Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Laurent

Dossier IA08001589 réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Laurent
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Signy-l'Abbaye
Adresse Commune : Flaignes-Havys
Lieu-dit : Flaignes
Cadastre : 2013 C 77

Une partie de l'église Saint-Laurent remonte au début du 13e siècle. Elle se composait de trois travées de nef (d'après une baie bouchée visible depuis les combles de la sacristie et les modillons) puis de deux travées de choeur comprises à la base d'une haute tour. La tour fut probablement fortifiée avant la construction, dans la seconde moitié du 16e siècle, d'une chapelle au nord, à cheval sur la première travée de choeur et la dernière travée de la nef, car des ouvertures de la tour sont maintenant dirigées dans les combles de cette dernière. Une seconde chapelle a été élevée au 17e siècle au sud, en pendant de celle du nord, ce qui forma ainsi un faux-transept. En 1682 (date inscrite au sommet du 3e arc doubleau de la nef), la nef fut dotée de voûtes d'ogives. Au 18e siècle, on allongea la nef vers l'ouest de deux travées, en respectant le style des voûtes et des supports intérieurs, car la corniche extérieure est différente et la reprise de maçonnerie est nette. Vers 1886, on établit le clocher sur la nef et on refit de plus grandes fenêtres à la nef. Des tirants ont été posés dans la chapelle sud après la Seconde Guerre mondiale. Le domaine de Flaignes appartenait au chapitre de Reims en 1075.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1682, porte la date, daté par travaux historiques

L'église Saint-Quentin est implantée au centre du village et est légèrement orientée nord-est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à vaisseau unique de cinq travées est suivie par un choeur à deux travées comprises dans une massive tour fortifiée. La première travée de la nef est occupée par une tribune et surmontée d'un clocher en charpente. Un faux-transept saillant, formé par deux chapelles, est implanté à-cheval sur la dernière travée de la nef et la première travée du choeur. La chapelle nord accueille dans son angle nord-est la tourelle d'escalier en vis hors-oeuvre fortifiée qui dessert les combles munis d'ouvertures de tir (notamment le surcroît de la nef). La sacristie est implantée dans l'angle formé par la chapelle sud et la nef. Les chaînes d'angle, baies, contreforts et corniches sont en pierre de taille de calcaire blanc et le remplissage est en moellon de calcaire de différentes natures dont de la pierre de Dom-le-Mesnil. Les surfaces intérieures sont enduites et le sol est pavé d'un damier de dalles en calcaire et en ardoise. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de baies de dimensions moyennes excepté le choeur qui comporte une pièce fortifiée à l'étage qui servait de refuge. L'intérieur est entièrement voûté d'ogives sauf la chapelle sud qui est voûtée d'arêtes. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. Le clocher comporte une chambre des cloches en charpente de plan carré surmontée par une flèche polygonale et la tourelle d'escalier par un toit polygonal. La nef et les chapelles présentent un toit à longs pans, le choeur un toit à longs pans avec une croupe à l'est et une demi-croupe à l'ouest et la sacristie un toit en appentis.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives
voûte d'arêtes
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
toit polygonal
appentis
croupe
demi-croupe
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
États conservations bon état, restauré
Techniques sculpture
vitrail
Représentations feuillage crochet
Précision représentations

Les chapiteaux du choeur présentent des têtes humaines et des crochets.

Choeur et une partie de la nef du début du 13e siècle. Tour du choeur, combles de la nef et tour d'escalier percés d'ouverture de tir ; le mur nord du bras nord du faux transept présentait une brétêche dont il ne subsiste plus que les consoles. Le vaste comble du choeur a pu servir de refuge.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables choeur, tour

Références documentaires

Bibliographie
  • COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p.

    p. 66
Périodiques
  • HUBERT, Jean. Statistique monumentale du diocèse de Reims. Département des Ardennes. II. Monuments historiques proprement dit. Travaux de l´Académie impériale de Reims, 1852-1853, tome 17.

    p. 231-232
  • Baronnie des Pothées, information des dégâts faits pendant le siège de Rocroy, 6 juin 1643. Almanach Matot-Braine, année 1874.

    95-96
  • MANCEAU, Henri. Témoins du passé. L´Automobilisme ardennais, n°158, septembre-octobre 1964.

    p. 5-17
  • SERY, Jean. Etude archéologique de l´église de Flaignes-les-Oliviers. Revue historique ardennaise, juillet-décembre 1971, n°6.

    p. 55-76
  • MANCEAU, Henri. Les églises fortifiées des Ardennes. L'automobilisme ardennais, décembre 1976, n°221.

    p. 18