Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Sulpice de Saint-Souplet-sur-Py

Dossier IA51001265 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

  • Ensemble de 3 autels (disparus)
  • Fonts baptismaux
  • Tableau : Apparation du Christ (disparu)
  • Calice et patène n°1
  • Cloches
  • Présentation des objets mobiliers de l'église paroissiale Saint-Sulpice de Saint-Souplet-sur-Py
  • Verrières à personnage (baies 1 à 8), verrières décoratives (baies 100 à 116)
  • Chaire à prêcher (disparue)
  • Ornement blanc
  • Ornement violet
  • Calice et patène n°2
  • Tableau : Annonciation (disparu)
  • Ostensoir
  • Maître-autel et autel latéral
  • Ensemble de deux statues (ronde-bosse)
  • Bannière de procession

Présentation historique

La construction de l’église Saint-Sulpice de Saint-Souplet-sur-Py remonte à la fin du 12e siècle. L’église est connue au Moyen-Âge sous le vocable de Sainte-Marie-Madeleine, mais selon le pouillé de 1312 le patron du lieu était Saint Sulpice depuis les origines de la paroisse. Le premier décimateur de l’église était le chapitre de Reims.

Une porte bouchée sur le pignon nord témoignait encore à la fin du 19e siècle d’une particularité de l’église. L’église était reliée au château par une galerie sur piliers accessible depuis le comble couvrant l’ancienne chapelle Sainte-Catherine (Travaux académiques, p. 324). En 1676, les paroissiens donnent 100 livres tournois au chapitre de Reims pour des travaux à faire sur la tour. En 1677 a lieu l’adjudication des réparations de la couverture et du chœur remportée par Nicolas Robert, Hiérosme Lebrun et Raulin Chappeau, maîtres maçons à Rethel (Travaux académiques, p. 327). Des réparations sont alors menées dans l’abside et le transept, sur la couverture et sur la tour. Une sacristie est adossée au bas-côté sud à la fin du 18e siècle (Travaux académiques, p. 324).

Jusqu’en 1825, l’église est située sur un tertre élevé entouré par un cimetière. La façade occidentale est reconstruite vers 1840 selon un nouveau dessin présentant trois portails surmontés d’un oculus ouvert sur le pignon (Travaux académiques, p. 322). En 1867, la tour clocher sise à la croisée du transept s’écroule. Elle est remplacée en 1893 par un nouveau clocher aménagé au-dessus du portail et réalisé par l’architecte E. Leclère (Travaux académiques, p. 326). La façade occidentale est alors agrandie de 1,60 m afin de procéder à l’érection de la nouvelle tour en pierre de trois niveaux, percée de baies en arcs brisés et surmontée d’une flèche culminant à 30m. Des travaux de restauration, de consolidation et d’embellissement sont également réalisés dans l’abside et le transept. La bénédiction de la nouvelle tour a lieu le 18 juin 1894 (Travaux académiques, p. 323).

Durant la première guerre mondiale, l’église est endommagée dans sa quasi-totalité. Les ruines sont classées au titre des monuments historiques en 1920. Par décision du 20 décembre 1924, l’église est reconstruite à l’identique, hormis la tour clocher qui est rétablie au-dessus de la croisée du transept (MAP. 0081/51/0188/262). Ce chantier de reconstruction totale se déroule de 1926 à 1930, sous la direction des architectes Bernard Haubold et Edmond Herbé (AD Marne. 2 O 4036).

Analyse architecturale

L’église paroissiale Saint-Sulpice de Saint-Souplet appartient au corpus des églises réalisées dans le premier style gothique autour de 1300 dans la région rémoise. Détruite durant la première guerre mondiale, l’église est abandonnée à l’état de ruines. Son classement monument historique en 1920 permet à l'administration de programmer des travaux de restauration. De 1926 à 1930, le chantier de reconstruction de l’église est mené avec la volonté de procéder à une restitution à l’identique et à un rétablissement de certains aménagements d’origine gothique. Ce chantier de reconstruction a permis de conserver cette église paroissiale présentant un important intérêt patrimonial.

Vocables Saint-Sulpice
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Adresse Commune : Saint-Souplet-sur-Py
Cadastre : 2014 AE 105

La construction de l’église de Saint-Sulpice remonte à la fin du 12e siècle. Des remaniements et des réparations ont été réalisés au fil des siècles. La façade occidentale est reconstruite vers 1840. Écroulée en 1867, la tour de croisée est remplacée en 1893 par un clocher porche, sous la conduite de l'architecte E. Leclère. Détruite dans sa quasi totalité en 1914-1918, l'église est reconstruite à l'identique par décision du 20 décembre 1924 ; le clocher est toutefois rétablit sur la croisée du transept. Le chantier se déroule de 1926 à 1930, sous la direction des architectes Bernard Haubold et Edmond Herbé.

Période(s) Principale : 12e siècle , (détruit)
Secondaire : 3e quart 17e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 4e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1677, daté par travaux historiques
1840, daté par travaux historiques
1893, daté par source
1926, daté par source
Auteur(s) Auteur : Leclère Ernest
Ernest Leclère

Architecte de Reims actif à la fin du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Haubold Bernard
Bernard Haubold (1875 - )

TITRES ET FONCTIONS

Il est nommé sur titre Architecte en chef des Monuments historiques (1907-1941), chargé des Côtes-du-Nord (à l’exception de la Cathédrale de St-Brieuc attribuée en 1908) puis. en 1913, du Finistère tandis que Malençon le supplée pour le département des Côtes-du-Nord durant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il est chargé de la Loire-Atlantique (à l’exception de la Cathédrale de Nantes attribuée en 1920), de l’Yonne (1919-1940), des arrondissements d’Épernay et de Reims à l’exception des édifices religieux et de l’archevêché (1921), du Mont-St-Michel (1929-1933), de la direction des travaux des édifices de la Marne pour les arrondissements de Châlons-sur-Marne et Vitry-le-François (1933), à l’exception de l’église d’Ambrières obtenue en 1936, de la Côte-d’Or (1936), des édifices de la Ville d’Arras (1939) et la Marne (1940).

PRINCIPAUX OUVRAGES

La chapelle de Port-Blanc à Penrosan, l’église de Plestin-les-Grèves, la chapelle St-Gonezy à Plougrescant.

(source : La Compagnie des architectes en chef des monuments historiques)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Herbé Edmond
Edmond Herbé

Architecte, collaborateur de Guéritte.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Cette église en pierre s’organise selon un plan en croix latine, composé d’une nef centrale bordée de bas-côtés se développant sur quatre travées, d’un transept saillant voûté en ogives, et d’un chevet en abside à cinq pans couverte par une voûte d’ogive à 5 quartiers. La nef et les bas-côtés sont couverts par une charpente apparente lambrissée soutenue par des arcs brisés retombant sur des piles.

La tour clocher s’élève au-dessus de la croisée du transept, accessible depuis un escalier hors œuvre donnant accès à la chambre des cloches. De plan carré, le clocher est ouvert par des baies maçonnées jumelées équipées d’abat-son. Il est couvert par un toit en pyramide. L’ensemble des couvertures est réalisé en petites tuiles.

L’appareil mixte est apparent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’élévation principale s’organise autour de la porte centrale encadrée par un arc brisé et surmonté par une baie maçonnée. Les élévations sont rythmées par les baies maçonnées sans remplage et par les contreforts extérieurs renforçant la structure.

Une entrée latérale donne accès à la seconde travée du bas-côté gauche. Une sacristie hors œuvre est installée sur un des côtés du chevet.

Murs calcaire moellon
pierre
Toit tuile plate, tuile mécanique
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
voûte d'ogives
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier en vis
Techniques vitrail
Précision représentations

Les impostes des arcades en plein cintre de la nef sont moulurées. Les chapiteaux des colonnes engagées recevant la retombée des ogives adoptent l’ordre corinthien. Des corbeaux moulurés ceinturent l’ensemble des soubassements des couvertures.

Les baies de la nef, du transept et du chœur reçoivent des vitraux historiés polychromes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1920/01/10
Précisions sur la protection

1920/01/10 classé MH en totalité

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : G 284. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de Betheniville. (1534-1788).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 284
  • AD Marne. Série G : 2 G 1478. Saint-Souplet-sur-Py : réparations de l'église. (1677-1709).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 2 G 1478
  • AD Marne. Série 2 O : 2 O 4036. Saint-Souplet-sur-Py - Église : travaux aux contreforts (1862) ; réparations (1867) ; réparations de l’église et reconstruction de la sacristie (1879) ; reconstruction du clocher et du portail (1891) ; reconstruction de l’église (1926) ; achat de mobilier (1935). (1862-1935).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 4036
  • AD Marne. Série T : 4 T 51. Beaux-arts. Monuments historiques et archéologiques, objets d'art, fouilles. Dossier de Saint-Souplet-sur-Py. (1905-1942).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 4 T 51
  • AD Marne. Série W : 1338 W 26. Antiquités et objets d'art : dossiers communaux : St-Re-Sou. (1919-1982).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 1338 W 26
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0081/51/0188/262. Restauration d'édifice de la Marne, série générale. Dossier de Saint-Souplet-sur-Py. Correspondance : réparation des dommages de guerre ; Travaux, financement ; Projet de vitraux. (1924-1932).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0081/51/0188/262
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. Dossiers des communes avec édifice protégé : éléments administratifs et suivis de travaux anciens. (1956-2015).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. État sanitaire des MH de la Marne. Église Saint-Sulpice de Saint-Souplet-sur-Py : carnet de suivi sanitaire de l'édifice. (2007).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : Sans cote
Documents figurés
  • Plan de l'église Saint-Sulpice / Bernard Haubold. 1924. 1 : 500. calque : encre, tirage (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. 0082/51/2015).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/51/2015
  • Vues extérieures et intérieures des ruines de l'église Saint-Sulpice / P. Queste. Avant 1919. 2 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. MH0022397-MH0022398).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0022397 ; MH0022398
  • Vues extérieures et intérieures / Léon Doucet. 1922. 4 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0062305-MH0062308).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0062305 ; MH0062306 ; MH0062307 ; MH0062308
Bibliographie
  • JADART, Henri. Inventaire sommaire des églises rurales de l'arrondissement de Reims au point de vue de l'art et de l'histoire. Paris : Typographie Plon-Nourrit et Cie. 1906. 28 p.

  • Saint-Souplet. Travaux de l’académie nationale de Reims, n°102 - II, 1900.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.