Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Laurent

Dossier IA08001739 réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Laurent
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Villers-Semeuse
Adresse Commune : Saint-Laurent
Cadastre : 1983 AC 121

Le chœur et le clocher de l'église Saint-Laurent remontent aux environs de 1200. Au 17e ou 18e siècle, on ajouta deux chapelles formant transept et une sacristie aux deux travées droites du chœur. La nef semble plus ancienne d'après les vestiges de deux arcades incorporés dans le mur nord mais elle a été très remaniée par la suite avec la création de voûtes d'ogives au 19e siècle et le percement de nouvelles baies. Les ouvertures du clocher furent également toutes reprises dans la première moitié du 19e siècle. Des travaux de reconstruction dont la teneur n'est pas connue furent entrepris en mars 1783, après la foudre. Saint-Laurent, autrefois appelé Wautraincourt, ne fut fondé qu´au 12e siècle.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : limite 12e siècle 13e siècle
Principale : 17e siècle
Secondaire : 19e siècle

L'église Saint-Laurent est implantée au centre du village. Elle présente un plan en croix latine. La nef à vaisseau unique est précédée par le clocher de même largeur. Le choeur se compose de deux travées droites et d'une abside à trois pans ; les deux travées droites sont encadrées par deux vastes chapelles carrées, chacune ouverte par deux arcades, formant un faux-transept saillant. La sacristie est implantée dans l'angle formé par le choeur et la chapelle sud sans rupture formelle avec cette dernière. L'édifice est élévé en moellon calcaire de Saint-Laurent avec chaîne en pierre de Dom-le-Mesnil ; certaines chaînes intérieures sont en pierre de taille de type Givet. Les faces intérieures des murs sont à pierre apparente. Le sol de la nef est dallé de ciment et celui du choeur reçoit des carreaux en pierre de Tournai. Corniches à modillons au choeur et au clocher. Ce dernier comporte un vestibule d'entrée accueillant l'escalier tournant d'accès à la tribune de l'étage d'où une échelle conduit à la chambre des cloches. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de baies en plein-cintre de moyennes dimensions. Les volumes intérieurs sont entièrement voûtés d'ogives excepté pour les chapelles qui sont plafonnées. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef et le choeur sont couverts par un toit à longs pans brisés, l'abside par une croupe polygonale, les chapelles par des toits à longs pans et croupe et la chambre des cloches de plan carré du clocher par une flèche carrée.

Murs calcaire
moellon
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives
plafond
Couvertures toit à longs pans brisés
flèche carrée
croupe polygonale
croupe
Escaliers escalier intérieur : échelle, en charpente
États conservations bon état
Techniques vitrail
sculpture
Représentations crochet
Précision représentations

Chapiteaux à crochet dans le choeur et la nef.

Choeur des environs de 1200 avec chapiteaux à crochet.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables choeur

Annexes

  • 20130854345NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 8

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.

    H 2-3 Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières : AC
Bibliographie
  • NOEL, Albert Dom. Notice historique sur le canton de Mézières. Paris : Henri Menu libraire, 1879. 200 p.

    p. 117
  • MAUDHUY, Roger. Charleville-Mézières et ses alentours, des origines à nos jours. Nouzonville : Ed. Les cerises aux loups, 2000. 230 p.

    pp. 117 ; 200-201
  • [Exposition. Charleville-Mézières, Archives Départementales des Ardennes, 2004]. Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes. Réd. Jean-Pierre Marby. Charleville-Mézières : Impr. SOPAIC, 2006. 60 p.

    cahier 2 p. 13