Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble d'industrie extractive des ardoisières de Fumay

Dossier IA08000193 réalisé en 2007

Fiche

Appellations Ardoisières de Fumay
Parties constituantes non étudiées bureau, atelier
Dénominations ardoisière
Aire d'étude et canton Ardennes - Revin
Adresse Commune : Fumay
Lieu-dit : Moulin Sainte-Anne, Saint-Joseph, Saint-Gilbert
Cadastre : 1982 AP 247 ; AI 218 à 223

Les traces documentaires les plus anciennes concernant l´exploitation de l´ardoise à Fumay datent du 12e siècle. Activité constante, elle reste cependant rythmée par les conflits frontaliers jusqu´à la fin du 17e siècle où les fosses les plus importantes pour cette période se développent. La Révolution, la politique douanière des Pays-Bas après 1823, principal débouché, stoppent une grande partie de l´activité dont la reprise d´ une croissance effective n´est relevée qu´après 1835. Production forte sur la totalité du 19e siècle, une mévente s´installe avec les dernières années du 19e siècle et la Première Guerre mondiale paralyse l´activité. Si la période de reconstruction puis l´ouverture de marchés en direction de l´Angleterre dynamisent le bassin, le fléchissement de la demande en ardoise, pressentie dès 1925 s´accentue en 1928. La crise économique des années 1930 et les conséquences liées à la dévaluation de la livre sterling entraînent la faillite de trois exploitations sur les cinq existantes, voient le nombre d´ouvriers se réduire de 860 ouvriers en 1928 à 150 en 1938. Après la Seconde Guerre mondiale, malgré une diversification de la production, les deux seules exploitations en activité et rachetées par la Société des Ardoisières Réunies de Rimogne en 1965, sont contraintes à la fermeture en 1971. On a dénombré jusqu´à 300 fosses existantes sur la totalité des bassins. L´inventaire concerne les ardoisières présentant au moment de l´enquête un bâti encore existant, témoignant de l´activité ancienne. Les trois sites étudiés sont l´ardoisière Saint-Joseph, l´ardoisière du Moulin Sainte-Anne et l´ardoisière Saint-Gilbert.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

L´ardoise est extraite sur deux veines principales de l´assise de Deville (veines Renaissance et Sainte-Anne), de manière mineure dans les schistes noirs de l´assise de Revin, toutes deux subdivisions locales du Cambrien. Le bassin ancien, antérieur à 1800, se localise principalement dans l´enceinte de la ville, les seules exploitations situées à l´extérieur concernant le secteur de l´ardoisière Sainte-Anne (lieu-dit Divers-Monts) et l´entrée de la ville (Terne de la Haye, Faubourg du Pied Selle). Bien que l´on relève, mais sans plus de précisions, des traces d´exploration dans les bois de Fumay, ces sites ne connaîtront pas une exploitation réelle avant le milieu (Saint-Gilbert) voire la fin du 19e siècle (ardoisière Baccara). Sauf pour l´ardoisière de Saint-Joseph en rive droite de la Meuse, l´ensemble de ce bassin ardoisier des 19e et 20e siècles suit deux lignes repères que sont le ruisseau de l´Alyse et la route nationale 51 en direction de Rocroi.

Statut de la propriété propriété privée