Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Théodulphe de Villers-Franqueux

Dossier IA51001237 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Présentation historique

Dès le 12e siècle, il est fait mention d’une chapelle à Villers-Franqueux, selon la bulle papale d’Alexandre III de 1160. Les religieux de Saint-Thierry (décimateurs de l’église) autorisent les habitants à bâtir une église en 1274. Selon le pouillé de 1312, la construction commence au début du 14e siècle (Répertoire archéologique de l’Arrondissement de Reims, 1931, p.237), déjà sous le vocable de Saint-Théodulphe.

De cet édifice, il ne reste aucun vestige, car une nouvelle église est construite au 16e siècle. Les visites pastorales du 18e siècle rapportent quelques renseignements (AD Marne, G256, 1722-1724-1738-1756), dont quelques réparations à la voûte de la chapelle Saint-Loup et au lambris de la nef. En 1760, selon un devis de réparations, des travaux de consolidation sont effectués au pignon de la chapelle Saint-Loup et au mur collatéral de cette même chapelle (AD Marne, G256).

En 1842, un incendie endommage une grande partie de l’église : seuls le chœur et les chapelles latérales sont intacts (AD, 7 J 19 et 2 O 4881). Les ruines sont détruites et commencent en 1844 sous la direction de l’architecte Gosset les travaux de réparation du chœur, du sanctuaire et des chapelles latérales. La seconde partie des travaux se poursuit vers l’ouest, mais pour des raisons financières, la commune ne peut reconstruire la nef à trois vaisseaux ; la nef est alors amputée de ses bas-côtés. Les travaux se terminent en 1852 (AD Marne, 2 O 4881).

Les bombardements de la guerre de 1914-1918 détruisent l’église comme la majeure partie du village. Une nouvelle église est construite en style moderne avec une flèche élevée. L'unique documentation concernant cette reconstruction concerne l'achat du mobilier de culte auprès de l'entrepreneur Maurice Diemert qui en reçoit quittance en 1932. L'édifice est donc reconstruit entre 1920 et 1930 environ. Depuis, aucun document atteste de travaux effectués sur le nouvel édifice.

Analyse architecturale et description

L'église s'élève en bordure de chemin, rapidement environnée d'habitations, d'exploitation agricole (ou artisanale) et d'un parc boisé. Un chemin dans l'axe de l'édifice rejoint à l'ouest la route principale.

L'édifice Art déco est construit selon un plan allongé couvert en carène, marqué dans l'angle sud-ouest par un clocher surmonté d'une haute flèche. Les faces sud et ouest sont percées de longues ouvertures rectangulaires. Le chevet plat à l'est est profond de 2 travées droites, dont les dimensions diminuent progressivement. Il est flanqué, au sud, de la sacristie. La nef est éclairée de 7 baies accolées en arc brisés. L'appareillage est en pierre de taille pour les chaînes d'angle et les encadrements d'ouverture, en moellon équarris en assises régulières pour les murs. L'entrée est marquée par un petit porche en avant-corps, surmonté d'une couverture à croupe. Au-dessus une grande baie en arc brisé est rythmée de meneaux en pierre, retombant sur des consoles. L'appui de la baie suit la forme de la couverture du porche à l'aide de ressauts. Au-dessus de la porte d'entrée, un tympan sculpté représente une hostie tenue de part et d'autre par une colombe.

On pénètre à l'intérieur sous l'étage de tribune. Celui-ci s'ouvre sur la nef par une large baie en anse de panier au rez-de-chaussée et à l'étage par une baie en arc brisé, et un garde-corps maçonné ajouré. Au sud se situe l'accès à la tribune et au clocher, au nord une chapelle.

La nef est un vaisseau unique éclairée par une succession de baies en arcs brisés accolées, au nombre de 7 pour chaque côté. Elles ont servi de cadre à un chemin de croix en vitrail, dont il ne subsiste aujourd'hui que deux baies. Le transept très peu saillant accueille dans chaque bras un renfoncement pouvant recevoir un autel secondaire. L'arc triomphal est fortement marqué par sa grande largeur, permettant ainsi de servir de support à des autels secondaires. Enfin le chœur, profond de 2 travées, au-delà d'une clôture maçonnée, termine l'édifice à l'est.

Tout l'intérieur de l'église est décoré de peintures monumentales et décoratives. Les murs sont peints jusqu'à mi-hauteur de faux panneaux en gris terreux, surmonté d'une frise composée de motifs géométriques, créant une frise en dents de scie en ocre rouge sur fond ocre jaune. Sur cette frise, des médaillon frappé d'une croix encadrent les autels secondaires. Au-dessus de ce registre, le fond d'ocre jaune vient épouser la forme des arcs et des ouverture, délimité un liseré de points rouge. Voûtes et écoinçons sont peints en bleu. Au sommet de l'arc triomphal, une croix pattée enflammée est frappée du monogramme IHS du Christ. Le mur du fond du chevet est décoré d'une fresque représentant le Christ en gloire : assis sur une sphère, le Christ est inscrit dans une mandorle, d'où émergent trois anges de part et d'autre, soufflant dans une trompette. Sur fond bleu identique à la nef, les nuées sont d'un bleu plus clair, le manteau du Christ reprend le gris de la nef, de la peinture dorée rehausse certains détails comme le nimbe crucifère. La composition est très hiératique.

Le sol est en carreaux de ciment coloré : jaune, gris, gris anthracite. Sur l'allée des croix successives mènent jusqu'au chœur.

Vocables Saint-Théodulphe
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Reims - Bourgogne
Adresse Commune : Villers-Franqueux
Adresse : rue de l'église
Cadastre : 2014 C 01 10

Une première église est construite au 14e siècle. Elle est reconstruite au 16e siècle. En 1842, un incendie endommage une grande partie de l’église, seuls le chœur et les chapelles latérales sont intacts. Entre 1844 et 1852 sont entrepris des travaux de restauration par l'architecte Alphonse Gosset.

Les bombardements de la première guerre mondiale détruisent l’église comme la majeure partie du village. Un nouvel édifice est érigé autour de 1920-1930, le mobilier est livré en 1932, les dernières verrières sont posées en 1933.

Période(s) Principale : 14e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 16e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Gosset Alphonse
Alphonse Gosset (9 mai 1835 - 11 novembre 1914)

Né dans une famille d'architectes, il est formé par son père Pierre-Louis Gosset (1802-1875), qui fut aussi adjoint au Maire de Reims, et Charles-Auguste Questel. Il intègre l'Ecole Nationale des Beaux-Arts à Paris de 1856-1861, où il obtient la Médaille de Construction et de Rendu. Marié à Augustine Francart, ils eurent une fille qui épousa l'architecte Max Sainsaulieu qui reprit le cabinet d'architecte de son beau père et un fils son fils, qui lui-même architecte avec qui il collabora de 1906 à 1914.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

L'église est composée d'une nef à un vaisseau et d'un chœur à deux travées, à chevet plat. La hauteur et la largeur des voûtes diminuent progressivement entre la nef, la première et la deuxième travée du chœur. Cette progression est reprise à l'extérieur dans la succession des toitures en carène (ardoise). La sacristie est accolée au sud du chœur et couverte en appentis (zinc). L'escalier en bois dessert le clocher.

Murs calcaire moellon
Toit ardoise, zinc en couverture
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte en berceau brisé, à lunettes
Couvertures toit en carène pignon couvert
appentis
flèche polygonale
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Énergies
États conservations bon état
Techniques peinture
sculpture
Représentations Christ glorieux ange ornement géométrique symbole chrétien
Précision représentations

L'ensemble de l'intérieur de l'église est décoré.

Sur le tympan du portail ouest est sculpté le symbole chrétien de 2 colombes présentant une hostie.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 19. Fonds de l'Archevêché de Reims. Visites pastorales. Pouillé rédigé par Mgr Pechenard lors des visites pastorales de Mgr Langénieux (1877-1897).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 19
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • Archives Départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne. Série J : 7 J 26. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1919).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 26
  • Archives Départemantales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 133. Histoire des villages du diocèse (Verzenay, Taissy, district de Ville-en-Tardenois, Courville). (1788-1933).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 133
  • AD Marne. Série O : 2 O 4881. Reconstruction (1844) ; fourniture de mobilier (1933). (1842-1932).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 4881
  • AC Villers-Franqueux. Sans cote. Dossier de travaux de l'église.

    AC Villers-Franqueux : sans cote
Documents figurés
  • Villers-Franqueux, église. [19..]. 5 photogr. pos. : n. et b. (A Musée Hôtel Le Vergeur. Localités hors Reims Carton V).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : Localités hors Reims carton V
  • Porche, ruines visibles par l'ouverture de la porte / Paul Castelnau, 1917. Positif couleur transparent ; support verre (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. CA 000002)

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : CA 000002
  • Villers-Franqueux, église : ensemble de 2 photographies / Phot. Inv. J. Philippot. [s.d.]. 2 photogr. pos. : n. et b. (Service régional de l'inventaire. Classeur vert).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : Classeur vert
  • Collection de cartes postales de l'église de Villers-Franqueux / Impr. photoméca. : n. et b. (AP Eric Milet-Govin).

    AP Eric Millet-Govin : sans cote
  • Collection de cartes postales, communes de la Marne / Impr. photoméca. : n. et b. (BM Reims. BMR 71. Boites : CX-CXI-CXII. Ref. Documents BMR 71001 à 71437).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : BMR 71001-71437
Périodiques
  • SUGNEY, Laurence. L’église de Villers-Franqueux. Champagne Généalogie, n° 117. Châlons-en-Champagne : Centre généalogique et Héraldique de la Marne. décembre 2007. p. 327.

    page 327
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil départemental de la Marne (c) Conseil départemental de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.