Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Roch de Belval-sous-Chatillon

Dossier IA51001280 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

L'église était celle d'un ancien prieuré établit au 13e siècle qui s'élevait à proximité et dont certains bâtiments voisins gardent la trace. Les arcades prises dans le mur sud, associées à la porte en arc à pans brisés sur le même côté, ainsi que le chevet semblent remonter à cette époque. De nombreux remaniements marquent l'édifice. Les grandes arcades plein cintre, leurs colonnes à chapiteau et leurs piliers (notamment celui proche du chœur) devaient séparer - à l'origine ? - le vaisseau central d'un bas-côté aujourd'hui disparu. La façade ouest est agrémentée au 16e siècle d'un portail de style Renaissance : la porte à linteau est cantonnée de deux pilastres cannelés à chapiteau ionique, supportant un entablement à décor de billettes. Un peu plus à l'ouest et légèrement en hauteur, une niche à demi encastrée dans la maçonnerie devait abriter une statue ; l'intérieur du dais est orné d'une coquille et la base est timbrée d'un cuir contenant une inscription, difficile à déchiffrer. Une fenêtre en arc brisé à remplage flamboyant surmonte le portail et correspond à une époque antérieure ou à la permanence de l'utilisation du gothique flamboyant dans les années 1500.

Devenue église paroissiale après la Révolution française, elle est restaurée entre 1885 et 1889, date de réception des travaux. Ceux-ci, conduits par M. Gillet architecte à Châlons, ont porté sur l'édifice, mais sans que nous ayons plus de précisions, et sur la réfection du clocher. Il semble que la sacristie soit aménagée à ce moment.

Le bâtiment n'est pas épargné par la guerre de 1914-1918. Les architectes Lucien Auguste Beaumet, Henri Menet et Georges Beaumet, de la Société Industrielle de Construction obtiennent le chantier de sa restauration. L'édifice est diversement affecté, principalement sur les toitures, les murs, les piédroits et chaînages ; les enduits intérieurs ont été abîmés, ainsi que les planchers, une partie du carrelage de terre cuite du chœur et les vitraux dont celui du 16e siècle situé au mur latéral nord (indiqué sur le plan de 1920, ce dernier a été détruit en 1940). L'ensemble de ces travaux est porté au budget de 1922 et financé par les crédits ouverts pour immeuble endommagé par fait de guerre. Bien qu'abritant quelques objets classés au titre des monuments historiques, l’église n’a pas été protégée au lendemain de la première guerre mondiale.

Dans le dernier quart du 20e siècle, la commune engage des travaux d’entretien de la toiture. Malgré cela, la structure de l'édifice reste très fragile ; de nombreuses fissures sont constatées sur les murs latéraux et le chevet.

Description

L'église est à nef unique charpentée et pavée de dalles de calcaire. Sur le côté sud s'observent des colonnes engagées, avec ou sans chapiteaux. La porte d'entrée, plein-cintre en extérieur, se révèle être à arc surbaissé à l'intérieur. Les arcades maçonnées visibles sur le mur sud laissent supposer l'existence d'un bas-côté aujourd'hui disparu. La façade est embellie d'un portail renaissance surmonté d'une baie de style flamboyant ; à l'intérieur, le chœur est rehaussé d'un lambris de demi-revêtement interrompu par un retable classique occultant à demi la baie axiale, aménagé au 18e siècle.

Le bâtiment est en très mauvais état. Il présente de très nombreuses fissures traversantes, et un dévers important du sud vers le nord. C’est un bâtiment dangereux pour son voisinage. Au niveau du chœur, une poutre transversale au-dessus de l’autel est attaquée par les termites et/ou la pourriture au niveau de sa flèche et pourrait se briser.

Vocables Saint-Roch
Destinations église paroissiale
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne
Adresse Commune : Belval-sous-Châtillon
Cadastre : 2014 AI 135

L'église de Belval-sous-Châtillon est celle d'un ancien prieuré dont les titres sont conservés entre le 13e siècle et 1790. Construite probablement au 13e siècle (traces d'arcades plein cintre sur le mur sud), l'église est reprise au moins sur sa façade occidentale au cours du 16e siècle. Il semble qu'un aménagement ait été fait du côté nord du chœur, consistant dans l'organisation d'un accès vers le prieuré, situé en contrebas. Le passage, ainsi que l'ensemble du chœur et l'accès à la sacristie, sont ornés de lambris et d'un retable, dans la seconde moitié du 18e siècle. Devenue église paroissiale au lendemain de la Révolution française, l'église est restaurée entre 1885 et 1889, date de réception des travaux. Endommagé pendant la première guerre mondiale, l'édifice est restauré par les architectes de la Société Industrielle de Construction en 1922. Elle est à nouveau abîmée par les bombardements de 1940. Bien qu'elle fasse l'objet d'entretien régulier, notamment sur sa couverture à la fin du 20e siècle, l'église est en très mauvais état de conservation.

Période(s) Principale : 13e siècle , daté par travaux historiques , (?)
Secondaire : milieu 16e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 4e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1922, daté par source
Auteur(s) Auteur : BEAUMET Lucien Auguste,
Lucien Auguste BEAUMET (1861 - )

Architecte de la reconstruction, Marne, 1920. Il fait partie avec son fils Georges Beaumet (1887-1980) et Henri Menet de la Société Industrielle de Construction, qui obtint la reconstruction de nombreux édifices de la Marne après la première guerre mondiale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : MÉNET H.,
H. MÉNET

Architecte de la reconstruction, Marne, 1920. Il fait partie avec les architectes Lucien Auguste Georges Beaumet (né en 1861) et Georges Beaumet (1887-1980), de la Société Industrielle de Construction, qui obtint la reconstruction de nombreux édifices de la Marne après la première guerre mondiale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Beaumet Georges,
Georges Beaumet (1887 - 1980)

Architecte de la reconstruction, Marne, 1920. Associé à son père Lucien Auguste Beaumet (1861-) et à l'architecte Henri Menet au sein de la Société Industrielle de Construction, qui obtint la reconstruction de nombreux édifices de la Marne après la première guerre mondiale.

Diplômé d’architecture le 22 février 1912, il est nommé architecte au Service des Beaux-Arts au Maroc où il réside à Rabat à partir de 1915 ; il est successivement architecte du protectorat marocain, architecte des bâtiments civils et palais nationaux, architecte des communes d’Aÿ, Avenay, Saint-Brice-Courcelles, Berru et Tours-sur-Marne (Marne) ; il est expert près les tribunaux civils et la justice de paix de Reims et expert près le tribunal civil d’Épernay. Membre de la S.A.D.G. de 1912 à 1980, il est membre honoraire en 1968 et figure encore dans l’annuaire de 1973 (source : INHA, AGORHA).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source, attribution par travaux historiques

L’église est à nef unique, au chevet droit, tous deux revêtus d’un plafond plat en bois. Un soubassement rattrape la déclivité du terrain sur le côté nord. Les colonnes et chapiteaux avec arcades maçonnées visibles particulièrement sur le mur sud laissent supposer qu'il y avait de ce côté une extension (bas-côté, cloître ?), aujourd'hui disparu.

Murs calcaire moellon
Toit tuile mécanique, ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements plafond
Élévations extérieures élévation ordonnancée sans travées
Couvertures toit à longs pans
États conservations mauvais état, menacé, fissures
Techniques sculpture
Représentations blason cuir peuplé ordre ionique, pilastre
Précision représentations

Sur la dernière pierre de chaque jambage de l’encadrement du portail axial de la façade occidentale demeurent des traces d’une sculpture presque disparue. Les colonnes engagées du portail sont surmontées de chapiteaux à motifs ioniques. En partie sud et à mi-hauteur de cette façade est incluse une niche qui devait accueillir une statue. Cette niche est composée d’un socle orné d’un petit cartouche à cuir découpé, gravé d’un texte illisible, et est encadrée de deux colonnettes engagées très fines et surmontée d’un fronton semi circulaire à deux niveaux, sculpté, et gravé en sous-face d’un motif de coquille.

La baie axiale de cette façade est composée de remplages gothiques : deux lancettes de part et d’autre d'un motif composé de deux mouchettes et d'un soufflet.

A l’angle de la façade et de l'élévation sud, à mi hauteur, se trouve aussi un cartouche à cuir découpé, en pierre, gravé de formes pratiquement effacées et d’un texte lui-aussi illisible. Un visage est gravé sur une pierre, à mi-hauteur de la face nord, dans sa partie ouest ; il s'agit probablement d'un réemploi.

Le clocher est surmonté d'une croix métallique et d’un coq. Une console de pierre, située au dessus du portail latéral sud, est à motif géométrique.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler, à étudier

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série O : 2 O 462. Restauration (1887) ; travaux (1922). (1804-1932).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 462
  • AD Marne. Série R : 10 R 2902. Dommages de guerre. Belval-sous-Chatillon. Eglise. (1920).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 10 R 2902
  • AD Marne. Série T : 4 T 22. Beaux-arts : Monuments historiques, objets d'art, fouilles (1908-1911).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 4 T 22
  • Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série V : V 166. Liste des biens cultuels. (1908).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : V 166
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série V : 47 V 1. Répertoire numérique série V, cultes 1800-1940 ; Inventaire des mobiliers des fabriques. (1800-1940).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 47 V 1
  • AD Marne. Série V : 49 V 2. Répertoire numérique série V, cultes 1800-1940 ; Inventaires de 1906. (1800-1940).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 49 V 2
  • AD Marne. Série W : 1338 W 14. Antiquités et objets d'art : dossiers communaux : Ant-Bet. (1919-1982).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 1338 W 14
  • MAP. 0081/051/0012. Correspondance : demande de travaux, financement. (1982-1982).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0081/051/0012
Documents figurés
  • Église de Belval : plan et élévation sud / dressés par les architectes soussignés, après relevés sur place : Beaumet et Menet. 1:100. 15 avril 1920. 1 plan : papier (AD de la Marne, 10 R 2902).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 2902
  • Extrait agrandi du cadastre de 1835. Détail de la section D3 avec église ; section C, 2e feuille. / M. Mortas, géomètre du cadastre. Terminé le 7 décembre 1832. 1 plan : aquarellé (AD de la Marne. 3 P 749).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 3 P 749
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.