Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Maurice

Dossier IA08001500 réalisé en 2011

Fiche

Vocables Saint-Maurice
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Attigny
Adresse Commune : Vrizy
Cadastre : 1997 AD 53

Édifice homogène édifié au début du 16e siècle. Sur le flanc sud, un dais est surmonté d'armoiries et d'une devise (Agitatus Ferry cresco, Agité je m'accrois) qui est celle du curé Henry Fery ; c'est probablement lui qui restaura l'église vers 1633 (date gravée à la clé de voûte du chœur) après les guerres. La sacristie a été ajoutée en 1848. En 1903/04, eut lieu une campagne de travaux : le clocher, qui se situait à la croisée du transept, fut placé en avant de la nef, on ajoura le tympan du portail occidental et on déplaça alors la Vierge au croissant qui s'y trouvait sur le flanc sud de la nef, on refit les baies de ce même côté et celles de façade (travaux effectués par l'entreprise Tettagliamenti de Sainte-Ménéhould, et utilisation de la pierre de Neuville-Day). Touchée lors de la Première Guerre mondiale, elle fut restaurée entre 1922 et 1926 notamment au niveau des parements extérieurs. Le 19 décembre 1145, l'église de Vrizy est mentionnée dans un privilège du pape Adrien III.

Période(s) Principale : 1er quart 16e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1903, daté par travaux historiques

L'église Saint-Maurice est implantée dans la partie nord-ouest du village et est orientée au nord-est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de trois travées est suivie par un transept saillant et par un choeur qui se compose d'une travée droite et d'une abside à trois pans. La sacristie est située dans l'angle formé par le choeur et le bras sud du transept. L'escalier en vis hors-oeuvre est adossé au mur-pignon du bras-nord du transept. Le clocher en charpente de plan carré est situé au faîtage de la nef, à l'aplomb de la première travée. L'édifice est édifié en pierre de taille de calcaire crayeux en différentes hauteurs d'assises mais certaines parties ont été construites dans un calcaire jaune (façade ouest, baies, chaînes d'angle, contreforts) ; présence de brique rouge en comblement, de manière ponctuelle, en particulier dans les contreforts. Les sols de la nef sont couverts de briques et de tomettes excepté pour les allées qui sont en damier de marbre noir et rouge veiné, à l'image des sols du transept et du choeur. Les faces intérieures des murs de la nef sont enduites. Les murs de la nef sont percés de baies étroites en arc brisé et ceux des parties orientales de baies à remplages flamboyants et archivoltes. La façade occidentale comporte un portail en arc brisé à linteau droit et tympan ajouré d'un réseau ; un second portail du même type mais beaucoup moins développé se présentait à la seconde travée du flanc sud de la nef mais a été mutilé lors de l'aménagement d'une fenêtre ; deux autres sont situées de part et d'autre de la première travée. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives à pénétration dans des colonnes. L'édifice est fortifié grâce à de nombreuses ouvertures de tir dont certaines en forme de lunette. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. Le vaisseau central de la nef est couvert d'un toit à longs pans à pignon découvert, les bras du transept de toits à longs pans à croupe, les collatéraux de toits en appentis à croupe, la travée droite du choeur par un toit à longs pans, l'abside par une croupe polygonale et le clocher par un toit brisé en pavillon.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
petit appareil
moyen appareil
grand appareil
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans
toit brisé en pavillon
croupe
pignon découvert
croupe polygonale
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
Techniques vitrail
sculpture
Représentations tête homme
Précision représentations

Des petits personnages sculptés dans diverses attitudes sont présents à la tourelle d'escalier.

Edifice homogène du début du 16e siècle qui a été fortifié quelques décennies plus tard.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1920/02/02
Précisions sur la protection

Eglise : classement par arrêté du 2 février 1920.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Ardennes, archives concernant les restaurations des édifices classés, provenant de la préfecture, service du ministère de l´instruction publique et des beaux arts, 4 T.

    Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières : 4 T
Bibliographie
  • COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p.

    p. 176
  • BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois, et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.

    pp. 175-176
Périodiques
  • BAUDON, Albert. Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine, année 1899.

    pp. 297-298
  • GUELLIOT, Octave. Les ornements, dates, inscriptions et sentences liminaires dans l´arrondissement de Vouziers. Revue historique ardennaise, 1914, tome XXI.

    pp. 135-137
  • MARLIER, Emile. Histoire de Vrizy et Echarson. Almanach Matot-Braine, année 1928.

    pp. 238 ; 262