Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre de Nogent-l'Abbesse

Dossier IA51001224 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Présentation historique

La construction de l’église remonte au 11e-12e siècle comme en attestent les archives et le style des voûtes du transept et du chœur (AD Marne, 7 J 19). Les visites pastorales nous informent qu'en 1683, l’église possède un chœur, un transept et des chapelles voûtés, une nef et des bas-côtés plafonnés, l’ensemble de l’édifice est pavé et couvert de tuiles plates. Le clocher sur la croisée du transept est également couvert de tuiles plates et en bon état. Le tabernacle du maître-autel est « l’un des plus riches et des plus beaux du doyenné de Lavannes ». L’église possède les reliques de sainte Boue (sic) et de sainte Dove ou Dode (sic) dans un reliquaire en argent. Il y a trois autels, le principal dédié à saint Pierre, et deux secondaires dédiés à la Vierge et à saint Caprais et saint Nicolas. Jusqu’en 1722, l’église est en bon état mais l'église est jugée trop sombre. Pour y remédier, les travaux commencent deux ans plus tard par le blanchissement des murs et l'agrandissement des baies de la nef, et le pignon de la façade occidentale est enduit.

En 1878, la toiture de la sacristie est reconstruite en zinc à la place des tuiles plates pour éviter une détérioration précoce en raison de la chute de tuiles du clocher lors des périodes de grands vents.

L’église est très endommagée au lendemain de la première guerre mondiale, mais une partie de l’église est encore intacte. En 1926, les travaux de restauration commencent pour s’achever en 1928, sous la direction de l’architecte Lhomme de Reims et l’entrepreneur Baillot Frères.

Le commencement des travaux a été retardé à la suite d'un désaccord profond entre la municipalité et la Société Coopérative de Reconstruction. Dans les faits, la municipalité et son architecte Lhomme proposent tout d’abord un projet de construction d’une église neuve (premier projet rejeté), puis celui conservant la zone du chœur mais prévoyant la reconstruction de la nef et du clocher dans un style plus moderne. Ce nouveau projet fait débat et deux experts sont envoyés sur place : B. Haubold des Monuments historiques et H. Portevin.

En 1924, la Société Coopérative de Reconstruction des Églises de l’Arrondissement de Reims rend son rapport technique ; elle propose un projet de restauration et de conservation des parties anciennes qui diffère du second projet proposé par Lhomme (AD Marne, 2 O 2958). La Société Coopérative demande à conserver « le portail, les piliers et murs gouttereaux de la nef centrale, les fermes de la charpente couvrant la nef », de restaurer à l’identique « l’abside, le transept et le clocher suivant leur silhouette primitive » et de démolir les bas-côtés qui sont « en mauvais état et présentent des vices de construction ». La nef sera agrandie par la construction de deux chapelles latérales (AD Marne, 2 O 2958). Dans les archives, aucun document informe de la position prise par la municipalité mais l’aspect général du clocher et de l’église avec la suppression des bas-côtés montre que l’avis des architectes de la Société Coopérative a primé.

Analyse architecturale et description

L'église est au chœur du village, dans un tissu urbain dense, immédiatement environnée d'habitations.

La façade occidentale, restaurée au début du 20e siècle, est un mur pignon percé d'une porte à linteau droit reposant sur console, surmontée d'un arc en plein-cintre retombant sur des colonnes engagées coiffées de chapiteaux corinthiens. Un triplet de baies éclairent les combles au-dessus de la nef. Les grandes arcades en plein-cintre du 19e siècle donnant sur les collatéraux disparus sont apparentes en façade, surmontées de fenêtres hautes cintrées. Le transept saillant comprend la dernière travée de ce qu'étaient les vaisseaux de la nef avant la première guerre mondiale. Les bras nord et sud sont également percés de baies en plein cintre. Au-dessus de la croisée s'élève la tour du clocher, de plan rectangulaire régulier, percé sur ses quatre faces de baies jumelées en plein-cintre, munies d'abats-son. On accède à la chambre des cloches par un escalier à vis, demi-hors œuvre, accolé dans l'angle du bras nord et le chevet. Le chevet plat, à l'est, est renforcé par des contreforts. Les trois murs sont percés de baies cintrées.

La construction est en pierre : pierre de taille pour les encadrements d'ouverture, les arcades visibles sur façade nord et sud, en moellons équarris en assises régulières pour la façade ouest et en moellon mixte pour les autres parties de l'édifice. Les murs des bras du transept et du chevet sont enduits.

La nef est actuellement un vaisseau unique, profond de 5 travées (anciennement 6), couvert d'un plafond, à deux niveaux d'élévation : grandes arcades murées et fenêtres hautes. Le transept à 2 travées et le chevet sont voûtés d'ogives, retombant dans la croisée du transept et dans le chevet sur des chapiteaux corinthiens polychromes. Les ogives et les voûtains sont décorés d'un faux-appareil.

Le sol de la nef est décoré de mosaïque mixte, présentant sous la croisée une croix trilobée frappée du monogramme IHS. Des médaillons en fleuron occupent les angles. Les bras du transept et le chœur sont pavés de dalles de pierre.

Vocables Saint-Pierre
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Reims - Bourgogne
Adresse Commune : Nogent-l'Abbesse
Adresse : place de l'église
Cadastre : 2014 AB 01 76

Le style des voûtes du transept et du chœur permettent de dater les origines de l'église au 12e - 13e siècle. Des bas-côtés s'ouvraient sur le vaisseau central par des arcades en plein cintre reposant sur des piliers à imposte mouluré. En 1683, l’église possède un chœur, un transept et des chapelles voûtées, une nef et des bas-côtés plafonnés, l’ensemble de l’édifice est pavé et couvert de tuiles plates.

En 1926, les travaux de restauration de l'édifice endommagé par la guerre commencent pour s’achever en 1928, sous la direction de l’architecte Lhomme de Reims et l’entrepreneur Baillot Frères, dans le but de conserver l'aspect original de l'église, mais les bas-côtés sont rasés.

Période(s) Principale : limite 12e siècle 13e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1724, daté par source
1878, daté par source
Auteur(s) Auteur : LHOMME,
LHOMME

Architecte de l'église de Nogent-l'Abbesse lors de la reconstruction après la Grande Guerre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'église de plan allongé a une nef à vaisseau unique traversée à l'est par un transept bas saillant, profond de deux travées ; l'axe est marqué par un chevet plat. La sacristie est accolée dans l'angle nord est du transept. Au-dessus de la croisée s'élève le clocher.

La construction est en pierre, en partie enduite : pierre de taille pour la façade occidentale, les encadrements d'ouverture et les contreforts, en moellons équarris en assises régulières pour la façade occidentale restaurée et en moellon mixte pour les autres parties visibles. Les murs du chevet et des bras du transept sont enduits.

La nef est couverte d'un plafond en bois, le transept et le chevet de croisées d'ogives.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan allongé
Couvrements voûte d'ogives
plafond
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
toit en bâtière pignon couvert
appentis
Escaliers escalier dans-oeuvre
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations croix billette
Précision représentations

Une croix grecque sculptée en pierre couronne le pignon de la façade occidentale ; des chapiteaux corinthiens ornent le porche d'entrée. Une corniche à modillons parcourt le sommet des murs gouttereaux du clocher et du chevet. Les chapiteaux des piles qui séparaient la nef des bas-côtés étaient décoré en imposte d'une frise de billettes. Les ogives de la croisée et du chevet retombent sur des chapiteaux corinthiens polychromes.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série G : G 258. Doyenné de Lavannes : paroisse de Bazancourt et Pomacle son annexe. (1765-1791).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 258
  • Archives départementales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 19. Fonds de l'Archevêché de Reims. Visites pastorales. Pouillé rédigé par Mgr Pechenard lors des visites pastorales de Mgr Langénieux (1877-1897).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 19
  • AD Marne. Série J : 7 J 20. Visites canoniques et pastorales. Visites canoniques pour les doyennés classés par ordre alphabétique de A à V. (1948-1950).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 20
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série J : 7 J 26. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1919).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 26
  • AD Marne. Série O : 2 O 2958. Réfection des toitures (1879) ; reconstruction de l’église (1924). (1879-1926).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 2958
  • A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°36c. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1969-2012).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : carton tourisme 36c
Bibliographie
  • COLLIN, Hubert. Les églises rurales romanes du pays de Reims et des Ardennes. Les Cahiers d´Etudes Ardennaises, 1974, n°8, Charleville-Mézières, 158 p.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil départemental de la Marne (c) Conseil départemental de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.