Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché

Dossier IA10000453 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

  • Verrière historiée (côté sud de la nef) : Sacre de Louis II le Bègue
    Troyes, rue Mignard
  • Verrière des Ames du purgatoire : baie n°7
    Troyes, rue Mignard
  • Verrière hagiographique (chapelle latérale sud du choeur) : Episodes de la vie de saint Joseph
    Troyes, rue Mignard
  • Bénitier
  • Tableau : Saint François de Sales en extase
  • Dalle funéraire
  • Autel, retable, tabernacle
    Troyes, rue Mignard
  • Haut-relief : Restitution des deniers
  • verrière figurée : baie n°25
  • Autel, retable, peinture monumentale
  • verrière figurée : baie n°16
  • Statue : Saint Michel
  • Statue : Saint Bernard
  • Tableau : Mise au tombeau
  • Ensemble de l'autel de la chapelle Notre-Dame-des-Suffrages (autel, tabernacle, peinture monumentale)
  • Groupe sculpté : Visitation
    Troyes, rue Mignard
  • Statue : Saint évêque
  • Patène
  • verrière figurée : baie n°12
  • Peinture monumentale : Jugement dernier
  • Peinture monumentale, lambris de revêtement
  • Groupe sculpté : Vierge de Pitié
  • verrière figurée : baie n°104
  • Tableau : Sainte en extase
  • Cloche
  • Tableau : Martyre de sainte Martine
  • Statue : Ecce Homo
  • Partie instrumentale de l'orgue
  • Statuette : Angelot (disparue)
  • Plaque commémorative
  • verrière, grisaille figurée : les Quatre docteurs de l'église : baie n°106
  • Dalle funéraire
  • Porte-luminaires
  • Tableau : Saint Augustin
  • Groupe sculpté : Sainte Anne et la Vierge
  • verrière figurée : les Vertus cardinales : baie n°102
  • verrière figurée : Vie glorieuse du Christ : baie n°3
  • Bénitier
  • Dalle funéraire
  • Tableau : Sacre de saint François de Sales (disparu ?)
  • Haut-relief : Lavement des pieds
  • Tableau : Saint Jacques le Majeur
  • verrière figurée : baie n°0
  • Lavabo en niche
  • Groupe sculpté : Christ mort soutenu par la Vierge, saint Jean et Marie-Madeleine
    Troyes, rue Mignard
  • Vantail
  • Tableau : Sainte Thérèse d'Avila
  • Dalle funéraire
  • Chaire à prêcher
  • Tableau : Sainte Geneviève
  • Bas-relief : Mise au tombeau
    Troyes, rue Mignard
  • Tableau d'autel (deux) : Baptême du Christ, Père éternel sortant des nuées du retable de l'ensemble du maître-autel
  • Haut-relief : Cène
  • Lutrin
  • verrière figurée : baie n°22
  • verrière
  • Confessionnal
  • Chandelier (deux)
  • Statue : Sainte Barbe
  • Présentation du mobilier de l'Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché de Troyes (Aube)
  • Crédence
  • Peinture monumentale
  • Buffet d'orgue
  • Tableau : Vierge à l'Enfant
  • Calice
  • Bas-relief (médaillon) : Vierge
  • Chandelier (6)
  • verrière figurée : Martyre de sainte Agathe : baie n°6
  • Bas-relief : Christ portant sa Croix
    Troyes, rue Mignard
  • Chaire à prêcher mobile
  • Autel, retable
  • Dalle funéraire
  • Retable
  • Ensemble du maître-autel (autel, retable, tabernacle)
  • Bas-relief : Résurrection du Christ
    Troyes, rue Mignard
  • Chapier
  • verrière, grisaille figurée : Vie de saint Jean-Baptiste : baie n°20
  • Dalle funéraire
  • verrière figurée : baie n°2
  • Tableau : Saint François de Sales et sainte Jeanne de Chantal adorant les symboles de la Crucifixion
  • verrière figurée : baie n°118
  • verrière figurée : baie n°11
  • Statue : Religieux priant
  • Tabouret (2)
  • verrière figurée : baie n°1
  • Statue : Marie-Madeleine
  • verrière figurée : baie n°15
  • Dalle funéraire
  • Bas-relief : Élévation de la Croix
    Troyes, rue Mignard
  • verrière figurée : baie n°13
  • Tableau : Saint Jean de Matha et saint Félix de Valois
  • Autel, retable avec la Vierge à l'Enfant
  • verrière, grisaille figurée : Crucifixion : baie n°100
  • verrière, grisaille figurée : baie n°10
  • Bas-relief (médaillon) : Christ
  • Bénitier
  • Lavabo en niche
  • Fauteuil de célébrant (2)
  • Vantail de porte de sacristie
  • Statue : Bon Pasteur
  • Dalle funéraire
  • Tableau : Cène
  • Tableau : Cène
  • Cloche
  • verrière figurée : baie n°18
  • Tableau : Saint Augustin
  • Tableau : Saint François de Sales devant Clément VIII
  • Clôture
  • Dalle funéraire

L'église paroissiale Saint-Jean-au-Marché

L'architecture

Établie au plus tard au Xe siècle, la paroisse Saint-Jean-au-Marché est l’une des plus anciennes de la ville. Comme son nom le laisse entendre, c’est principalement sur son territoire que se tinrent, à partir du XIe siècle, les célèbres foires de Champagne. L’édifice fut entièrement reconstruit au XIIIe siècle. Il comportait une nef de sept travées, aujourd’hui conservée à l’exception de la première qui se trouvait à l’emplacement de la troisième actuelle, prolongée directement par un chœur de deux travées (disposition attestée par les comptes relatifs à sa démolition). Cette solution sans transept avait été utilisée au siècle précédent à la collégiale Saint-Étienne, ainsi que les fenêtres jumelées qui éclairaient primitivement le vaisseau central. Ces dernières furent remplacées, en même temps que les voûtes à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle, par des grandes baies uniques. D’autres éléments se réfèrent à la cathédrale : les piliers polygonaux à quatre colonnettes engagées ; les chapiteaux à tailloirs à pans coupés ; le profil des ogives des voûtes primitives (conservées dans les bas-côtés). Après 1485, la nef fut prolongée de deux travées vers l’ouest, mais, en 1524, le grand incendie qui détruisit une partie de la ville endommagea les trois premières travées. Martin de Vaulx les reconstruisit aussitôt, ne gardant des anciennes que les fondations, amorçant un prolongement vers l’ouest, sans doute dans le but de bâtir une nouvelle façade sur la rue Mignard avec un clocher neuf (l’ancien, remontant au XIVe siècle, fut alors restauré de manière provisoire), après l’acquisition des parcelles nécessaires. Mais le projet ne fut jamais mené à son terme et la tour, fragilisée, s’effondra en 1911.

Le mur du fond du bas-côté nord est antérieur à l’incendie, tout comme la peinture monumentale qui l’orne, représentant un Jugement dernier (IM10003908) et portant les armoiries de Nicolas Berthier, négociant en épices et échevin à Troyes en 1493, et de son épouse Jeannette Pongeoise. Les volumes des travées nouvelles prolongent les anciennes, mais adoptent dans le détail l’architecture flamboyante de l’époque : piliers à bases prismatiques et à colonnettes engagées dans un noyau circulaire, modèle alors très en vogue dans le sud de la Champagne méridionale ; pénétration directe des nervures dans les supports, sans l’intermédiaire de chapiteaux.

Le chevet

Dès la fin du XVe siècle les marguilliers avaient acquis des maisons au chevet de l’église dans le but de reconstruire un chœur plus vaste. Mais, ce n’est qu’en 1519 qu’ils approuvèrent, après l’avoir soumis à Martin Chambiges, le plan de Martin de Vaulx, maître maçon d’origine picarde qui travailla avec son beau-père Jehan Gailde au jubé de la Madeleine. Le chantier démarra la même année par la partie orientale. Il progressa lentement, ralenti par la reconstruction partielle de la nef à la suite de l’incendie de 1524. Les arcs-boutants ne furent lancés qu’en 1548-1549, la voûte haute de la première travée qu’en 1553. L’année suivante, Jean de Vaulx, qui prenait la succession de son père, amorçait l’édification du transept. Ralentie par des problèmes de stabilité du nouveau chœur puis par la période troublée des guerres de Religion, sa construction fut définitivement abandonnée en 1574.En 1534, Martin de Vaulx avait posé des réseaux sinueux aux trois fenêtres de l’abside, mais en 1553, il dût les remplacer par un nouveau dessin donné par un comité d’experts réunis sous la conduite du maître maçon Gabriel Favereau et en garnir les autres baies hautes du chœur. Cet acte marquait l’abandon définitif du vocabulaire gothique sur le chantier. Les deux chapelles de la première travée et l’amorce du transept, travaux réalisés par la suite, seront Renaissance.

Vocables Saint-Jean-au-Marché
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Aube - Troyes 1
Hydrographies La Seine
Adresse Commune : Troyes
Adresse : rue Mignard , Place Marché au Pain

L'église tire son nom du quartier où se tenaient au Moyen Age les célèbres foires de Champagne. La tradition veut qu'elle ait été le lieu du sacre du roi Louis le Bègue en 878, mais elle n'est citée pour la première fois qu'en 1157. La nef, de la quatrième à la huitième travée, est le vestige d'une construction de la première moitié du 13e siècle, probablement contemporaine du chœur de la cathédrale. Dans cette partie du vaisseau central, les fenêtres et les voûtes (sauf la voûte de la huitième travée) ont été refaites, à la fin du 15e siècle ou au début du 16e pour les premières, après le grand incendie troyen de 1524 pour les secondes. Les deux portes latérales datent du 14e siècle, comme la tour-clocher dont il ne reste que la base. Cette tour, qui ressemblait à celle de Saint-Rémi de Reims datée de 1386, s'est effondrée en 1911. Au 15e siècle, les murs des collatéraux de la nef ont été rebâtis et dotés de fenêtres flamboyantes. On a profité de ce remaniement pour élargir la nef en repoussant le mur entre les contreforts du flanc droit (les maisons adossées sur le flanc gauche interdisaient l'opération symétrique). Les trois premières travées de la nef, détruites par l'incendie de 1524, ont été aussitôt reconstruites. Le portail a lui-même été refait en 1593 par Girard Faulchot, avec un porche de deux travées disparu lors de l'effondrement de la tour en 1911. Le chœur a été édifié au 16e siècle à l'emplacement de plusieurs maisons. l'ancien chœur ne devait pas dépasser la deuxième travée de l'actuel. C'est, dit-on, pour profiter au mieux de l'espace disponible que l'axe du chœur n'a pas été mis dans le prolongement parfait de celui de la nef. On constatera que l'emplacement aurait permis une disposition plus régulière, mais les alignements ont peut-être été pris à un moment où la fabrique ne disposait pas de l'emplacement entier, ce qui laisse supposer d'ailleurs la pose de la première pierre, en 1520, à l'angle postérieur gauche. Le plan de ce chœur avait été élaboré en 1519 par Martin de Vaulx, maçon Picard, élève et gendre de Jean Gailde, actif à la Madeleine. Martin était secondé par son fils Jean, gendre de Martin de Chambiges, l'architecte de la cathédrale. Les parties hautes du vaisseau ont été commencées en 1545 et terminées en 1554. Le chœur est dans son ensemble de style flamboyant. Son décor est inspiré de celui de la cathédrale et probablement traité par les mêmes ouvriers ; le style de la Renaissance ne paraît guère dans le remplage des baies, dans quelques voûtes et dans les premières chapelles construites à partir de 1555 par Jean de Vaulx, qui a remplacé son père (mort vers 1557). Jean est congédié en 1561 du fait de malfaçons dans le chœur : il n'avait prévu qu'un seul collatéral, à gauche ; trop large, celui-ci menaçait de s'effondrer. Après consultation de trois experts, Gabriel Favereau, Antoine du Mays et Jean Prince, le collatéral a été dédoublé par la construction de piliers médians et les voûtes refaites. Le mur du chevet sur lequel étaient adossées des maisons n'a pas reçu sa décoration : la baie centrale ne fut ouverte qu'en 1591, lorsque la création d'un cimetière a dégagé le chevet. Un transept avait été prévu sur l'emplacement de ce qui apparaît aujourd'hui comme une neuvième travée de nef. Seul le mur côté chœur a été construit : celui du bras droit, à partir de 1554, par Jean de Vaulx, celui du bras gauche, achevé en 1566, par Jean Prince. La tourelle de l'Horloge, sur le bras droit, a été commencée en 1574 par Rémi Mauvoisin et achevée en 1604 par Gérard Faulchot.

Période(s) Principale : 1ère moitié 13e siècle
Secondaire : 14e siècle
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 17e siècle
Dates 1520, daté par travaux historiques, daté par source, porte la date
1545, daté par travaux historiques
1554, daté par travaux historiques
1591, daté par travaux historiques
1593, daté par travaux historiques
1604, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Vaulx Martin de, Vaulx Jean de, Prince Jean, Mauvoisin Rémi, Faulchot Gérard,
Vaulx Martin de, Vaulx Jean de, Prince Jean, Mauvoisin Rémi, Faulchot Gérard
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître maçon, attribution par source

Église à plan allongé ; nef à 3 vaisseaux à 9 travées (les quatre dernières ont des chapelles latérales côté sud) ; chœur à 3 travées accompagné de bas-côtés doubles au nord et simple au sud et de chapelles latérales ; abside à 3 pans ceinturée par un déambulatoire ; chevet plat.

États conservations remanié, restauré, désaffecté, inégal suivant les parties

Désordres internes (infiltrations). Sacristie actuellement hors d'usage après récents travaux. 18/04/1914 (J.O.).

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1840
Précisions sur la protection

Eglise Saint-Jean : classement par liste de 1840.

Annexes

  • 20031040151NUC : Evêché de Troyes

    20031040150NUC : Evêché de Troyes

    20031040149NUC : Evêché de Troyes

    20031040148NUC : Evêché de Troyes

    20031040147NUC : Evêché de Troyes

    20031040146NUC : Evêché de Troyes

    20031040145NUC : Evêché de Troyes

    20031040144NUC : Evêché de Troyes

    20031040143NUC : Evêché de Troyes

    20031040142NUC : Evêché de Troyes

    20031040141NUC : Evêché de Troyes

    20031040140NUC : Evêché de Troyes

    20031040139NUC : Evêché de Troyes

    20031040138NUC : Evêché de Troyes

    20031040137NUC : Evêché de Troyes

    20031040136NUC : Evêché de Troyes

    20031040135NUC : Evêché de Troyes

    20031040134NUC : Evêché de Troyes

    20031040133NUC : Evêché de Troyes

    20031040132NUC : Evêché de Troyes

    20031040131NUC : Evêché de Troyes

    20031040130NUC : Evêché de Troyes

Références documentaires

Bibliographie
  • DUCOURET, Bernard, BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne (Inventaire général) ; Lyon : Lieux Dits, 2013 (Images du patrimoine ; 279).

    p. 80-83