Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Dossier IA10000875 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

  • Présentation du mobilier de l'Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Chaource (Aube)
Vocables Saint-Jean-Baptiste
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Aube - Riceys (Les)
Hydrographies L'Armance
Adresse Commune : Chaource

En 877, Charles le Chauve donna Chaource à Robert, frère et successeur d'Eudes II de Vermandois, comte de Troyes ; quelques années plus tard, Robert en fit don à Montiéramey. Chaource revint aux comtes de Champagne puis passa par les femmes aux maisons de Bourgogne, d'Albret, de Clèves. En 1601, Henriette de Clèves vendit Chaource à Charles de Choiseul, marquis de Praslin, maréchal de France, dont les descendants le gardèrent jusqu'à la Révolution. Plusieurs Monstier furent capitaines de Chaource du 14e au 16e siècle. L'église de Chaource, qui faisait partie du diocèse de Langres, était primitivement sous le vocable de sainte Marguerite. Elle changea pour celui de saint Jean-Baptiste, comme l'indique la consécration de l'édifice. Le chœur de cette église remonte au 13e siècle. C'est le vestige d'une église consacrée en 1307. Il comprend trois vaisseaux terminés carrément, le vaisseau central ayant, au chevet, une travée de plus que les collatéraux. Ces trois vaisseaux étant de même hauteur, ce chœur appartient au type halle, si fréquent en Champagne au 16e siècle, mais rare au 13e. La première travée du vaisseau central porte un médiocre clocher en bois, mais elle avait été prévue pour supporter une tour plus importante. Au 16e siècle, la dernière travée du vaisseau central a été flanquée de deux constructions sommaires, dont, à gauche, le sépulcre qui date de 1515. La reconstruction de la nef aurait commencé par les chapelles latérales. De 1531 à 1537 ont été édifiées les trois chapelles et le portail du flanc gauche. La troisième chapelle, qui est à la hauteur de la première travée du chœur, est dite du Paradis : c'est une chapelle seigneuriale fondée par Sébastien David, seigneur de Bruyères, et Bertrande Le Tartier. Ces trois chapelles sont de style flamboyant. Au portail, bas-relief représentant un donateur présenté par saint Nicolas à saint Pierre : il s'agit sans doute de Nicolas de Monstier, le donateur du sépulcre. L'entablement du portail fait curieusement saillie pour former une sorte d'auvent, disposition exceptionnelle que l'on retrouve pourtant à Avierey. En 1542, le maçon Vaultherin s'engage à construire les chapelles du flanc droit et à surélever le vaisseau central de la nef. Les deux premières chapelles sont achevées en 1547. La troisième, qui est la chapelle funéraire de Monstier, symétrique de l'autre chapelle seigneuriale, n'est pas comprise dans l'obligation du maçon, mais elle n'en est pas moins achevée en 1548 (date de la peinture murale). En revanche, la chapelle du portail, c'est-à-dire le vestibule du portail dudit flanc, fait partie des travaux du maçon. Vers 1546, celui-ci exécute également la surélévation du vaisseau central. Les textes ne parlent pas de l'édification des vaisseaux de la nef eux-mêmes. Ils ont probablement été montés avant 1531, ce qui infirmerait l'hypothèse d'une reconstruction de la nef commencée par les chapelles. Le vaisseau central présente en effet des départs de nervure qui prouvent qu'à l'origine il avait été prévu de donner aux trois vaisseaux la même hauteur et que l'intervention de 1546 a conduit à l'abandon d'un parti de type halle. La nef qui devait être plus longue, n'a pas été achevée. La fermeture sommaire qui lui a été donnée a été renforcée de contreforts en 1843.

Période(s) Principale : 13e siècle
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1537, daté par travaux historiques, daté par source, porte la date
1548, porte la date
Auteur(s) Auteur : Vaultherin, maçon,
Personnalité : Monstier Nicolas de, commanditaire

Église à plan allongé ; choeur de type halle à 3 travées dont la première est à 3 vaisseaux accompagnés de chapelles latérales, la seconde à trois vaisseaux et la dernière à vaisseau unique accompagné de chapelles latérales ; chevet plat ; nef à trois vaisseaux à 3 travées dont les deux premières sont accompagnées de chapelles latérales et la dernière d'une chapelle latérale uniquement sur le flanc sud ; clocher sur la première travée du choeur.

États conservations bon état, remanié

18/04/1914 (J.O.).

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1840
Précisions sur la protection

Eglise : classement par liste de 1840.