Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Remi de Pourcy

Dossier IA51001306 réalisé en 2015

L'église Saint-Remi remonte au 2e siècle. Le chevet à trois pans coupés protégeant un chœur à abside en cul-de-four se rattache à cette période, ainsi que la base du clocher dont les contreforts puissants côté nord laissent supposer qu'ils supportaient une tour plus élevée que celle actuelle ; il semble que la chapelle sud soit contemporaine, formant en quelque sorte un bras sud de transept. C'est probablement au 17e siècle que la nef a été reprise, élargie et peut-être allongée ; plafonnée, elle est éclairée par de larges baies ébrasées en plein cintre, hormis les baies de la première travée, refaites au 20e siècle après la première guerre mondiale.

À la fin du 17e siècle, une visite canonique décrit l'église comme étant en bon état (compte-rendu de la visite canonique du 4 août 1698. AD Marne G 254 f°44v). Un siècle plus tard environ, la voûte de la sacristie nécessite des travaux tandis que le clocher est qualifié d'« assez défectueux », mais les documents d'archives ne permettent pas de savoir si des mesures sont entreprises à la suite de ce constat (demandes concernant l'état de l'église et de la paroisse de Pourcy, s.d. AD Marne G 255).

Deux campagnes de travaux semblent avoir été menées sur l'édifice au cours du 19e siècle. En 1842, la commune est autorisée à s'imposer extraordinairement la somme de 100 francs « pour acquitter la fin des réparations à exécuter à l'église », mais la nature desdits travaux n'est guère renseignée (arrêté préfectoral, 14 octobre 1841. AD Marne 2 O 3233). En 1876, la municipalité projette de réparer le clocher qui menace ruine. Il est alors décrit comme « une masse lourde et sans grâce » qui appuie dangereusement sur la voûte du chœur en raison de son poids mal réparti (rapport de la Commission départementale des bâtiments civils, 18 août 1876. AD Marne 2 O 3233). L'architecte Édouard Thiérot propose de détruire le beffroi pour le remplacer par une simple couverture, mais le Conseil municipal et le Conseil de Fabrique lui préfèrent une restauration. Lors de l'examen du dossier dans sa séance d'août 1876, la Commission départementale des bâtiments civils constate que « cet architecte, dominé par le désir de donner satisfaction aux vues des administrateurs de la fabrique et de la commune, ne s'est point cru libre de comprendre dans ses plans et devis les dispositions qui lui auraient paru les plus convenables, et s'est borné avec regret, à indiquer des travaux de consolidation dont l'efficacité serait même douteuse selon lui » (rapport de la Commission départementale des bâtiments civils, 18 août 1876. AD Marne 2 O 3233). La Commission demande donc à l'architecte de produire un nouveau projet, « en lui recommandant de ne se préoccuper que des moyens d'exécuter une restauration convenable » (rapport de la Commission départementale des bâtiments civils, 18 août 1876. AD Marne 2 O 3233). Six mois plus tard, le Conseil municipal accepte de se conformer à la nouvelle proposition soumise par M. Thiérot et son confrère M. Lamy, consistant à « déraser le clocher jusqu'au niveau de la voûte, en attendant que la Commune ait les ressources suffisantes pour réédifier cette partie de l'édifice » (délibération du Conseil municipal, 11 février 1877. AD Marne 2 O 3233).

Si la démolition du clocher semble avoir déjà débuté depuis l'année précédente, le déroulement ainsi que le coût de ce chantier ne sont pas renseignés. Il ne reste du clocher qu'un tiers de sa hauteur environ ; le pignon généré par sa toiture à longs pans est éclairé au nord et au sud par une baie en plein cintre rappelant son origine romane ; au-dessus de l'abside s'observe l'arc de la voûte ouvrant sur le chœur et sur les quatre faces les trous de boulin des échafaudages montrant une reprise de la maçonnerie. Selon toute vraisemblance, la commune n'a pas eu les fonds nécessaires pour reconstruire la tour et s'en est tenu à un aménagement minimal au-dessus du niveau de la voûte.

Touché par une demi-douzaine d'obus durant la première guerre mondiale, l'édifice présente de nombreuses séquelles : bout du clocher arraché, trous dans les murs extérieurs, contreforts endommagés, ou encore dégradations des voûtes, des plafonds ainsi que des murs. Par ailleurs, certaines parties du bâtiment telles que deux petites baies cintrées, la charpente du clocher, la sacristie et la couverture en tuiles plates sont totalement détruits (état descriptif des dégâts dressé le 5 février 1920. AD Marne 10 R 2914). En 1922, la Commission des dommages de guerre classe l'église Saint-Remi parmi les bâtiments réparables ; les dégâts sont alors estimés à 55 500 francs. Les architectes R. Vuibert et H. Schillio dressent le projet de restauration la même année, tandis qu'un marché de gré à gré est conclu avec M. Laborderie, entrepreneur de la Coopérative approuvée de Pourcy-Marfaux et administrateur délégué de la Société « La Reconstruction » (délibération du Conseil municipal, 13 août 1922. AD Marne 2 O 3233). Celui-ci s'engage à débuter les travaux le 1er juin 1922 pour les terminer dans un délai de trois mois, le montant de ses mémoires ne pouvant excéder 45 000 francs (marché de gré à gré pour les travaux des réparations à exécuter à l'église de Pourcy, 1922. AD Marne 2 O 3233) ; la réparation de l'édifice coûtera finalement 44 800 francs.

Vocables Saint-Remi
Destinations église paroissiale
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Dormans-Paysages de Champagne
Adresse Commune : Pourcy
Cadastre : 2014 AA 25

La tradition fait remonter les origines de l'église Saint-Remi au milieu du 12e siècle : le chevet à pans coupés éclairés par des baies en plein cintre, protégeant une abside en cul de four remonte à cette période. La chapelle orientée est construite à la période moderne, au 16e ou 17e siècle. La nef romane a disparu au profit d'un vaisseau unique plus large et plus profond, plafonné, éclairé par de larges baies cintrées et ébrasées, probablement aménagé au cours des 16e et 17e siècles ; c'est à cette même époque que la baie axiale du chœur et la baie de la chapelle sud sont modifiées. Les baies de la première travée sont reprises après leur bombardement en 1914-1918.

Période(s) Principale : milieu 12e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : limite 16e siècle 17e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : milieu 18e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Thiérot Edouard
Edouard Thiérot (18 avril 1823 - )

Architecte diocésain du diocèse de Reims de 1849 à 1897.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Vuibert,
Vuibert

MM. Vuibert & Schillio sont deux architectes de Reims associés lors de la reconstruction après la première guerre mondiale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Schillio,
Schillio

MM. Vuibert & Schillio sont deux architectes de Reims associés lors de la reconstruction après la première guerre mondiale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'édifice est à une nef à un seul vaisseau plafonné ; l'abside est à trois pans éclairés par deux baies en plein-cintre et un oculus axial. Une croisée d'ogives recouvre le chœur, qui ouvre au sud par une arcade en plein-cintre sur une chapelle plafonnée.

Murs granite moellon enduit partiel
brique maçonnerie
Toit tuile plate mécanique
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements plafond
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en charpente
États conservations décollement des enduits
Techniques sculpture
Représentations blason ornement géométrique
Précision représentations

À l'extérieur, on trouve en haut à droite du portail axial en façade occidentale une pierre posée en boutisse qui présente des traces d’une sculpture buchée (un blason ?). Le clocher est surmonté d’une croix métallique.

Au niveau de la baie au centre du mur sud, on trouve les restes d’un cadran solaire gravé avec trois demi-cercles concentriques, trois traits rayonnants, les chiffres II, I2 et I, et un axe métallique.

Une frise de modillon orne le pan sud du chevet.

À l'intérieur, les nervures des croisées d’ogives reposent sur des culots à motifs géométriques.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : G 254. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de la Montagne. (1512-1789).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 254
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série G : G 255. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de la Montagne. (1512-1789).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 255
  • AD Marne. Série J : 7 J 20. Visites canoniques et pastorales. Visites canoniques pour les doyennés classés par ordre alphabétique de A à V. (1948-1950).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 20
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série J : 7 J 26. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1919).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 26
  • Archives Départemantales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 133. Histoire des villages du diocèse (Verzenay, Taissy, district de Ville-en-Tardenois, Courville). (1788-1933).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 133
  • AD Marne. Série O : 2 O 3233. Restauration (1877) ; travaux (1919). + Plan du cimetiere et de l’église (10 mars 1913). (1841-1923).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 3233
  • AD Marne. Série R : 10 R 2914. Dommages de guerre. Passy-Grigny. Eglise. (1921).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 2914
  • AD Marne. Série T : 4 T 42. Beaux-Arts : Monuments Historiques, objets d'art, fouilles. (1908-1960).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 4 T 42
  • Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série V : V 166. Liste des biens cultuels. (1908).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : V 166
  • AD Marne. Série V : 47 V 2. Répertoire numerique serie V, cultes (1800-1940) : Inventaire des mobiliers des fabriques. (1800-1940).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 47 V 2
  • AD Marne. Série V : 48 V 2. Inventaire du mobilier des églises dressé par les conseils de fabrique. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 48 V 2
  • AD Marne. Série V : 49 V 8. Inventaire du mobilier des églises dressés par les conseils de fabriques (1906).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 49 V 8
  • Archives départementales de la Marne, Reims. Série W : 1338 W 6. Monuments historiques, Antiquités et objets d'art. Récolements des objets d'art (1919-1984).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 1338 W 6
  • AD Marne. Série W : 1338 W 23. Antiquités et objets d'art : dossiers communaux : Oeu-Rec. (1919-1982).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 1338 W 23
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. Dossiers des communes avec édifice protégé : éléments administratifs et suivis de travaux anciens. (1956-2015).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
Documents figurés
  • Extrait agrandi du cadastre de 1832. Détail de la section C3 avec église ; section C, 3e feuille / Pérard, géomètre du cadastre. Terminé le 8 novembre 1832. 1:1250. 1 plan : aquarellé (AD de la Marne. 3 P 1164).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 3 P 1164
  • Commune de Pourcy. L'église / Vuibert & Schillio, architectes, Reims, 14 mai 1920. 1:500. 1 plan : papier (AD Marne. 10 R 2914).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 2914
  • Pourcy. L'église Saint-Remi / Emmanuel Peillet. [s.d.]. 1 photogr. pos. : n. et b. (BM Reims. CXXII-3554).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : CXXII-3554
Bibliographie
  • TOURTEBATTE, Philippe (coord.). Promenade dans l'art roman en Champagne : découverte des églises de la Vallée de l'Ardre et de ses environs. Parc naturel régional de la Montagne de Reims : 2001.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.