Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Sainte-Macre de Fismes

Dossier IA51001294 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Synthèse historique

La martyre sainte Macre, mise à mort au 3e siècle, fut honorée dès ce moment en l'ancienne église Saint-Martin, située "au bas de la ville" (abbé Valentin, 1866). Cette église est pillée par les invasions successives des Vandales, des Austrasiens au cours des 5e et 6e siècles ; les reliques de sainte Macre sont alors transférées dans un oratoire qui s'élevait à côté du château, à l'emplacement actuel de l'église. Sous l'impulsion d'un certain Dangulphe (abbé Valentin, 1866), l'oratoire est agrandi pour recevoir le 2e concile provincial en 935 tenu par Artaud, archevêque de Reims. Une dévotion et des pèlerinages de plus en plus importants entraînent la construction d'une église plus grande au 11e siècle. De cette époque subsistent les quatre piliers de la croisée, et la dernière travée de la nef, décorés de chapiteaux dont les motifs remontent à l'époque carolingienne. Le chevet plat percé à l'est de 5 ouvertures est également un témoin de cette époque.

La nef et les bras du transept sont voutés d'ogives au 13e siècle. Mais l'église doit se relever de trois incendies successifs, en 1220, en 1385 et pendant les guerres de religion en 1568 (Enault, 1992).

Étape des rois avant le sacre à Reims, l'église accueille Henri IV en 1615. A cette occasion est construite la sacristie du côté sud-est, à l'emplacement d'une chapelle.

C'est au cours du 18e siècle que le clocher de la tour, jusqu'alors terminée par un toit en bâtière, est repris pour la création d'une toiture à l'impériale avec lanterneau. Au-devant de la façade occidentale est construit un porche, couvert d'une toiture à deux pans (Cf. Eglise Sainte-Macre / Varin, P. Adolphe del., datée 1863. BMR Carnégie. XVI-2577).

Sous l'influence du curé doyen Hannesse, le porche est reconstruit en 1868, en style néo-flamboyant, couvert d'une terrasse (AD Marne Reims. 2 O 1954). Une deuxième sacristie est ajoutée au nord, pendant de la sacristie (Archives du diocèse, AD Marne Reims. 19.2.6.9). Elle abrite la chaufferie.

Les premières destructions de la guerre commencent le 20 juin 1915 en pleine communion, entrainant la destruction d'une partie des vitraux, totalement détruits après les bombardements du mois suivant. Entre juillet et août, les attaques aériennes des alliés et des ennemis réduisent en ruines une bonne partie de la ville et l'église n'est plus qu'à l'état de décombres, notamment le sanctuaire. En 1920 André Ventre décrit ainsi les dégâts : "les voûtes de la nef se sont effondrées, les voûtes du chœur et le pignon de l'abside reconstruits à l'époque moderne sont disloqués et doivent être repris en partie supérieure. Le clocher, en bascule, menace de s'effondrer" (MAP 81/51/0067/126/1). Les travaux de restauration sont entrepris par Bernard Haubold pendant l'entre-deux guerre. Le porche du 19e siècle n'est pas reconstruit, mais la construction d'une tribune d'orgue en béton armé est autorisée en 1933.

Mais l'église est à peine relevée de ses cendres que les bombardements du 16 mai 1940 la réduisent encore à l'état de décombres. Une première campagne de travaux, sous la direction de Bernard Haubold, commencent en 1939 ; Paul Pillet prend la relève en 1949 et 1955 : parmi ces travaux figure notamment la reconstruction du clocher, écimé par les obus. Ce n'est qu'en 1970 qu'est inaugurée l'église enfin restaurée, sous la direction de Paul Pillet.

Description de l’extérieur

Les murs de l'église sont en moellons apparents. Les toits sont recouverts de tuiles plates et le clocher d’ardoises. Les baies reçoivent un chaînage en pierre de taille apparent.

La partie centrale de la façade occidentale, sur un niveau, à toiture en bâtière, est pourvue au premier registre d'un portail axial plein-cintre avec archivolte à ressaut et voussures reposant sur des chapiteaux et trois colonnettes de chaque côté, dont le tympan est maçonné. À son deuxième registre, on trouve une baie axiale plein-cintre à voussures à ressaut et dans le pignon une baie en rosace quadrilobée. Dans sa partie nord, à toiture à long pan, on remarque une baie à arc brisé à remplages et en partie sud un portail surmonté d’un arc surbaissé et d’une arcature en anse de panier, puis d’un oculus à remplages. On trouve un contrefort à chaque extrémité de la partie centrale et aux deux extrémités de la façade occidentale.

L’élévation nord, sur un niveau, en toiture de tuiles plates, est constituée de quatre corps de bâtiments couverts en bâtière, percés chacun d’une baie à arc brisé axiale à remplages, surmontée d’un oculus semi-circulaire ; chaque corps de bâtiment est encadré d’un contrefort. Sur chacun de ces contreforts on trouve une gargouille qui semble tronquée de son extrémité. Sur l’élévation nord de la nef en partie arrière, on trouve quatre baies plein-cintre.

Le bras nord du transept, sur un niveau, n’est pas saillant. Il est couvert en tuiles plates, en bâtière, et est encadré par deux contreforts à ses angles nord-est et nord-ouest. Il possède, sur sa face nord, une baie axiale à arc brisé à remplages. Sur sa façade est, se trouve une fenêtre plein-cintre. La chapelle nord, dans le prolongement de sa face est, est couverte en tuiles en appentis et possède aussi une fenêtre plein-cintre. Le débarras et un bâtiment bas à toit plat ayant en ses faces nord et est deux fenêtres plein-cintre. Il porte une gargouille à son extrémité nord-est.

Le chevet, sur un niveau, est plat. Il est couvert en tuiles plates, en bâtière, et est encadré par deux contreforts à ses angles nord-est et sud-est. Il possède, sur sa face nord, deux baies plein-cintre avec un contrefort central. En façade est, au premier registre, on trouve trois baies plein-cintre, ainsi qu’au deuxième registre trois baies, plein-cintre elles-aussi, surmontées d’une petite baie rectangulaire. Il est flanqué, au nord, d’un débarras et au sud de la sacristie.

La sacristie est un bâtiment à un niveau recouvert d’une toiture à trois pans en tuiles plates. Elle est percée en façade est de deux baies à arc brisé et en façade sud d’une seule baie, à arc brisé elle-aussi. Ces baies sont protégées par des grilles en fer forgé. Sa façade est porte un contrefort à son extrémité sud et un en son centre.

Le bras sud du transept, sur un niveau, n’est pas saillant. Il est couvert en tuiles plates, en bâtière et on trouve sur sa face sud une baie axiale à arc brisé à remplages.

L’élévation sud, sur un niveau, en toiture de tuiles plates, est constituée de quatre corps de bâtiments couverts en bâtière, percés chacun d’une baie à arc brisé axiale à remplages surmontée d’un oculus semi-circulaire, et encadré chacun d’un contrefort de chaque côté. Sur chacun de ces contreforts on trouve une gargouille moulurée. Sur l’élévation sud de la nef en partie arrière, on trouve quatre baies plein-cintre.

Le clocher se trouve au-dessus de la croisée du transept. Sur deux niveaux, il a un léger redent à chaque niveau. Ses façades nord et est, au niveau 1, reçoivent une baie plein-cintre composée de deux baies jumelées plein-cintre à colonnette centrale et recevant des abat-son. Ses façades ouest et sud sont percées au centre de cette même baie axiale, encadrée cependant de chaque côté d’une baie plein-cintre et munie d’abat-son. Il reçoit un toit à impériale surmonté d’un campanile recouvert d’un bulbe. Le campanile est de forme hexagonale et est percé de six baies en anse de panier, il est lui-même surmonté d’un campanile plus petit qui est sa réplique exacte.

Description de l’intérieur

L’église est en croix latine, à trois vaisseaux, au transept non saillant. Elle se compose d’une nef centrale et de deux bas-côtés, sur un niveau. Les sols sont revêtus de dalles de calcaire.

La nef comprend quatre travées avec des arcades à arc brisé et à voussures, donnant sur les bas-côtés, qui reposent sur des piliers rectangulaires. Chaque travée est recouverte de croisée d’ogives. Les clefs de voûtes sont rondes et la quatrième est plus importante. Ces croisées reposent sur des colonnes rectangulaires à chapiteaux et à base moulurés pour les 3 premières travées et la dernière repose sur des culots. En partie ouest on trouve une tribune en maçonnerie avec un escalier d’accès.

Le bas-côté nord est couvert de quatre croisées d’ogives reposant sur des colonnes à base moulurée sans chapiteaux.

Le bras nord du transept est surmonté d’une voûte en berceau en pierres. Il communique avec la chapelle nord par une arcade en arc brisé. Le bras nord du transept donne sur la croisée du transept et sur le bas-côté nord par un arc brisé. Une porte, en face est, à linteau droit, mène au débarras. La chapelle nord est couverte en voûte à arc brisé.

La croisée du transept est surmontée d’une voûte à croisée d’ogives. Elle donne sur la nef par un arc triomphal à arc brisé, et sur le chœur et les bras sud et nord du transept par un arc brisé lui-aussi.

Le chœur forme abside. Il est surmonté d’une voûte à croisée d’ogives à 8 quartiers reposant sur des colonnettes à chapiteaux ou sur des culots, au centre.

Le bras sud du transept est surmonté d’une voûte à arc brisé en pierres. Il communique avec la sacristie par une arcade en arc brisé. Le bras sud du transept donne sur la croisée du transept et sur le bas-côté sud par un arc brisé. Une porte à linteau droit mène au clocher depuis la face est de ce bras sud.

Le bas-côté nord est couvert de quatre croisées d’ogives reposant sur des colonnes à base moulurée sans chapiteaux. La sacristie est couverte de deux croisées d’ogives sans colonnes ni chapiteaux. Le débarras est recouvert d’un plafond en dalle de béton nervurée. Il est plus bas que l’église de 6 marches. Son sol est revêtu d’une chape.

Vocables Sainte-Macre
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Fismes-Montagne de Reims
Adresse Commune : Fismes
Adresse : place de l'église
Cadastre : 2014 AK 124

L'église de Sainte-Macre remonte au 11e siècle : base du clocher et piles de la croisée, chevet plat cistercien. Les voûtes de la nef sont des reprises du 13e siècle. Au 16e siècle les collatéraux de la nef sont élargis, les voûtes sont couvertes de toitures à longs pans perpendiculaires au vaisseau central. La chapelle faisant office de sacristie est construite en 1615. C'est au 18e siècle que sont construits la couverture terminée par un lanterneau du clocher et le porche de plan rectangulaire au-devant de la façade ouest. Ce porche est modifié au 19e siècle pour un style néo-flamboyant, avec un toit terrasse. Au même moment, le pendant de la sacristie servant de chaufferie est ajouté au nord du chevet.

Les bombardements de 1918 endommagent considérablement l'édifice. Les travaux de remise en état sont exécutés de 1920 à 1925 sans la reconstruction du porche, totalement dévasté. C'est au cours de cette campagne qu'est construite la tribune en béton armé. Mais la 2e guerre mondiale réduit à nouveau l'église Sainte-Macre en ruines.

Les travaux sous la direction de B. Haubold ont lieu dans les années 1940 et concernent les vaisseaux de la nef, le transept, le clocher, sacristie et annexe. Paul Pillet obtient l'autorisation de faire les travaux du clocher, reconstruit dans sa forme du 18e siècle. Les travaux sont enfin totalement achevés en 1970.

Période(s) Principale : 11e siècle, 13e siècle, 16e siècle, 18e siècle , daté par travaux historiques, daté par source
Secondaire : 19e siècle , daté par travaux historiques, daté par source
Secondaire : 20e siècle , daté par source
Dates 1925, daté par source
1940, daté par source
Auteur(s) Auteur : Haubold Bernard
Bernard Haubold (1875 - )

TITRES ET FONCTIONS

Il est nommé sur titre Architecte en chef des Monuments historiques (1907-1941), chargé des Côtes-du-Nord (à l’exception de la Cathédrale de St-Brieuc attribuée en 1908) puis. en 1913, du Finistère tandis que Malençon le supplée pour le département des Côtes-du-Nord durant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il est chargé de la Loire-Atlantique (à l’exception de la Cathédrale de Nantes attribuée en 1920), de l’Yonne (1919-1940), des arrondissements d’Épernay et de Reims à l’exception des édifices religieux et de l’archevêché (1921), du Mont-St-Michel (1929-1933), de la direction des travaux des édifices de la Marne pour les arrondissements de Châlons-sur-Marne et Vitry-le-François (1933), à l’exception de l’église d’Ambrières obtenue en 1936, de la Côte-d’Or (1936), des édifices de la Ville d’Arras (1939) et la Marne (1940).

PRINCIPAUX OUVRAGES

La chapelle de Port-Blanc à Penrosan, l’église de Plestin-les-Grèves, la chapelle St-Gonezy à Plougrescant.

(source : La Compagnie des architectes en chef des monuments historiques)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Pillet Paul,
Paul Pillet (1903 - 1987)

Architecte en chef des Monuments historiques. Ecole des Beaux-arts, école des Travaux publics, Collaborateur de Levêque et Lotte (1929-1939). Concours de 1938-1939. Il est chargé de la Haute-Garonne, du Tarn-et-Garonne, du Lot, puis de l'Est (Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Marne).

Après sa retraite en 1968, il est maintenu dans ses fonctions pour l'édification du musée du Cloître de Notre-Dame-en-Vaux à Châlons-sur-Marne et la restauration de l'ancienne abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source

L'église s'élève à l'extrémité d'une place, en bordure des anciens remparts. Elle se développe d'ouest en est selon un plan allongé comprenant une nef à trois vaisseaux, un transept surmonté d'un clocher avec toit à l'impériale et lanternon, un chevet plat avec deux chapelles latérales servant l'une de sacristie, l'autre de chaufferie. La construction est en pierre de Courville, les toitures couvertes de tuiles plates et d'ardoise pour le clocher.

Murs calcaire grand appareil
calcaire moellon enduit
Toit tuile plate, ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
voûte en berceau brisé
plafond
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
pignon découvert
croupe polygonale
toit à l'impériale
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations ornement architectural, pinacle, arc ornement figuré, tête humaine ornement végétal, feuille, fleur
Précision représentations

Extérieure

Le pignon découvert de la façade ouest est surmonté d'une croix faîtière ; ses rampants sont bordés de pseudo bandes lombardes. Le portail sud, en anse de panier orné de feuillage, est surmonté d'un gable en accolade et flanqué de deux pinacles à crochets. Les voussures retombent sur des culots à feuillages. L'oculus au-dessus est à remplage flamboyant. Au nord, la façade ouest du bas-côté est éclairé par une baie en arc brisé à trois lancettes surmontées d'un remplage flamboyant. Le portail central est en anse de panier, surmonté d'une arcature à trois voussures en plein cintre retombant sur des chapiteaux à feuillages reposant chacune sur une colonne lisse.

Au bras nord du transept, des bandes lombardes reposant sur des modillons court le long de la partie supérieure du mur est. Le mur nord est éclairé par une baie en arc brisé à quatre lancettes à remplage flamboyant.

Le chevet est orné en partie supérieure nord et sud d'une frise de modillons moulurés. Le clocher est surmonté d’une croix et d’un coq en fer forgé.

Intérieure

La nef : la croisée d’ogives de la 4ème travée repose sur des culots à motif de tête humaine. Le bas-côté nord : la clef de voûte de la 1ère et la 2ème travée sont à motif floral, celle de la 3ème travée à têtes humaines et fleur, et celle de la 4ème travée est ronde.

La croisée du transept : la clef de voûte de sa croisée d’ogives est ronde, et les ogives reposent sur des chapiteaux soit à feuillages, soit moulurés et des colonnettes à base moulurée. L’arc qui donne sur le chœur repose sur des culots soit à feuillages, soit moulurés. L’arc du bras sud du transept ouvrant sur la croisée du transept repose sur des chapiteaux à feuillages. Dans le bas-côté sud et la sacristie, les clefs de voûte sont à motif floral.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1919/11/18
Précisions sur la protection

Classée en totalité par arrêté du 11 août 1919.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série G : G 257. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de Fismes. (1587-1790).

    Archives départementales de la Marne, Reims : G 257
  • AD Marne. Série J : 7 J 22. Enquêtes paroissiales. Renseignement divers sur les paroisses et les paroissiens. (1825-1840).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 22
  • AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 25
  • Archives Départemantales de la Marne, Reims. Série J : 7 J 133. Histoire des villages du diocèse (Verzenay, Taissy, district de Ville-en-Tardenois, Courville). (1788-1933).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 7 J 133
  • AD Marne. Série J : 8 J 81. Fonds du chanoine Thibault, de Reims. Cahiers de notes pour l'histoire de Fismes. (1612-1955).

    Archives départementales de la Marne, Reims : 8 J 81
  • AD Marne. Série O : 2 O 1954. Dossier de l'église. (1837-1935).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 1954
  • MAP. 0081/051/0126/01. Réparation des dommage de guerre (1920 et 1940-1941) ; Restauration et entretien de l'édifice. (1920-1941).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0081/051/0126/01
  • MAP. 0081/051/0069. Réparation des dommages de guerre : reconstruction du clocher (1956), réparation du choeur et du transept (1960). (1956-1960).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0081/051/0069
  • MAP. 1993/007/0027/03. Dossier travaux, notes. Etude préalable, état sanitaire, urgence. (1950-1993).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 1993/007/0027/03
  • MAP. ETU/0108. Restauration générale. (1991/06).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : ETU/0108
  • Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne. Sans cote. Dossiers des communes avec édifice protégé : éléments administratifs et suivis de travaux anciens. (1956-2015).

    Unité départementale de l'architecture et du patrimoine, Marne : sans cote
  • A Evêché, Reims. 28.3.5.2. Fismes : inventaires du mobiliers de l'église. (1864-1905).

    Archives Evêché, Reims : 28.3.5.2
  • A Évêché, Reims. Carton 19.2.6.2. Fismes : visites canoniques, inventaires du mobiliers de l'église. (1869-1926).

    Archives Evêché, Reims : Carton 19.2.6.2
  • A Evêché, Reims. 19.2.6.9. Visites canoniques.

    Archives Evêché, Reims : 19.2.6.9
  • A Evêché, Reims. 19.3.7. Travaux Divers (1835).

    Archives Evêché, Reims : 19.3.7
Documents figurés
  • Plan actuel par Leblan (1876) / Leblan [s. d.]. 1 dess. : en n. Phot. inv. Jacques Philippot (reproduction). 1 photogr. pos. : n. et b. (MAP ; SRI. Classeur vert).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : Classeur vert
  • Plan primitif par Leblan (1876) / Leblan [1876]. 1 dess. : en n. Phot. inv. Jacques Philippot (reproduction). 1 photogr. pos. : n. et b. (MAP ; SRI. Classeur vert).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : Classeur vert
  • Plan de l'état actuel / [s. n.]. [s. d.].1 : 100. Papier ; Lavis, encre, tirage. (MAP. 0082/051/2008/47501).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/2008/47501
  • Plans de l'État actuel et primitif / Leblan. 1876/05. 1 : 100. Papier ; Lavis, encre, tirage. (MAP. 082/051/2008/4797).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/2008/4797
  • Plan / Paul Pillet. 1949/06/22. 1 : 100. Papier ; Encre, crayon couleur, tirage. (MAP. 0082/051/2008/31715).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/2008/31715
  • Clocher : Élévation / Paul Pillet. 1 : 50. 18956/02/23. Papier ; Tirage. (MAP. 0082/051/1009/31717).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/1009/31717
  • Campanile : Élévation, coupes / Paul Pillet. [s. d.]. Sans échelle. Papier ; Tirage. (MAP. 0082/051/1009/031716b).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/1009/031716b
  • Campanile : Élévation, coupes / Paul Pillet. [s. d.].Sans échelle. Papier ; Tirage. (MAP. 0082/051/1009/031716a).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/1009/031716a
  • Plan des toitures, relevé de l'état des lieux / Jean-Pierre Jouve. 1989/09/22. 1 : 100. Calque ; Encre. (MAP. 82/051/1009/75104).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/1009/75104
  • Plan de l'édifice, plan de situation / Jean-Pierre Jouve. 1989/09/22. 1 : 100. Calque ; Encre. (MAP. 082/051/1009/75103).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/1009/75103
  • Détails des corniches, de l'abside et du transept / Leblan. 05/1876. 1 : 100. Papier ; lavis, encre, tirage. (MAP 0082/051/2008/47505).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/2008/47505
  • Plan au niveau du comble de la grande nef, détail de la partie haute de la grande nef, coupe / Leblan. 05/1876. 1 : 100. (MAP. 0082/051/2008/47504).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/2008/47504
  • Coupes des arcatures, élévation de l'abside, élévation du portail / Leblan. 1876/05. 1 : 100. Papier ; Lavis, encre, tirage. (MAP. 0082/051/2008/47502).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/2008/47502
  • Elevation du portail et de l'abside par Leblan (1876) / Leblan. [1876]. 1 dess. : en n. Phot. inv. Jacques Philippot (reproduction). 1 photogr. pos. : n. et b. (MAP ; SRI. Classeur vert).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : SRI. Classeur vert
  • Eglise de Fismes : inscriptions / Abbé Alfred Chevallier. [s. d.]. 7 dess. : en n. Phot. inv. Jacques Philippot (reproduction). 3 photogr. pos. : n. et b. (BM Reims. RES CHG 13 ; SRI. Classeur vert).

    Bibliothèque municipale Carnegie, Reims : RES CHG 13
  • Orgue. Vue d'ensemble / J. Philippot. 1992. 1 photogr. pos. n. et b. (SRI. 92510736X).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : 92510736X
  • Vue intérieure de la nef endommagée par A. Ventre (1915) / André Ventre. [1915]. 1 dess. : en n. Phot. inv. Jacques Philippot (reproduction). 1 photogr. pos. : n. et b. (MAP ; SRI. Classeur vert).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : Classeur vert
  • Eglise paroissiale Saint-Macre. Ensemble sud-ouest en 1937 / Henri Deneux. 1937. 1 photogr. pos. : n. et b. (MAP. DNX-2321).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : DNX-2321
  • Eglise paroissiale Saint-Macre. Ensemble vu de l'est en 1937 / Henri Deneux. 1937. 1 photogr. pos. : n. et b. (MAP. DNX-2322).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : DNX-2322
  • Vue perspective sur l'intérieur des ruines / [s. n.]. Sans échelle. [s. d.]. Papier ; Tirage. (MAP. 0082/051/1009/4799).

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : 0082/051/1009/4799
  • L'église, 1960-61 [vue aérienne] / Henrard. 1960-1961. 1 photogr. pos. : n. et b. (SRI. 85.51.90.NB).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : 85.51.90.NB
Bibliographie
  • DELPY, Jacqueline. L'église Sainte-Macre de Fismes. Fismes : Saintives,1970.

  • DRICOT, Michel. La Paroisse de FIsmes, 1787-1799. La Tourmente révolutionnaire. Fismes : chez l'auteur, [s.d.].

  • ENAULT, Claude. Images de Fismes. Bilder aus Fismes. Bad Deynhausen : Westfalia Druckerei, 1992. Texte français et trad. allemande en regard. 95 p.

  • VALENTIN, Abbé. Notice historique et descriptive sur les monuments civils et religieux du canton de Fismes. Reims, 1866.

Périodiques
  • MOYAT, Alain. Saint-Macre à Fismes plusieurs fois martyrisée, toujours relevée. L'Union, 12 juillet 1996.

(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil général de la Marne - Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen, membre du groupement Art2 Conseil composé de Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est co-traitante du groupement composé de Elisabeth Dandel, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Robin-Clerc Michèle
Michèle Robin-Clerc

Architecte, Michèle Robin-Clerc intervient en sous-traitance de l'équipe constituée par Art2 Conseil pour la mission de recensement du patrimoine des églises et de leurs objets mobiliers du département de la Marne, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims, 2015-2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.