Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA08001668 réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Carignan
Adresse Commune : Margny
Cadastre : 1984 AB 213

L'église Saint-Martin rebâtie en 1776 (date inscrite à l'arc triomphal) a été incendiée par les allemands en 25 août 1914 : les toitures étaient détruites mais les murs subsistaient. La restauration fut menée par l'architecte R. Braun, l'entrepreneur belge P. Flamion-Wittamer et elle fut rendue au culte le 15 juillet 1923. Le village de Margny apparaît au 12e siècle : en 1157, il est question de localités ayant échappé aux invasions normandes de 882 et Margny en faisait partie. Jusqu´au 16e siècle, le collateur était l'archevêque de Trèves puis ce furent l'abbé d´Orval et l'abbé de Saint-Vanne de Verdun.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1776, daté par source
Auteur(s) Auteur : Braun R., architecte, attribution par source

L'église Saint-Martin est implantée au centre du village et son choeur est dirigé vers le nord-ouest. Elle présente un plan allongé. La nef est à vaisseau unique de deux travées : la première partie est occupée par la tribune d'orgue et son escalier d'accès tournant ainsi que celui des combles et deux poteaux de soutien du clocher. Elle est suivie par le choeur composé d'une travée droite et d'une abside à trois pans. La sacristie est adossée au flanc sud du choeur et le clocher est campé au faîtage de la nef dans le prolongement de la façade occidentale. L'édifice est élevé en pierre de taille calcaire de type Dom-le-Mesnil en petit et moyen appareil. Les murs intérieurs sont enduits et le sol de la nef est dallé de carreaux de pierre de Tournai et de calcaire, et de carrelage peint dans le choeur. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de larges baies en anse-de-panier et la façade occidentale accueille un portail à fronton courbe. Les volumes intérieurs sont couverts de fausses voûte en berceau en anse-de-panier. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef et le choeur sont couverts par un toit à longs pans terminé respectivement par une croupe et une croupe polygonale, la sacristie par un toit en appentis et le clocher par une flèche carrée.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements fausse voûte en anse-de-panier
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
appentis
croupe polygonale
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant
États conservations bon état
Techniques vitrail
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • HANNEDOUCHE, Alfred. Dictionnaire historique des communes de l'arrondissement de Sedan. Sedan : Impr de Jules Laroche, 1891. 558 p.

    p. 309
  • MARBY, Jean-Pierre. Les édifices cultuels catholiques d´après l´enquête épiscopale de 1919. In [Exposition. Charleville-Mézières, Archives Départementales des Ardennes. 1994]. Les Ardennes durant la Grande Guerre (1914-1918) . Charleville-Mézières : SOPAIC, 1994, p. 275-290.

    pp. 277-278 ; 280-282
  • [Exposition. Charleville-Mézières, Archives Départementales des Ardennes, 2004]. Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes. Réd. Jean-Pierre Marby. Charleville-Mézières : Impr. SOPAIC, 2006. 60 p.

    cahier 2 p. 34 ; cahier 3 p. 28
Périodiques
  • NOEL, Albert Dom. Les paroisses du doyenné de Carignan, d´après un registre de visite de 1570 . Revue historique ardennaise , 1896, tome III.

    p. 108
  • Bulletin du Diocèse de Reims, 1893.

    28 juillet 1923, n°15
  • COLLIN, Hubert (dir.). Dictionnaire historique des communes des Ardennes. Auflance, Boult-aux-Bois, Briquenay, Damouzy, Etrepigny, La Ferté-sous-Chiers, La Francheville, Gespunsart, Gruyères, Gué-d´Hossus, Landres-Saint-Georges, Margny, Singy-Montlibert, Toges. Revue historique ardennaise , année 1979, tome XIV.

    pp. 256-260