sont couverts de tuiles plates, sauf le clocher, en ardoises. Les murs sont édifiés en moellon de moyen appareil, l'encadrement des baies est laissé apparent, réalisé en calcaire plus jaune. La nef romane est couverte d'un plancher, le transept et le chœur sont voûtés d'ogives. Tous les murs sont enduits.

Murs calcaire moellon
calcaire pierre de taille
Toit tuile plate, ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements plafond
voûte d'ogives
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
appentis pignon couvert
flèche carrée
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en charpente
États conservations bon état
Techniques peinture
sculpture
Représentations ornement végétal
Précision représentations

Extérieur

Les voussures du portail axial de la façade occidentale reposent sur des chapiteaux à feuillages. Le clocher est orné en rive sur ses quatre faces d’une corniche à modillons moulurés. Une horloge est insérée dans la toiture de sa face sud et il est surmonté d’une croix et d’un coq en fer forgé.

Intérieur

Des chapiteaux à feuillages reposant sur des colonnes à base moulurée et à griffe supportent la croisée d'ogives du bras nord du transept, de la croisée, de l'arc triomphal et du bras sud du transept. Sur le mur nord et sud du bras nord du transept, se remarquent respectivement deux socles de statue à décor floral. Sur le mur sud, un socle de statue de même décor surmonte une niche à arc brisé, ainsi qu’un autre, à décor de feuillage, inséré dans les colonnes de l’arc ogival qui donne sur la croisée du transept. L’arc ogival qui donne sur la croisée du transept repose sur des chapiteaux à motif de feuilles de chêne et glands à l’est et feuilles de vigne et grappes de raisin à l’ouest.

Un enduit de faux appareil recouvre les murs du chœur et le bras sud du transept.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • AD Marne. 2 O 643. Bouvancourt, église : reconstruction des voûtes (1852) ; réparation de l’église et de la sacristie (1866) ; restauration des toitures (1876) ; réparations au clocher et à la sacristie (1911) ; achat de mobilier (1922-1931). (1850-1931).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 643
  • Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série V : V 166. Liste des biens cultuels. (1908).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : V 166
  • AD Marne. Série V : 49 V 2. Répertoire numérique série V, cultes 1800-1940 ; Inventaires de 1906. (1800-1940).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 49 V 2
Documents figurés
  • Bouvancourt - L'Eglise / [s. n.]. [s. l.] : Hubert, [s.d.]. 1 impr. photoméc. n. et b. (carte postale). (AD Marne. 7 J 6)

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 6
  • L'église de Bouvancourt pendant sa restauration par la Coopérative de reconstruction d'églises de l'Arrondissement de Reims. Oeuvre du Secours aux églises dévastées / [s.n.]. 1923. 1 phototypie. pos. : n. et b. (BMR. CXI-1910)

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : CXI-1910
Bibliographie
  • VALENTIN, Abbé. Notice historique et descriptive sur les monuments civils et religieux du canton de Fismes. Reims, 1866.

Périodiques
  • JONOT, Maurice. Histoire : Bouvancourt et son église. Entre Deux Terroirs, N°28 juillet-août 2003, p. 17-23.

  • JONOT, Maurice. Histoire : Description de l'église de Bouvancourt, l'intérieur. Entre Deux Terroirs, N°30 novembre-décembre 2003, p. 18-24.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Robin-Clerc Michèle
Michèle Robin-Clerc

Architecte, Michèle Robin-Clerc intervient en sous-traitance de l'équipe constituée par Art2 Conseil pour la mission de recensement du patrimoine des églises et de leurs objets mobiliers du département de la Marne, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims, 2015-2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.