Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin de Savigny-sur-Ardres

Dossier IA51001348 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Fismes-Montagne de Reims
Adresse Commune : Savigny-sur-Ardres
Adresse : impasse de l'église
Cadastre : 2014 AB 188

Les parties anciennes du 12e siècle sont localisées dans les deux premières travées de la nef, dont la bas-côté nord a été supprimé.

La reprise de l'édifice pour des dimensions plus monumentale commence à partir de la 3e travée au 15e siècle : la nef présente 3 vaisseaux voûtés d'ogives retombant dans les colonnes sans chapiteaux ainsi qu'un transept non saillant et un chevet polygonal à 5 pans. La tour a été reprise en sous-œuvre.

La sacristie qui s'élève du côté nord de la nef est construite avant la 2e moitié du 19e siècle.

A la fin de la première guerre mondiale, on constate deux voûtes crevées par l'éclatement d'un obus, les autres voûtes sont touchées par les éclats et les murs affaiblis. Tous les vitraux ont été soufflés. Classée en 1821, l'église est restaurée par les travaux dirigés par l'architecte des monuments historiques Bernard Haubold à partir de 1922 ; ils ne s'achèveront qu'en 1955 sous la direction de Paul Pillet par la réfection des toitures.

Période(s) Principale : 12e siècle, 15e siècle, 16e siècle , daté par source
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle , daté par source
Dates 1922, daté par source
Auteur(s) Auteur : Haubold Bernard,
Bernard Haubold (1875 - )

TITRES ET FONCTIONS

Il est nommé sur titre Architecte en chef des Monuments historiques (1907-1941), chargé des Côtes-du-Nord (à l’exception de la Cathédrale de St-Brieuc attribuée en 1908) puis. en 1913, du Finistère tandis que Malençon le supplée pour le département des Côtes-du-Nord durant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il est chargé de la Loire-Atlantique (à l’exception de la Cathédrale de Nantes attribuée en 1920), de l’Yonne (1919-1940), des arrondissements d’Épernay et de Reims à l’exception des édifices religieux et de l’archevêché (1921), du Mont-St-Michel (1929-1933), de la direction des travaux des édifices de la Marne pour les arrondissements de Châlons-sur-Marne et Vitry-le-François (1933), à l’exception de l’église d’Ambrières obtenue en 1936, de la Côte-d’Or (1936), des édifices de la Ville d’Arras (1939) et la Marne (1940).

PRINCIPAUX OUVRAGES

La chapelle de Port-Blanc à Penrosan, l’église de Plestin-les-Grèves, la chapelle St-Gonezy à Plougrescant.

(source : La Compagnie des architectes en chef des monuments historiques)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source
Auteur : Pillet Paul,
Paul Pillet (1903 - 1987)

Architecte en chef des Monuments historiques. Ecole des Beaux-arts, école des Travaux publics, Collaborateur de Levêque et Lotte (1929-1939). Concours de 1938-1939. Il est chargé de la Haute-Garonne, du Tarn-et-Garonne, du Lot, puis de l'Est (Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Marne).

Après sa retraite en 1968, il est maintenu dans ses fonctions pour l'édification du musée du Cloître de Notre-Dame-en-Vaux à Châlons-sur-Marne et la restauration de l'ancienne abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source

L’église présente un plan allongé, constitué d’une nef à deux vaisseaux, d’un transept et d’un chœur. L’édifice présente des maçonneries en moellons apparents et des éléments réalisés en pierre de taille (encadrement des baies, portails, contreforts, larmiers, chaînes d’angles, corniches supportant les couvertures, colonnes et piliers). Les couvertures à longs pans sont réalisées en tuiles plates.

L’église se compose d’une nef accessible par un portail occidental en plein-cintre et constituée d’un vaisseau central se développant sur trois travées éclairées par des fenêtres hautes en plein cintre. Des arcs en plein cintre soutiennent un plancher haut surmonté par une charpente en carène soutenant un toit à deux longs pans. Seul le bas-côté sud de la première partie de la nef a été conservé, couvert par un plafond soutenu par des arcs-doubleaux brisés et surmonté par un toit à un long pan. Il dessert un escalier à retours donnant accès à la tribune surmontant la première travée du vaisseau central. Une sacristie moderne a été adossée hors-œuvre en appentis au pan nord du vaisseau central, à l’emplacement du bas-côté nord qui communiquait par des arcs brisés avec la nef. La dernière travée orientale du vaisseau central du 12e siècle a été tronquée, comme en témoignent les départs d’arcs brisés et la demi baie murée au nord. La seconde partie de la nef se développe sur trois vaisseaux de deux travées. Le vaisseau central aveugle est couvert par une voûte d’ogives retombant sur des colonnes sans chapiteau, surmontée par un toit à deux longs pans s’inscrivant dans le prolongement de celui de la première partie de la nef. La seconde travée du vaisseau central supporte un clocher, constitué d’une chambre des cloches ouverte par des baies jumelées en plein cintre et couverte par un toit en bâtière. La première travée du bas-côté sud est éclairée par une petite baie en plein-cintre et est couverte par une charpente basse en appentis, tandis que la seconde travée est éclairée par une grande baie flamboyante à bases prismatiques et est couverte par une voûte d’ogives retombant sur des culots et des colonnes, surmontée par un haut toit en appentis. Le bas-côté nord est constitué par deux travées éclairées par de grandes baies brisées à remplages flamboyants et bases prismatiques, recouvertes de voûtes d’ogives retombant sur des colonnes et des culots, et surmontées chacune par un toit à deux longs pans présentant un pignon aveugle. La première travée flamboyante du bas-côté nord est ouverte par un portail d’accès latéral à la nef, constitué par une accolade retombant sur des piliers à bases prismatiques. Le transept continu est voûté par des ogives retombant sur des colonnes sans chapiteau et sur des culots, selon un plan régulier. Il s’inscrit dans l’alignement du bas-côté nord, mais marque une léger ressaut avec le bas-côté sud où une tourelle demi-hors-œuvre de plan pentagonal abrite le degrés desservant les combles et le clocher. Présentant des élévations d’une hauteur supérieure à celles de la nef, il est couvert par un toit à deux longs pans, muni d’une noue assurant la liaison avec le clocher. Les bras du transept sont ouverts par de grandes baies brisées aux remplages flamboyants et à bases prismatiques percées dans les maçonneries nord, sud et est. Aveugle, la croisée régulière du transept est utilisée comme avant-chœur. Accessible par un emmarchement, l’abside à cinq pans du chœur est couverte par une voûte d’ogives sexpartite retombant sur des colonnes adossées sans chapiteau et à bases prismatiques, soutenues par des contreforts extérieurs. Chaque pan est ouvert par une grande baie brisée à remplages flamboyants et bases prismatiques. L’abside est surmontée par un toit à croupes droites reposant sur une corniche moulurée.

Murs calcaire moellon
calcaire moyen appareil
Toit tuile plate
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements plafond
voûte d'ogives
Couvertures toit à deux pans croupe polygonale
toit à deux pans pignon couvert
appentis
toit en bâtière
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours, en charpente
Jardins pelouse
États conservations mauvais état
Techniques sculpture
peinture
Représentations ornement figuré ornement végétal
Précision représentations

Extérieur

Le portail latéral ouvert dans la première travée flamboyante du bas-côté nord est décoré de fleurs stylisées et de visages humains. Un écu fragmentaire occupe le centre de l’accolade. Le portail est flanqué de minces pinacles en haut-relief et il est surmonté par une grande baie brisée d’imposte qui présente un chambranle décoré d’un rinceau de vigne.

Intérieur

Les maçonneries présentent un décor de faux joints sur enduit imitant un appareillage de pierre de taille.

Le plancher haut couvrant la première partie de la nef est décoré d’un motif de serviettes sculpté dans les menuiseries.

Les six culots historiés recevant des retombées d’ogives dans le bas-côté sud, le bas-côté nord et le bras nord du transept présentent des visages stylisés : une femme-arbre, un diable, un ange, un visage feuillu et deux visages masculins.

Dans la nef et le transept, les voûtes d’ogives présentent des clés décorées de motifs végétaux. Les maçonneries du pan sud de l’abside du chœur intègrent une armoire eucharistique, constituée d’une accolade surmontée par une feuille d’acanthe et qui présente des moulurations chanfreinées. Les deux colonnes orientales de la croisée présentent un décor mural de litre funéraire peint en noir sur l’enduit beige, constitué d’un monogramme au sud présentant un S et un I entrelacés, d’un monogramme au nord présentant un D et un N entrelacés, et de croix à huit branches tréflées et fleurdelisées. Sise dans la quatrième travée du bas-côté sud, la chapelle du Sacré-Cœur est décorée de motifs néo-gothiques polychromes modernes peints sur le mur sud. S’arrêtant à hauteur d’appui, un premier registre représente des draperies pourpres factices. Le registre supérieur est bordé par un rinceau végétal fleuri habité de croix pommées stylisées et de feuilles d’acanthe. Sur un fond ocre, il présente des croix fleurdelisées et des fleurs stylisées. Dans le comble couvert en carène de la première partie de la nef, les maçonneries du pignon occidental présentent un décor mural fragmentaire de rinceau végétal, peint en cerne magenta sur l’enduit. Il appartient aux premières dispositions de la nef.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1921/06/08

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série O : 2 O 4099. Savigny-sur-Ardres - Église. Réparations (1804) ; restauration du toit (1900) ; du clocher (1910) ; reconstruction du mobilier (1921) ; fourniture de deux cloches (1922) ; restauration des autels (1924) ; reconstruction du mobilier (1925) ; fourniture d’un chemin de croix (1931). 1804-1933.

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 4099
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0081/051/0193. Restauration, réparation dommages de guerre. 1930-1948.

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0081/051/0193
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. Dossiers des communes avec édifice protégé : éléments administratifs et suivis de travaux anciens. (1956-2015).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
  • A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°37a. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1996).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : Carton tourisme n°37a
Documents figurés
  • Savigny-sur-Ardre. Église paroissiale Saint-Martin. Plan / [s.n.]. [début 20e siècle]. [Echelle non déterminée]. Papier ; Lavis, encre, tirage (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 0082/051/2016/47345).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/2016/47345
  • Vue extérieure de l'église / Abbé Alfred Chevallier. [s.d.]. 1 est. : grav. : en noir (BM Carnegie, Reims. CXXIV-3852).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : CXXIV-3852
  • Savigny-sur-Ardre. Vue générale / Grébonval éd. [s.d.]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (BM Carnegie, Reims. BMR 59-386).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : BMR 59-386
  • Savigny-sur-Ardre. Intérieur de l'église / Grébonval éd. [s.d.]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (BM Carnegie, Reims. BMR 59-393).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : BMR 59-393
  • Vues extérieures et intérieures, 1921 / Léon Doucet. 1921. 6 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0058922-MH0058925 ; MH0058839 ; MH0058843).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0058922 ; MH0058923 ; MH0058924 ; MH0058925 ; MH0058839 ; MH0058843
  • Savigny-sur-Ardres. Église Saint-Martin. Extérieur. Face nord / Henri Deneux. 23 juillet 1931. 2 photogr. nég. : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. DNX-2307-V-DNX-2308-V).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : DNX-2307-V ; DNX-2308-V
  • Photographies de Michel André, 1966 / Michel André, architecte des monuments historiques. 1966. Photogr. pos. : n. et b. (Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Classeurs de photographies. Sans cote).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
Bibliographie
  • Dictionnaire des églises de France. Volume 5 : Champagne, Flandre, Artois, Picardie. Paris : Robert Laffont, 1969. 144 p.

  • TOURTEBATTE, Philippe (coord.). Promenade dans l'art roman en Champagne : découverte des églises de la Vallée de l'Ardre et de ses environs. Parc naturel régional de la Montagne de Reims : 2001.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil départemental de la Marne (c) Conseil départemental de la Marne - Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Couchet Matthieu
Matthieu Couchet

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.