Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Remi des Mesneux

Dossier IA51001336 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Remi
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Fismes-Montagne de Reims
Adresse Commune : Les Mesneux
Adresse : rue de l'église
Cadastre : 2014 AA 23

L'église est une construction dont les parties les plus anciennes remontent au 12e siècle et se concentrent dans la nef (fenêtres hautes du vaisseau central) et la tour-clocher. Le transept et le chœur sont du 15e siècle.

Au cours du 19e siècle, l'église fait l’objet de réparations, notamment après un incendie en 1837 : couvertures, charpente, presbytère et sacristie. En 1852 et 1870 on note la reconstruction des bas-côtés et les voûtes de la nef, qui fit perdre tout caractère roman à l’édifice (AD Marne. 7 J 25). Les travaux se déroulent sous la direction de l'architecte Tortrat et Fils (AD Marne. 2 O 2691).

Les dégâts provoqués par le premier conflit mondial endommagent les toitures de la nef, du clocher et du bras nord du transept. Les voûtes de la dernière travée de la nef côté nord sont effondrées. L'estimation des dommages de guerre et les plans sont dressés apr les architectes Chevallier et Lusso en 1921. En 1926 les décors peints sont restaurés par Marcel Grimal (AD Marne. 2 O 2691).

Période(s) Principale : 12e siècle, 15e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1850, daté par source
1921, daté par source
1926, daté par source
Auteur(s) Auteur : Tortrat et Fils,
Tortrat et Fils

Architectes de Reims durant la seconde moitié du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Chevallier et Lusso,
Chevallier et Lusso

Architectes à Reims, 1ère moitié 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L’édifice présente un plan en croix latine, composé d’un porche ouvert, d’une nef se développant sur trois vaisseaux de quatre travées, d’un transept saillant surmonté à la croisée par un clocher, et d’un chœur en abside à pans. Une sacristie est adossée hors-œuvre au pan oriental du bras sud du transept, tandis qu’une cage d’escalier est adossée hors œuvre au bras nord du transept.

Les élévations de l’édifice sont animées par un appareillage mixte des maçonneries, présentant des éléments en pierre de taille (encadrements des baies, contreforts, corniches à modillons...), des moellons apparents, et des moellons recouverts d’un enduit gris. Les couvertures à longs pans sont réalisées en ardoises.

Le porche occidental communique directement avec la rue par une porte à linteau droit surmontée par une niche en plein-cintre. Ouvert au nord et au sud par de grands arcs en plein cintre, le porche abrite un degré droit et est couvert par la charpente apparente de sa couverture à deux longs pans. Il est adossé à l’élévation occidentale de la nef, qui présente des bas-côtés aveugles à l’ouest.

Eclairées par des petites baies hautes en plein cintre, les quatre travées du vaisseau central sont couvertes par des voûtes d’ogives retombant sur des culots moulurés, soutenus par des arcs en plein cintre reposant sur des piliers romans à impostes moulurées. La première travée du vaisseau central présente les départs fragmentaires d’un arc surbaissé disparu, évoquant l’existence d’un ancien portail occidental non conservé. Éclairés par des petites baies en plein-cintre, les bas-côtés sont voûtés en ogives retombant sur des piliers à impostes moulurées, soutenus par des contreforts extérieurs. Un portail néo-roman donne accès depuis le cimetière à la dernière travée du bas-côté sud. Un arc brisé triomphal ouvre la nef sur la croisée du transept, voûtée par des ogives retombant sur des piliers et des culots. La croisée supporte le clocher roman reconstruit au 18e siècle, composé d’une chambre des cloches ouverte par des baies en plein-cintre et couverte par un toit en flèche.

Les bras saillants du transept sont couverts par des voûtes d’ogives, retombant sur des colonnettes au nord et sur des culots au sud, surmontées par des toits à deux longs pans reposant sur des corniches à modillons. Soutenus par des contreforts, les bras du transept sont ouverts au nord et au sud par de grandes baies à trois lancettes présentant des bases prismatiques et des remplages gothique flamboyant. La baie sud est surmontée par une niche moderne en plein cintre, habitée par une sculpture en ronde-bosse du Christ, et flanquée par deux petites baies ouvertes sur le pignon du toit.

L’abside à cinq pans du chœur est ouverte par trois baies brisées. Soutenue par des contreforts, elle est couverte par une voûte d’ogives sexpartite reposant sur des culots moulurés et est surmontée par un toit à croupes droites.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire moellon
calcaire grand appareil
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à deux pans pignon découvert
toit à deux pans pignon couvert
appentis
flèche carrée
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
États conservations bon état
Techniques sculpture
peinture
Représentations ornement figuré
Précision représentations

Extérieur

Un haut-relief est encastré sur l’élévation occidentale du bas-côté nord. Elle se compose d’une plaque commémorative fragmentaire, surmontée par un édicule en forme d’abside, composée de pilastres soutenant un cul-de-four. Les pilastres présentent des chapiteaux d’ordre composite et des fûts ornés de phylactères. Le cul-de-four est orné d’un coquillage fragmentaire formant un fronton. La niche est organisée en deux registres horizontaux. Le registre supérieur abrite des haut-reliefs fragmentaires représentant des figures en pieds vêtues de tenues aux draperies antiquisantes. Cette niche appartient à l’art de la Renaissance française des 15e et 16e siècles.

Le portail sud est surmonté d’une plaque métallique ornée du symbole de la Providence.

Le contrefort occidental du bras sud du transept est orné d’une plaque commémorative évoquant le décès de deux femmes, l’une en 1595 et l’autre en 1610. La dédicace est surmontée d’une représentation fragmentaire du Christ en croix, gravée et sculptée en méplat. Il s’agirait d’un réemploi d’éléments de maçonneries appartenant à un monument funéraire du cimetière.

Intérieur

À l’extrémité occidentale du bas-côté sud, la chapelle des fonts baptismaux est décorée de peintures murales néo-gothiques, présentant un décor végétal stylisé au mur et un semis d’étoiles dorées sur fond bleu sur l’un des quartiers de la voûte d’ogives.

Les culots de la croisée du transept sont ornés de griffons et de personnages masculins en position de course. La clé de voûte de la croisée est ornée de rinceaux formant des couronnes végétales concentriques.

La clé de voûte du bras nord du transept est ornée d’une décoration héraldique peinte se développant sur les départs d’ogives, présentant un monogramme composé d’un R surmonté d’une couronne peint en or sur fond bleu. Une frise de cabochons et de fleurs stylisées est peinte en or sur fond magenta. Les colonnettes adossées recevant la retombée de la voûte d’ogives du bras nord du transept présentent un ordre composite. Le pan oriental du bras nord du transept présente une niche maçonnée formée par une accolade reposant sur des colonnettes sans chapiteau et à bases moulurées.

La clé de voûte du bras sud du transept est ornée d’une décoration héraldique peinte se développant sur les départs d’ogives, présentant un monogramme composé d’un M surmonté d’une couronne peint en or sur fond bleu. Une frise de cabochons et de fleurs stylisées est peinte en or sur fond magenta. Les culots recevant la retombée de la voûte d’ogives du bras sud du transept sont décorés de motifs sculptés en haut-relief. Ils présentent des feuilles de vignes stylisées et des grappes de raisins. Un des culot est habité par un ange portant une grappe de raisin. Des traces de polychromie sont visibles sur ces quatre culots.

L’abside du chœur est recouverte à hauteur d’homme par des lambris néo-gothiques réalisés en tôle métallique.

Les sols de la croisée et de l’abside sont recouverts de carreaux de marbres noirs et blancs, alors que le reste des sols de l’église est recouvert de dalle en pierre calcaire.

Les murs de l’église sont décorés de faux joints sur enduit imitant un appareillage de pierre.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série O : 2 O 2691. Les Mesneux - Église. Réparations (1837, 1852 et 1853) ; reconstruction des bas-côtés (1856) ; réparation de la couverture (1876) ; réfection du porche (1891) ; achat d’un harmonium (1922) restauration de l’autel (1925) ; fourniture d’ornements (1931). 1837-1931.

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 2691
  • AD Marne. Série R : 10 R 3323. Dommages de guerre. Les Mesneux. Église. 1921

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 3323
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 81/51/0085/0164. Marne. Les Mesneux : église. Dossier de proposition de classement. 1921-1923.

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 81/51/0085/0164
Documents figurés
  • Commune des Mesneux. Église. Plan, coupe en long, coupe en travers, coupe sur transept / Chevallier et Lusso, architectes. 20 juin 1920. 1 plan papier (AD Marne. 10 R 3323).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 3323
  • Monuments historiques arrondissement de Reims : église des Mesneux / A. Prost, architecte. 30 octobre 1922. 1 : 100 (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 82/51/2018).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 82/51/2018
  • Église : tourelle d'angle / Beausseron. Avant 1914. 1 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0065080).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0065080
  • Vues extérieures / [s. n.]. 1920. 3 photogr. pos. : sépia. (AD Marne. 10 R 3125).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 3125
  • Eglise des Mesneux. Vues extérieures et intérieures / Léon Doucet (photographe, collectionneur). 1922. 6 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0062243-MH0062248).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0062243 ; MH0062244 ; MH0062245 ; MH0062246 ; MH0062247 ; MH0062248
Bibliographie
  • Dictionnaire des églises de France. Volume 5 : Champagne, Flandre, Artois, Picardie. Paris : Robert Laffont, 1969. 144 p.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Couchet Matthieu
Matthieu Couchet

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.