Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Simon-et-Saint-Jude de Sermiers

Dossier IA51001312 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

L’église de Sermiers, bien que débutée au 11e s., ne fut terminée qu’au 13e s. Jusqu’à la fin du 17e s. il nous reste assez peu d’informations archivistiques. Autour de l’année 1698 nous avons la mention de réparations dans la nef.

Venant conforter les relevés lacunaires des archives du 18e s., Henri Jadart écrit dans son ouvrage sur cet édifice en 1902 que le collatéral sud subi des transformations (notamment avec la percée d’une porte et d’une fenêtre carrée), en 1739. La plus grande des trois coches est mentionnée comme endommagée. Les supports de la voûte ont été ménagés avec soin, nous dit Jadart concernant les réfections de 1756. L’auteur précité conjecture quant à savoir si la chapelle sud-ouest est contemporaine de cette époque. La flèche de l’église est dite fortement détériorée depuis le 19e s. avant les guerres mondiales du début du 20e siècle. Des mentions de travaux remontent autour des années 1820 et notamment concernant les couvertures et l’horloge ainsi que les voûtes intérieures et les enduits en plâtre en raison d’infiltrations d’eau. L’abside semble avoir reçu une décoration, le maître-autel en pierre présente des ornements datés autour de l’année 1828.

Des travaux sont mentionnés en serrurerie, plomberie, charpente et peinture en 1837, confié à l’architecte Emile Cacet. L’orgue, œuvre d’un certain Favre-Danne, connait une « vérification » en 1864 par Louis Duval.

Autour de 1864, une tribune composée d’une balustrade à fuseaux au-dessus du portail ouest est fixée.

Un proche champenois précédait la nef avant la fin du 18e siècle, dessinée par l'abbé Chevallier.

Les archives semblent indiquer que l’église ait subi un incendie par la foudre le 16 avril 1901. Les photographies de Henri Jadart témoignent des dégâts : voûtes effondrées dans la nef. Le conseil municipal de Sermiers mène alors entre 1902 et 1904 des travaux de restauration dans l’église qu’il finance avec le secours de la caisse départementale ainsi que l’abbé Jacquenot, qui, seul, nous informent les archives, a dû financer la restauration de l’intérieur de l’église, sans subvention. Les travaux de la municipalité sont confiés à Mr. Abel Robert, architecte, successeur de Mr Charles Boesch (décédé entre temps) qui avait débuté les restaurations.

En avril 1904 est décidé de changer les cloches de l’église, optant pour des cloches plus volumineuses. Le nom des messieurs Paintandre apparaît dans les archives au côté d’une entreprise familiale de fonte de cloche.

Des dommages de guerre sont constatés sur l’église. Quelques années plus tard, L’architecte Abel Robert dresse en 1926, le détail des travaux effectués. Ces derniers sont réalisés par les entrepreneurs Delanette et Lasselle concernant des interventions en maçonnerie, plâtrerie, badigeonnage, peinture, menuiserie, couverture, zinguerie et vitrerie mais aussi la réparation et le nettoyage de l’orgue.

Vocables Saint-Simon, Saint-Jude
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Fismes-Montagne de Reims
Adresse Commune : Sermiers
Adresse : rue de l'église
Cadastre : 2014 B 350

Les grandes arcades et les fenêtres hautes de la nef font remonter les fondations au 12e siècle : elle aurait été construite par les moines de Saint-Nicaise en 1120. Elle devait se présenter sous la forme d'un plan allongé, avec une nef à 3 vaisseaux sans transept aboutissant à une abside à l'est. Au 13e siècle est ajouté un porche champenois avant la nef, et le voûtement du vaisseau central de la nef. Les bas-côtés, qui présentent des voûtes à 4 ogives et 2 liernes, ont été réalisés entre le 14e et le 15e siècle. Le bras sud du transept est percé d'une baie flamboyante, tandis que le bras nord et le bas-côté sud présentent des ouvertures en arc surbaissé, permettant de dater les transformations du 18e siècle : le linteau de l'accès sud porte la date de 1764. La chapelle située au sud-ouest serait une construction du milieu du 18e siècle. Les décors des chapelles auraient été réalisés en 1828. Le clocher, dont les bases sont anciennes, et reconstruit en 1837 : le dessin de l'abbé Chevallier indique que la date était portée sur la toiture. Autour de 1864, une tribune composée d’une balustrade à fuseaux au-dessus du portail ouest est fixée. Le porche est démoli avant la fin du 19e siècle : peut-être au moment de la suppression de l'ancien cimetière en 1860.

Détruit par un incendie provoqué par la foudre en 1901, le clocher est reconstruit. Les travaux de la municipalité sont confiés à Mr. Abel Robert entre 1902 et 1904.

Ayant subi peu de dégâts après la guerre, des travaux de restaurations sont entrepris en 1926 par l'architecte Abel Robert.

Période(s) Principale : 12e siècle, 13e siècle
Secondaire : 14e siècle, 15e siècle
Principale : milieu 18e siècle , porte la date
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1764, porte la date
1902, daté par source
1926, daté par source
Auteur(s) Auteur : Robert Abel, architecte, attribution par source

L'église se développe selon un plan allongé, comprenant un nef à 3 vaisseaux, un transept non saillant surmonté de la tour du clocher de plan rectangulaire, et se termine à l'est par une abside polygonale en guise de chevet. Une chapelle est accolée au bas-côté sud de la nef, la sacristie s'élève dans l'angle nord-ouest de l'édifice. La tour de clocher, présentant 3 niveaux d'élévation, s'achève par un toit à l'impérial, surmonté d'une lanterneau. Les toitures sont en ardoises. L'ensemble de l'édifice est couvert de voûtes d'ogives, sauf l'abside, couverte d'un cul-de-four. Les voûtains de la croisée sont bombés.

La construction est en pierre de taille, dissimulée sous un enduit sauf pour les contreforts, l'abside et le mur nord du transept.

Murs calcaire grand appareil enduit partiel
calcaire moellon enduit
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives

cul-de-four
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
toit polygonal
toit en double bâtière pignon couvert
toit en double bâtière croupe
appentis
toit à l'impériale
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
États conservations mauvais état, humidité
Techniques sculpture
peinture
Précision représentations

Décor extérieur

Le portail occidental est surmonté de voussures en arc brisé, l'archivolte est sculpté d'une frise de feuilles formant des S. Les chapiteaux sont composés de feuilles à crochets. Face nord et sud, le mur de la nef est surmonté d’une corniche à modillons. Face sud, le transept est percé d’une fenêtre à remplage flamboyant. Au niveau de la nef, sur le linteau de la porte, est gravé l’inscription « HAEC PORTA DOMINI REAEDIE CATA » ; au-dessus, celui de la fenêtre porte la date « 1764 ».

Décor intérieur

Les chapiteaux de la nef sont sculptés de feuilles se terminant en boule ou en crochet. Les murs peints dans le bras sud du transept, représente des motifs géométriques, des drapés, des fleurs de lys accompagnées du monogramme « MA ».

Précision dimensions

Dimensions non prises.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : G 254. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de la Montagne. (1512-1789).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 254
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série G : G 255. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de la Montagne. (1512-1789).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 255
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • AD Marne. Série R : 10 R 3209. Dommages de guerre : Sermiers – devis, plans de l’église (1920-1922).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 3209
  • AD Marne. Série O : 2 O 4132. Sermiers, église : restauration partielle (1902) ; restauration (1922), plan de l’église (1921) (1902-1922).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 4132
  • Archives communales de Sermiers. 1 W 180. Dossier de travaux de l'église (1961-2008).

    AC Sermiers : 1 W 180
  • Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims. Carton tourisme n°36d. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1922-2011).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : Carton tourisme n°36d
Documents figurés
  • Plan, vue latérale et coupe [de l'église de Sermiers] / Rohault de Fleury del. Janvier 1898. dess sur papier (BM Reims. CXXV-3922).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : CXXV-3922
  • Façade et détails du porche démoli [de l'église de Sermiers] / Rohault de Fleury del. Janvier 1898. 1 dess. sur papier : en n. (BM Reims. CXXV-3923).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : CXXV-3923
  • Sermiers, église : inscriptions, vue générale, porche, chapiteaux, porte, fonts baptismaux, plan / Abbé Alfred Chevallier. [s. d.]. 9 dess. : en n. Phot. inv. Jacques Philippot (reproduction). 8 photogr. pos. : n. et b. (BM Reims. RES CHG 13 ; SRI. Classeur vert).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : RES CHG 13
  • [Vues diverses de l'église] / [s. n.]. [s. d.]. 7 photogr. pos. n et b. (A Musée Hôtel Le Vergeur. Localités hors Reims, carton SaSe).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : Localités hors Reims, carton SaSe
Bibliographie
  • JADART, Henri. L'église de Sermiers. Sa valeur archéologique, son incendie partiel, sa restauration. Arcis-sur-Aube : Léon Frémont, 1902.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Koll Marlène
Marlène Koll

Chercheur indépendant, membre du groupement Art 2 Conseil, composé de Elisabeth Dandel, Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, et Michèle Robin-Clerc, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est membre du groupement Art 2 Conseil composé de Elisabeth Dandel, Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, et Florence Bruny, pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.