Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Sébastien de Berméricourt

Dossier IA51001206 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Pas moins de trois édifices se sont succédés depuis le 13e siècle sur le site.

De Notre-Dame à Saint-Sébastien

La première église construite au 13e siècle sous le vocable de Notre-Dame passe au 17e siècle sous la protection de saint Sébastien (Travaux de l’Académie de Reims, vol. 122, 1907, p. 128). Pour on ne sait quelle raison, l'archevêque de Reims, Charles-Maurice Le Tellier, interdit le service entre 1674 et 1707. À cette date, ne subsistent de l'édifice médiéval que le chœur, le transept et la tour ; cependant les paroissiens obtiennent l’autorisation de rétablir le service du culte. Cette première église se maintient jusqu’en 1863, date à laquelle elle est définitivement détruite pour être remplacée par une église moderne.

La reconstruction de la fin du 19e siècle

La deuxième église est construite suivant les plans d’Alphonse Gosset, architecte de Reims, sur le même terrain et avec la même orientation que la précédente : les murs sont d'ailleurs en partie élevés sur les fondations de l’ancienne. Des pierres sculptées de l’église médiévale ont été utilisées par Alphonse Gosset pour décorer l’intérieur, tels les quatre chapiteaux romans provenant du chœur et insérés sous la tribune d’entrée (Travaux de l’Académie de Reims, vol. 122, 1907). L’église de 1863 est à nef unique ; le chœur se termine par une abside à cinq pans ; le clocher-porche, sur la façade occidentale, est surmonté d’une flèche en ardoise. L’intérieur est voûté en berceau, éclairé par des fenêtres en plein cintre ; une tribune couronne l’entrée de la nef. La façade occidentale est devancée d’un porche protégeant les fonts baptismaux.

Au 20e siècle : l'église de la reconstruction

Sévèrement endommagée pendant la première guerre mondiale, l'église est reconstruite à partir de 1925. Les travaux sont confiés aux architectes Rouillard et Rafine et à l’entrepreneur F. Bodier, de Reims ; le projet est approuvé par la Société Coopérative de Reconstruction d’Églises de l’Arrondissement de Reims ; il est ajusté à l’indemnité de dommages de guerre dévolue à cette reconstruction (AC Berméricourt). Comme précédemment, le nouvel édifice s'élève « sur partie des fondations existantes », avec des matériaux neufs mais une réutilisation des pierres et moellons de l’ancienne église pour les fondations. Les travaux sont terminés en 1926.

Une campagne de restauration est menée en 1995, au cours de laquelle l'intérieur de l'église est entièrement nettoyé ; les soubassements et la sacristie sont repeints ; les autels sont également nettoyés et repeints ; les baies, fermées par un vitrage ordinaire en 1926, sont habillées de vitraux successivement en 1965 et 1996.

Vocables Saint-Symphorien
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Bourgogne
Adresse Commune : Berméricourt
Adresse : place de la République
Cadastre : 2014 AB 01 16

Trois édifices se sont succédés sur le site depuis le 13e siècle : une première église dédiée à Notre-Dame, puis à Saint-Sébastien au 17e siècle ; elle est détruite en 1863 pour laisser place à la deuxième église. L'architecte Alphonse Gosset conserve le même emplacement et la même orientation et utilise les fondations pour construire un nouvel édifice. Après la guerre de 1914-1918, l’église très sévèrement endommagée est démolie. La construction de l'édifice actuel dure de 1925 à 1926. Les derniers gros travaux remontent à 1995.

Période(s) Principale : 13e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1863, daté par source
1925, daté par source
Auteur(s) Auteur : Gosset Alphonse
Alphonse Gosset (9 mai 1835 - 11 novembre 1914)

Né dans une famille d'architectes, il est formé par son père Pierre-Louis Gosset (1802-1875), qui fut aussi adjoint au Maire de Reims, et Charles-Auguste Questel. Il intègre l'Ecole Nationale des Beaux-Arts à Paris de 1856-1861, où il obtient la Médaille de Construction et de Rendu. Marié à Augustine Francart, ils eurent une fille qui épousa l'architecte Max Sainsaulieu qui reprit le cabinet d'architecte de son beau père et un fils son fils, qui lui-même architecte avec qui il collabora de 1906 à 1914.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Rouillard
Rouillard

Architecte à la Reconstruction pour l'agence d'architecte Rouillard et Rafine. Il œuvre aux églises de Berméricourt et de Loivre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Rafine,
Rafine

Architecte à la Reconstruction pour l'agence d'architecte Rouillard et Rafine. Il œuvre aux églises de Berméricourt et de Loivre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'église est construite en croix-latine. À trois travées, la nef unique s'interrompt sur le transept saillant ; nef et transept sont voûtés en berceau. Les voûtes de la croisée du transept retombent sur des piliers à chapiteaux géométriques modernes.

Les murs sont en pierre de taille de petit appareil. Érigé sur le bras sud du transept, le clocher hexagonal est accessible par un escalier depuis la sacristie. Il est éclairé sur les quatre faces cardinales par de larges baies en plein-cintre munies d’abat-sons.

Sur la façade occidentale, le porche est couvert d'une charpente apparente en appentis revêtue d'ardoise. Une arcade géminée flanque le portail central en plein-cintre auquel on accède par trois marches ; l'appentis accuse un décroché au-dessus du portail ; l'accès est également pratiqué sur les côtés par une arcade en plein-cintre. Le pignon, sommé d'une croix nimbée en pierre, est timbré d'une niche protégeant une statue en métal de saint Sébastien. Sur le chevet plat est creusée en partie inférieure une niche axiale abritant une statue en métal de la Vierge à l'Enfant ; au-dessus, la paroi est éclairée par deux baies en plein cintre séparées par une baie axiale cruciforme et décalée vers le haut.

Murs calcaire petit appareil
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 19. Fonds de l'Archevêché de Reims. Visites pastorales. Pouillé rédigé par Mgr Pechenard lors des visites pastorales de Mgr Langénieux (1877-1897).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 19
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • AD Marne. Série O : 2 O 480. Projet de reconstruction (1877) ; même projet (1923) ; reconstruction du mobilier (1931). (1865-1931).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 480
  • AC Berméricourt. sans cote. Berméricourt : dossier de la reconstruction. (1925-1930).

    AC Berméricourt : sans cote.
Documents figurés
  • Berméricourt, église : ensemble de 3 plans / Auteur inconnu. [s.d.]. 1 : 50. 3 plans : en noir. (Service territorial de l'architecture et du patrimoine. Dossiers de plans. Sans cote).

    Service territorial de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
Périodiques
  • JADART, Henri. Berméricourt. Travaux de l'Académie de Reims. vol. 122, 1907.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.