Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise Paroissiale Saint-Rémi

Dossier IA08000010 réalisé en 2008

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Rémi
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Villers-Semeuse
Adresse Commune : Gespunsart
Adresse : place de l' Eglise
Cadastre : 1979 E1 509

L'église fut reconstruite entre 1789 et 1790 (date portée), à l'instigation du curé Pierre Louis Micheau par l'entrepreneur Marion Templus, d'après des plans de Jean-Baptiste Prevost, notaire royal. Le chœur date en revanche de 1768 et 1769. Une chapelle Saint-Rémy fut donnée à la collégiale de Braux en 867. La paroisse apparaît dans le pouillé antérieur à 1312.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Dates 1768, porte la date, daté par travaux historiques
1790, porte la date
Auteur(s) Auteur : Prevost Jean-Baptiste, maître de l'oeuvre, attribution par travaux historiques

L'église Notre-Dame est implantée au centre du village. Elle présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de six travées est précédée par un massif occidental composé du clocher encadré par deux chapelles dont celle, à droite, accueille l'escalier en vis. Le choeur se compose d'une travée droite et d'une abside hemicirculaire à volume polygonal. La sacristie est campée dans l'angle formé par le choeur et le collatéral gauche. L'édifice est bâti en moellon de schiste mais les chaînes, les baies et les corniches sont en pierre de taille de Dom-le-Mesnil. Le sol de la nef est couvert de larges dalles calcaire et celui du choeur (ainsi que du choeur liturgique qui s'avance sur les dernières travées de la nef) par un damier de carreaux de marbre noir et gris veiné. Les faces intérieures des murs sont enduites. Les murs sont percés de baies en plein-cintre. La façade principale à élévation ordonnancée présente trois portails en plein-cintre encadrés par des pilastres toscans : les portails latéraux, plus petits, sont surmontés chacun par un oculus et des pignons découverts en chapeau de gendarme et le portail central par trois niveaux de baies en plein-cintre. Le vaisseau central de la nef est couvert d'une fausse-voûte en plein-cintre supportée par des grandes arcades en berceau déprimé à colonnes toscanes ; les collatéraux sont couverts de fausses voûtes d'ogives. La couverture de l'édifice est en ardoise. La nef et la travée droite du choeur sont couverts par un toit à longs pans, l'abside par une croupe polygonale et le clocher par dôme polygonal surmonté d'un lanternon à bulbe, lui-même surmonté par un lanternon à dôme polygonal.

Murs schiste
moellon
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements fausse voûte en berceau segmentaire
fausse voûte d'ogives
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
dôme polygonal
bulbe
croupe polygonale
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis

Date de la première enquête par le service de l'inventaire : 1986.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1984/12/05
Précisions sur la protection

Eglise Saint-Rémy (cad. E 509) : inscription par arrêté du 5 décembre 1984.

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales des Ardennes, Archives paroissiales, 50 J.

    8 Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières : 50 J
Bibliographie
  • HUBERT, Jean. Département des Ardennes : dictionnaire historique et géographique . Paris : Res universis, 1991. 512 p. Fac-similé de l´édition de 1855, Géographie historique du département des Ardennes.

    pp. 162-163
Périodiques
  • Notes extraites des registres paroissiaux de Gespunsart . Revue historique ardennaise , 1896, tome III.

    tome III, pp. 234-237
  • Bulletin du Diocèse de Reims, 1893.

    1er avril 1893, n°13, p. 151 ; samedi 29 juillet 1893, n°30, pp. 355-356
  • COLLIN, Hubert (dir.). Dictionnaire historique des communes des Ardennes. Auflance, Boult-aux-Bois, Briquenay, Damouzy, Etrepigny, La Ferté-sous-Chiers, La Francheville, Gespunsart, Gruyères, Gué-d´Hossus, Landres-Saint-Georges, Margny, Singy-Montlibert, Toges. Revue historique ardennaise , année 1979, tome XIV.

    tome XIV, pp. 210-215