Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Sulpice

Dossier IA08001524 inclus dans Église paroissiale Notre-Dame réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Vocables Saint-Sulpice
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Signy-l'Abbaye
Adresse Commune : Rumigny
Cadastre : 1982 AC 1

Le chœur et le transept de l'église Saint-Sulpice ont été reconstruits en 1549 sous l'impulsion du curé Nicolas Rimbourg avec le concours des paroissiens. Les clés de voûte du bras sud du transept portent les armoiries de Louis Martin de Fontenelle, maître de forges à Signy-le-Petit et bâtisseur du château du lieu, la Cour des Prés, ainsi que celles de la famille Remiotte. Les armoiries de la niche-crédence sont également celles de Fontenelle, ce bras de transept devait donc servir de chapelle seigneuriale. La nef a été reconstruite en 1687 tandis que la sacristie nord porte la date de 1686 (celle au sud semble être plus ancienne mais a tout de même été ajoutée après-coup). La croisée du transept supportait le clocher (dont il subsiste le beffroi dans les combles) mais il a été reporté sur la nef lors de la construction de celle-ci. L'édifice a été alors transformé en hôpital pendant la Première Guerre mondiale ; une cloche, datée de 1744, a été fondue par l'occupant et les vitraux ont été soufflés par une explosion lors du recul allemand de 1918. Le bourg de Rumigny existait déjà au VIIIe siècle époque à laquelle saint Rigobert, évêque de Reims, en aurait consacré l'église sous le vocable de Saint-Sulpice. Un prieuré dédié à Saint-Pierre existait également au centre du bourg et fut détruit à la Révolution.

Période(s) Principale : 2e quart 16e siècle
Principale : 3e quart 17e siècle
Secondaire : 3e quart 17e siècle
Dates 1549, porte la date, daté par travaux historiques
1686, porte la date

L'église Saint-Sulpice est implantée au coeur du cimetière, sur une petite éminence légèrement à l'écart du centre du village, au nord. Elle présente un plan en croix latine. La nef à vaisseau unique de quatre travées est précédée par un porche et suivie par un transept saillant ; sa première travée supporte le clocher en charpente. Le choeur présente une travée droite et une abside à trois pans ; la travée droite est encadrée par deux sacristies. Les chaînes d'angles et verticales, larmiers, baies, contreforts, soubassements et corniches de la nef et du porche sont en pierre de taille et le remplissage est en brique. Le choeur est entièrement en pierre de taille calcaire en grand appareil et le transept en pierre de taille de différentes hauteurs d'assise. Les surfaces intérieures sont enduites et décorées de faux-joints simulant la pierre de taille. Le sol est pavé de dalles calcaire et de carreaux de ciment multicolores. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de baies à remplages de dimensions moyennes. L'intérieur est entièrement voûté d'ogives : la voûte de l'abside est à sept quartiers, celle de la travée droite du choeur à six quartiers et celles des bras du transept sont à liernes et tiercerons. Les sacristies comportent un étage de comble (habitable ?). L'escalier en vis hors-oeuvre est implanté à la place du contrefort sud-ouest de la nef et est accessible depuis le dessous de l'escalier d'accès à la tribune d'orgue. Le portail du porche présente des chapiteaux corinthiens supportant un entablement et fronton brisé accueillant une niche. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. Le clocher comporte une chambre des cloches de plan carré surmontée par un clocheton polygonal à flèche polygonale ; la nef, le transept et le choeur sont couverts par un toit à longs pans (le choeur se termine par une croupe polygonale). Les sacristies présentent un toit en appentis et la croisée du transept un vestige de clocher à toit en pavillon.

Murs calcaire
brique
enduit
pierre avec brique en remplissage
pierre de taille
grand appareil
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau, étage de comble
Couvrements voûte d'ogives
Élévations extérieures élévation ordonnancée sans travées
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
toit en pavillon
appentis
croupe polygonale
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
États conservations bon état, inégal suivant les parties
Techniques vitrail
sculpture
peinture
Représentations armoiries tête humaine buste faune ange ornement végétal
Précision représentations

Armoiries de la maison de France peintes en 1898 par R. Lambeaux sur un pilier du mur nord de la nef. Armoiries sculptées de la famille de Fontenelle et Remiotte aux clés de la voûte du bras sud du transept et de Louis-Martin de Fontenelle sur la niche-crédende du bras sud. Les chapiteaux et culots du choeur ainsi que les parties supérieures des contreforts du choeur présentent des bustes, des têtes humaines, des putti et des faunes ; les chapiteaux du choeur sont ornés des mêmes représentations mais au milieu de motifs végétaux.

Choeur et transept de style Renaissance avec intéressante niche-crédence dans ce style dans le bras sud. Portail du porche de style classique à chapiteaux corinthiens.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables niche-crédence
Protections inscrit MH, 1926/07/19
Précisions sur la protection

Eglise : inscription par arrêté du 19 juillet 1926.

Annexes

  • Un devis de réparation de l'église daté de 1830 précisait l'emploi de pierre de Bossus-les-Rumigny (Archives départementales des Ardennes, série AC, M 8).

  • 20130854338NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 8

    20130854339NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 8

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.

    M 8 Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières : AC
Bibliographie
  • COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p.

    p. 127-128
  • HUBERT, Jean. Département des Ardennes : dictionnaire historique et géographique . Paris : Res universis, 1991. 512 p. Fac-similé de l´édition de 1855, Géographie historique du département des Ardennes.

    p. 350-351
  • MARBY, Jean-Pierre. Les édifices cultuels catholiques d´après l´enquête épiscopale de 1919. In [Exposition. Charleville-Mézières, Archives Départementales des Ardennes. 1994]. Les Ardennes durant la Grande Guerre (1914-1918) . Charleville-Mézières : SOPAIC, 1994, p. 275-290.

    p. 276 ; 279-286
  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.

    p. 320
  • BRAUN, Suzanne. Champagne-Ardenne : architecture et sculpture romanes. St-Juste-près-Brioude : Créer, 2009. 207 p.

    p. 197-198
Périodiques
  • ROLAND, C-G. Un historien ardennais inconnu : Dom Jean Migeotte ; ses mémoires sur la baronnie de Rumigny. Revue historique ardennaise, 1897, tome IV.

    p. 129-180
  • MATHIEU, Ch. Epigraphie Campanaire ardennaise, les anciennes cloches de Rumigny. Revue d´Ardenne et d´Argonne, janvier-février 1898, n°3.

  • MANCEAU, Henri. Eglises des confins occidentaux. L´Automobilisme ardennais, n°115, juillet-août 1957.

    p. 9
  • PLAT-TAINTURIER, Claude. Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes ardennaises, 1966, n°47.

    p. 17-18
  • COLLIN, Hubert (dir.). Dictionnaire historique des communes des Ardennes. Vouziers, Neuville-les-This, Balaives-et-Butz, Guignicourt-sur-Vence, Rumigny. Revue historique ardennaise, année 1975, tome X.

    p. 221 ; 223