Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA08001641 réalisé en 2011

Fiche

Vocables Saint-Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Vouziers
Adresse Commune : Bayonville
Lieu-dit : Chennery
Cadastre : 1985 ZL 40

Le chœur de l'église de Bayonville date des environs de 1200 mais il a été surélevé pour ménager un comble refuge fortifié grâce à des ouvertures de tir surmontant des bretèches non saillantes. Il faut probablement dater cet aménagement de la même époque que la reconstruction des ogives de la voûte dans la seconde moitié du 16e siècle qui porte les armoiries des Maillart. Cette famille s'implante dans la région grâce au mariage en 1563 de Pierre Maillart, baron de Landres, et de Guillemette de Beauvais héritière de la seigneurie et du château de Landreville. La nef a été reconstruite en 1777. L'édifice souffre de la Première Guerre mondiale qui souffla les couvertures du choeur et les voutains de la voûte d'ogives. Chennery était le siège d'une paroisse qui avait Imécourt pour secours et desservait le hameau de Landreville. Ces hameaux avaient été érigés en commune en 1793 sous le nom de Chennery-et-Landreville mais ils furent ensuite réunis à Bayonville en 1828 sous le nom de Bayonville-Chennery.

Période(s) Principale : limite 12e siècle 13e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 2e moitié 16e siècle
Dates 1777, daté par source

L'église est implantée en périphérie du hameau de Chennery et est orientée au nord-est. Elle présente un plan allongé. La nef à vaisseau unique est suivie par le choeur composé d'une travée droite suivie par une abside à trois pans. La sacristie est adossée au flanc nord de la travée droite. Le clocher en charpente est implanté au faîtage de la nef du côté ouest. L'ensemble de l'édifice est bâti en moellon calcaire avec chaîne en pierre de taille. Les murs intérieurs sont enduits et le sol est cimenté. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de baies en plein-cintre dans la nef et de lancettes étroites dans le choeur. Ce dernier est voûté d'ogives (six quartiers) et la nef était lambrissée. Un portail est ménagé dans la façade occidentale et un second encadré par deux oculus prend place au mur nord. Le clocher est couvert par une courte flèche carrée en ardoise et le reste de l'édifice par un toit à longs pans en tuile mécanique terminé par une croupe polygonale sur l'abside.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile mécanique, ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives
lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
flèche carrée
croupe polygonale
États conservations désaffecté, mauvais état, inégal suivant les parties
Techniques sculpture
Représentations armoiries feuillage chimère trèfle
Précision représentations

La clé de voûte du choeur est ornée d'armoiries présentées par des chimères. Les chapiteaux du choeur sont décorés de feuillages, de feuilles larges et de trèfles.

Choeur à structure des environs de 1200 et fortifié au 16e siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables choeur

Références documentaires

Périodiques
  • MANCEAU, Henri. Argonne : l'église de Bayonville, le château de Landreville Chennery, l'église fortifiée de Verpel. L'automobilisme ardennais, juillet-août 1958, n°121.

    p. 18-19