Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Symphorien de Muizon

Dossier IA51001340 réalisé en 2015

L’église de Muizon à plan allongé comprend : un vestibule fermé, une nef à trois vaisseaux de trois travées, un transept peu saillant à deux niveaux, un chevet à cinq pans accolés à deux annexes et un clocher-mur reposant sur la croisée du transept.

Sur la façade ouest le vestibule ouvre par un portail surmonté d’une grande baie. La façade d’origine, en retrait, est percée par un oculus. Face nord et sud, la nef à deux niveaux est éclairée par trois grandes fenêtres hautes, et trois autres au niveau des bas-côtés.

Côté nord, une ancienne porte est en partie murée et reprise par la baie, au niveau de la deuxième travée du bas-côté. Le transept comprend une croisée surélevée, ouverte sur les combles à l’est, par trois ouvertures rectangulaires dont celle du milieu comprend une cloche. Les bras du transept, sont percés aux extrémités par des fenêtres en plein-cintre. Le clocher-mur qui surmonte le pignon séparatif entre la nef et le transept, devait à l’origine, comporter une tour ; il est percé de deux baies où sont fixées les cloches. Au chevet, l’abside à cinq pans est éclairée par trois fenêtres en plein-cintre. L’accès au clocher se fait de l’extérieur, par une entrée en hauteur située entre le mur sud de l’abside et la sacristie.

Les murs sont en moellon à l’exception du chevet qui est en pierre de taille. Les chaînes d’angles et les ouvertures sont en pierre de taille, sauf pour les ouvertures des bas-côtés qui sont en briques. Les toits sont en tuiles plates, à longs pans sur le porche, la nef et la croisée du transept ; en appentis sur les bas-côtés et les bras du transept ; en croupe polygonale sur le chevet et les annexes. Les pignons sont couverts sauf sur la façade occidentale.

A l’intérieur, dans le vestibule, des contreforts sont visibles sur la façade d’origine. L’ancien portail a été remplacé par une grande arcade ouverte sur la nef. A l’exception des murs en pierre du vestibule, les murs intérieurs sont recouverts de crépis ; les supports et les encadrements sont en pierre. Les plafonds de la nef sont charpentés ; celui du vaisseau central repose sur des culots moulurés. Le vaisseau central s’ouvre sur les bas-côtés par de grandes arcades cintrées qui reposent sur des piliers carrés à impostes taillées. Sur le mur ouest de la nef, une baie en plein-cintre est en partie murée et occupée par l’oculus ; sur le mur est, une grande ouverture rectangulaire, située en hauteur, est condamnée. Le vaisseau central s’ouvre sur la croisée du transept par un arc triomphal brisé ; et les bas-côtés sur les bras du transept par des arcades surbaissées. Dans le bras nord, côté nord, une niche est incrustée dans le mur. Les plafonds en berceau des bras du transept sont plâtrés, tandis que la croisée du transept est en pierre.

Vocables Saint-Symphorien
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Fismes-Montagne de Reims
Adresse Commune : Muizon
Cadastre : 2014 AH 57

La paroisse de Muizon était rattachée sous l'Ancien régime au doyenné d’Hermonville et était de la présentation de l’archevêque. Aucun document n’atteste son ancienneté. L’édifice actuel est le résultat de nombreux remaniements.

La nef est la partie la plus ancienne pouvant être datée du 12e siècle, avec ses piliers carrés maçonnés à imposte moulurée supportant, au nord comme au sud, trois grandes arcades cintrées ; elle devait être alors plafonnée ; il y avait également la base d’un clocher, de plan rectangulaire, dont il subsiste l’élévation jusqu’à la bande de rive du toit actuel et le mur ouest, transformé depuis en clocher mur à deux baies.

La visite pastorale de 1738 mentionne une nef en bon état, tandis qu’en 1759, la couverture, le pavé et les murs intérieurs doivent être réparés et recrépis. Le questionnaire de 1774 indique que les baies de la nef ne sont pas assez grandes et mal vitrées : elles sont agrandies après cette date et il est possible que la baie ouest cintrée ait été transformée en oculus lors de ces travaux. Les bas-côtés et le vaisseau central sont voûtés en 1860, cet aménagement est encore visible en 1922. L’abside et le vestibule ouest sont ajoutés en 1863.

En 1870, les archives signalent la construction d’un clocher. C’est probablement au cours de ces travaux que le massif de l’horloge supportant un carillon a été construit sur le mur est du clocher, aménagement que l’on peut observer sur des clichés de 1922. Au cours de la première guerre mondiale, l’église est touchée par un obus qui occasionne des brèches dans le mur de la chapelle nord, la destruction quasi totale de la toiture et des voûtes des bas-côtés ; toutes les verrières ont disparu. Les restaurations sont conduites sous la direction de l’architecte rémois Constant Ouvière de 1921 à 1923. Le mobilier est renouvelé jusqu’en 1935.

En 1980, d’importants travaux de restauration sont mis en œuvre. Est-ce à cette époque que les voûtes de la nef ont été remplacées par le plafond actuel, et le pignon oriental refait, avec suppression du massif de l’horloge ? Les documents disponibles ne permettent pas de l’affirmer.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 18e siècle , daté par source
Principale : 2e moitié 19e siècle , daté par source
Secondaire : 20e siècle , daté par source
Auteur(s) Auteur : Ouvière Constant,
Constant Ouvière

Architecte, intervient dans la reconstruction de Reims et autres édifices de la Marne dans les années 20. Son adresse : 32 rue des Orphelins, Reims.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L’église est construite selon un plan allongé, composé d’une nef à trois vaisseaux de trois travées. Elle est précédée d’un vestibule. Le transept peu saillant encadre une croisée ouvrant sur un chœur en cul-de-four, flanqué de deux sacristies. La nef est plafonnée, la croisée voûtée d’ogives, les bras nord et sud du transept couverts d’une voûte en berceau. Le clocher est réduit à un mur clocher à deux baies. L’ensemble des couvertures est couvert de tuiles plates. Les murs sont faits d’assises de moellons de calcaire régulières, partiellement enduites.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile plate
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements plafond
voûte d'ogives
voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
pignon couvert
croupe polygonale
appentis
États conservations bon état
Techniques sculpture
mosaïque
Représentations ornement architectural ornement géométrique ornement végétal
Précision représentations

Sur les côtés nord et sud du chevet, deux lavabos identiques à arcade sculptée de trois archivoltes, surmontés d’un arc sculpté, se font face.

La voûte d’ogives de la croisée du transept repose sur des colonnes adossées et baguées, décorées de chapiteaux sculptés de motifs géométriques et végétaux. Le sol de la croisée du transept est recouvert de carreaux de ciment beige et rouge, qui forment des lignes géométriques. Une bande de carreaux de ciment aux formes géométriques et végétales marque aussi l’entrée du chœur.

Le chœur, en cul de four, est décoré d’impostes en pierre taillée. L’arcade en plein-cintre des fenêtres est surmontée d’archivoltes sculptées de motifs géométriques triangulaires.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série O : 2 O 2881. Muizon - Église. Construction d’un clocher (1870) ; réparations à la toiture de l’église (1877) ; refonte d’une cloche (1803) ; achat d’une cloche (1921) ; reconstruction de l’église (1921) ; achat de mobilier d’église (1930) ; réparation d’un harmonium (1935). 1870-1935.

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 2881
  • AD Marne. Série V : 47 V 2. Répertoire numerique serie V, cultes (1800-1940) : Inventaire des mobiliers des fabriques. (1800-1940).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 47 V 2
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. Dossiers d'études et travaux sur édifices non protégés. (1960-1996).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
  • A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°36c. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1969-2012).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : carton tourisme 36c
Documents figurés
  • Département de la Marne. Commune de Muizon. Église. Plan et coupes / Constant Ouvière. 2 août 1921. 1 : 100. 1 plan : papier, bleu (AD Marne. 2 O 2881).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 2881
  • Église St Symphorien. Muizon. Détail de porte / Michel Mauclair. Épernay, 20 janvier 1982. 1 : 20. 1 plan (Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Classeur travaux édifices non MH).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : classeur travaux édifices non MH
  • 208. Muizon. L'Église. / Collection G. Dubois. [s.d.] 1 impr. photoméc. (carte postale) : en noir (BM Carnegie. BMR 59-238).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : BMR 59-238
  • Vues extérieures et intérieures / Léon Doucet. 1922. 3 photogr. nég. : support verre : n. et b. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. MH0062251-MH0062253).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : MH0062251-MH0062253
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Koll Marlène
Marlène Koll

Chercheur indépendant, membre du groupement Art 2 Conseil, composé de Elisabeth Dandel, Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, et Michèle Robin-Clerc, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est membre du groupement Art 2 Conseil composé de Elisabeth Dandel, Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, et Florence Bruny, pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.