Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Nicaise

Dossier IA08001755 réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Nicaise
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Château-Porcien
Adresse Commune : La Neuville-en-Tourne-à-Fuy
Cadastre : 1995 F 265

Le chœur, le transept et le clocher de l'église Saint-Nicaise ont été édifiés vers 1500 comme le rapporte la date de 1506 d'une épitaphe gravée sur la pile antérieure nord de la croisée. Autrefois une inscription apposée au premier pilier de la nef portait la date de 1508 (actuellement en sacristie). La sacristie a été établie en 1683 et la nef au début du 18e siècle comme le prouve la date de 1714 portée sur un imposte (celle de 1701 était également visible au portail occidental avant sa reconstruction). Un rapport de 1803 précise que l'église était en mauvais état et, en 1808, l´abbé Rasquin, curé de La Neuville précisait qu'il avait fait réparer le clocher qui était tombé suite à une tempête ainsi que les voûtes intérieures. En 1874 intervint une restauration d'ampleur sur la nef mais qui en modifia profondément l'aspect : au bras nord du transept, Louis Masson a remplacé une rosace par une réplique de la fenêtre du bras sud ; les murs de la nef ont été rehaussés, avec création d´oculi au vaisseau central et transformation des fenêtres en plein-cintre des bas-côtés en fenêtres ogivales. La façade occidentale a été intégralement reconstruite à cette époque de même que les voûtes en bois en arc brisé (remplaçant celles en plein cintre signalées par l´abbé Marcq). La comparaison de cartes postales avant et après la Première Guerre mondiale montre que des travaux ont été effectués à l´église, en particulier au pignon de façade. La toiture, également détériorée a été réparée par des prisonniers allemands en 1919. En 1940, l´église fut endommagée par deux obus tombés l´un sur la façade, l´autre sur le clocher. La Neuville est créée vers 1130 et dépend de l´abbaye Saint-Nicaise de Reims et les Templiers de Merlan deviennent décimateurs de La Neuville en 1130. A partir de 1271, La Neuville appartient au chapitre de Reims et aux Templiers de Merlan.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Secondaire : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1506, daté par travaux historiques, porte la date
1714, porte la date

L'église Saint-Nicaise est implantée au centre du village. Elle présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de quatre travées est suivie par un transept saillant et par le choeur composé d'une travée droite et d'une abside à trois pans. La sacristie est campée dans l'angle du bras sud et du choeur et l'escalier en vis hors-oeuvre dans l'angle opposé. La tour du clocher surmonte la croisée du transept. L'édifice est élevé en pierre de taille dans un calcaire crayeux en moyen appareil et en calcaire de type Dom-le-Mesnil pour les chaînes et encadrements ; les deux faces de la partie supérieure du clocher élevées en brique doivent correspondre à la restauration signalée en 1808. Les sols sont couverts de larges dalles calcaire et les faces intérieures des murs du choeur et du transept sont enduites et ornées de faux-joints. Le vaisseau central de la nef présente des arcades basses à piliers surmontées d'oculi et les collatéraux sont percés de baies en arc brisé. Le transept et le choeur comportent de larges baies à réseau gothique. L'édifice est voûté d'ogives mais les voûtes de la nef sont en bois. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. Le vaisseau central de la nef, le choeur et les bras du transept sont couverts par un toit à longs pans (à pignons découverts pour le transept et la nef), les collatéraux et la sacristie par un toit en appentis et le clocher par un toit en pavillon.

Murs calcaire
brique
enduit
pierre de taille
moyen appareil
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
appentis
croupe polygonale
pignon découvert
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations bon état, inégal suivant les parties
Techniques vitrail

Choeur du gothique flamboyant édifié vers 1500.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables choeur

Références documentaires

Bibliographie
  • PONSINET, Gérard, ROUSSEAU, Michel. La Neuville-en-Tourne-à-Fuy . Sucy-en-Brie : Ponsinet, 2004. 248 p.

  • [Exposition. Charleville-Mézières, Archives Départementales des Ardennes, 2004]. Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes. Réd. Jean-Pierre Marby. Charleville-Mézières : Impr. SOPAIC, 2006. 60 p.

    cahier 3, p. 25
Périodiques
  • HUBERT, Jean. Statistique monumentale du diocèse de Reims. Département des Ardennes. II. Monuments historiques proprement dit. Travaux de l´Académie impériale de Reims, 1852-1853, tome 17.

    pp. 242-243
  • MARCQ abbé. Topographie et histoire d´Aussonce, La Neuville-en-TAF, Germigny-Pend la-Pie, Merlan. Travaux de l´Académie de Reims, année 1867-1868, tome 48.

    pp. 268-269 ; 274 ; 286 ; 379-384
  • JADART, Henri. Le vitrail de Puiseux et autres anciens vitraux des églises du département des Ardennes. Revue historique ardennaise, 1900, tome VII.

    p. 328
  • BAUDON, Albert. Les inscriptions des églises d'Aussonce et de Neuville-en-Tourne-à-Fuy. Revue d´Ardenne et d´Argonne, 1906-1907, n°14.

    pp; 178-179