Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Remi de Loivre

Dossier IA51001222 réalisé en 2015

Présentation historique

L'église primitive détruite pendant la première guerre remonte au 12e siècle. En 1722 et 1724, elle est en bon état général (AD Marne, G256) selon les rapports des visites pastorales. Entre 1740 et 1755, un contentieux confronte les habitants de Loivre et le chapitre de Reims sur les réparations à effectuer au chœur et aux voûtes du clocher (AD Marne, 2G1317). De nouveaux travaux de réparation sont réalisés en 1771 sans précision sur leur nature.

Lors de la visite pastorale de 1774, l’église est décrite comme ayant un chœur étroit et voûté, une nef longue et lambrissée, contenant trois autels dont le majeur sous l’invocation de saint Remi, les deux autres sous le vocable de la Vierge et de saint Éloi.

En 1823, l’église est profondément remaniée : on conserve le porche et la grande nef (Répertoire archéologique de l’Arrondissement de Reims, 1931). En 1829, l’ancien clocher est détruit en raison de sa vétusté pour être remplacé en 1838-1839 par une tour terminée par une flèche, réalisée par l’entrepreneur Lejay. Entre 1879 et 1883, l’architecte Leclère est chargé de réaliser des travaux qui concernent principalement l’intérieur, la consolidation des fondations et les abords. Les bas-côtés sont élargis, la couverture de la nef est remplacée par une couverture unique couvrant la nef et les bas-côtés. C'est au cours de cette campagne que l'on découvre qu’au 15e siècle, la nef était plafonnée : le plafond en bois devait reposer sur des solives moulurées et portées sur des culs-de-lampe en pierre sculptés représentant des petits personnages accroupis. L’architecte installe aussi un cheneau tout autour des combles (AD Marne, 2 O 2450).

Les attaques lors de la première guerre mondiale détruisent l’église en totalité. Le projet de reconstruction est supervisé par la Société coopérative de Reconstruction des Églises de l’Arrondissement de Reims pour un montant de 427 350 francs, sous la direction des architectes Rouillard et Raffine de Reims. Le projet doit répondre à une seule exigence de la commune : « Dans le projet, les auteurs se sont efforcés de conserver la silhouette si caractéristique de la façade de l’édifice ancien avec ses trois clochers. » (AD Marne, 2 O 2450). Les travaux sont effectués entre 1924 et 1927. Pendant cette période, un baraquement en bois sert de chapelle provisoire, comme durant la guerre. En 1935, les abords sont arborés et un parc est créé autour de l’église.

En 1964, la Place de l’église devient la Place de M. l’Abbé Jacquemart, du nom du curé de Loivre de 1920 à 1951.

Description et analyse architecturale

L'église se situe au cœur d'un parc arboré, longée au nord et à l'ouest par des rues et fait face à la mairie, située au-delà d'un îlot d'habitation.

L'édifice se caractérise par son aspect massif, renforcé par les toitures en ardoises et l'imposante façade occidentale, devancée d'un porche en pierre surmonté d'un clocher-porche, flanqué de deux clochetons. Le porche s'ouvre sur la rue par une large entrée cintrée avec tympan ajouré, flanqué d'arcatures jumelées.

Le plan se développe vers l'est par une nef de trois vaisseaux, un transept peu saillant continu, un chevet à une travée droite et abside semi-circulaire. La sacristie est accolée contre le mur sud du chevet.

La construction est en pierre de taille pour le porche, en moellon équarris à assises régulières pour les soubassements. Les parties hautes des murs sont enduites.

Introduite par un narthex aménagé sous la tribune, la nef est profonde de 4 travées à un niveau d'élévation de très hautes arcades, permettant un éclairage direct depuis les baies en plein-cintre des bas-côtés. Les murs doubleaux en plein-cintre dans les collatéraux sont percés en partie haute d'ouvertures cintrées, afin d'alléger esthétiquement la construction. La même astuce est employée dans la croisée et le transept. Les trois vaisseaux de la nef et le transept sont voûtés en berceau. Le chœur est structuré sur une travée droite terminée par une abside, éclairée par deux fines ouvertures en lancette.

Le sol de la nef est décoré de carreaux de ciment peints, dessinant des carrés posés sur la pointe, en ocre jaune et rouge. Les parties basses des murs sont enduites de peinture grise, interrompue par un bandeau de rinceau rouge sur fond violet sur les piles de la nef. Un liseré ocre rouge souligne les murs en partie haute des collatéraux, se poursuivant sur les murs des bras du transept et dans le chœur.

Vocables Saint-Remi
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Reims - Bourgogne
Adresse Commune : Loivre
Adresse : rue de l'église
Cadastre : 2014 AB 01 161

L'église actuelle est une construction réalisée entre 1924 et 1927, par les architectes Rouillard et Raffine de Reims. Elle remplace une église primitive détruite au cours de la première guerre mondiale, construite au 12e siècle, profondément remaniée en 1823.

En 1935, les abords sont arborés et un parc est créé autour de l’église.

Période(s) Principale : 12e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Secondaire : 1er quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1823, daté par travaux historiques
1838, daté par source
1879, daté par source
1924, daté par source
Auteur(s) Auteur : Rouillard,
Rouillard

Architecte à la Reconstruction pour l'agence d'architecte Rouillard et Rafine. Il œuvre aux églises de Berméricourt et de Loivre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Rafine,
Rafine

Architecte à la Reconstruction pour l'agence d'architecte Rouillard et Rafine. Il œuvre aux églises de Berméricourt et de Loivre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Construite sur un plan en croix-latine, l’église comprend une nef à trois vaisseaux de quatre travées à un seul niveau d’élévation, buttant sur un transept continu peu saillant, terminée à l’est par une abside semi-circulaire. Tout l’édifice est voûté en berceau, le chœur en cul-de-four.

Un imposant clocher flanqué de deux clochetons s'élève au-dessus du massif occidental, devancé d’un porche.

La construction est en pierre de taille de petit appareil pour la façade et le soubassement, et enduite sur la partie supérieure. L’ensemble de l'édifice est couvert en ardoise.

Murs calcaire petit appareil enduit
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
flèche polygonale
croupe ronde
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en équerre, en charpente, cage ouverte
États conservations bon état
Techniques sculpture
peinture
Représentations ornement végétal ornement géométrique
Précision représentations

Des chapiteaux sculptés empruntant au style gothique coiffent les colonnes du porche.

Le sol de la nef est décoré de carreaux de ciment peints, dessinant des carrés posés sur la pointe, en ocre jaune et rouge. Les parties basses des murs sont enduites de peinture grise, interrompue par un bandeau de rinceau rouge sur fond violet sur les piles de la nef. Un liseré ocre rouge souligne les murs en partie haute des collatéraux, se poursuivant sur les murs des bras du transept et dans le chœur.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : 2 G 1317. Réparations de l'église. (1633-1756).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 2 G 1317
  • Archives départementales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 19. Fonds de l'Archevêché de Reims. Visites pastorales. Pouillé rédigé par Mgr Pechenard lors des visites pastorales de Mgr Langénieux (1877-1897).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 19
  • AD Marne. Série J : 7 J 21. Visites canoniques et pastorales. Visites canoniques pour les doyennés classés par ordre alphabétique de A à V. (1948-1950).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 21
  • AD Marne. Série J : 7 J 23. Enquêtes pastorales. Divers (1826-1827) ; Notes diverses par ordre alphabétique des paroisses. (XIXe siècle).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 23
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série J : 7 J 26. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1919).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 26
  • AD Marne. Série O : 2 O 2450. Reconstruction du clocher (1838) ; réparations aux couvertures (1879) ; acquisition de parcelles de terrain appartenant à Mlle Rifflart et à Mme Vve Pichancourt (1923) ; reconstruction (1924) ; reconstitution du mobilier (1929). (1826-1929).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 2450
  • AC Loivre. sans cote. Réparations de l'église. (1920-1930).

    AC Loivre : sans cote
  • A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°36c. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1969-2012).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : carton tourisme 36c
Documents figurés
  • AD Marne. Série J : 7 J 6. Organisation territoriale du diocèse. Cartes postales des églises du diocèse de Reims. (1914-1920).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 6
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.