Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Symphorien de Witry-lès-Reims

Ensemble de verrières du chœur : verrières hagiographiques (baies n°100 à 102)

Dossier IM51002566 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations verrière
Titres La Crucifixion
Le martyre de saint Symphorien
Le martyre des Maccabbées
Aire d'étude et canton Marne - Bourgogne
Adresse Commune : Witry-lès-Reims
Lieu-dit : Adresse : place de l'église
Cadastre : 2014 AB 01 135
Emplacement dans l'édifice abside du chœur

Les trois vitraux ont été réalisés par l'atelier de peintre-verrier rémois de Troeyer en 1963, signés Veuve et Mesdemoiselles de Troeyer.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , porte la date
Dates 1963, porte la date
Stade de création pièce unique de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Reims
Édifice ou site : Atelier Veuve et Mesdemoiselles De Troeyer
Auteur(s) Auteur : De Troeyer (atelier),
De Troeyer (atelier)

Léopold-Alphonse De Troeyer (Bruxelles, 12 août 1861 ; Reims, 28 août 1930) s'installe comme peintre verrier à Santiago du Chili avant 1897, en particulier pour réaliser des verrières de centres commerciaux. Lors de soirées et rencontres organisées par les immigrés belges, il fait la connaissance de Louise-Augustine Dumont (Namur, 3 mai 1872 ; Reims, 27 janvier 1955) qu'il épouse. Le couple s'installe à Reims (58, rue Belin) dans les années 1920. Léopold travaille avec ses filles puisqu'en 1927, on trouve sur un vitrail de Muizon (51) portant la signature : L. DE TROEYER et Mlles. Au décès de son époux en 1930, Louise-Augustine poursuit l'activité de son mari avec ses quatre filles sous la raison sociale Vve Léopold et Mlles De Troeyer (en-tête lettre 1934) ou Mme et Mlles De Troeyer (papier à en-tête, vers 1940-1950, signature de nombreuses verrières) :

1. Louise (Santiago, 25 février 1897 ; Sedan, 18 novembre 1975). Travaille comme peintre verrier jusqu'à son mariage avec Gaston Lefer, vers 1940.

2. Paula (Santiago, 18 août 1899 ; Reims, 3 septembre 1961), célibataire.

3. Berthe (Santiago, 2 novembre 1901 ; Sedan, 8 février 1980), célibataire.

4. Marie (Santiago, 16 septembre 1904 ; Reims, 6 août 1992), célibataire.

L'atelier déménage au 4, rue d'Anjou à Reims, dans une grande maison, vers 1940-1945. La véranda sert d'atelier, les fours et le stockage du matériel sont au sous-sol.

Après le décès de leur mère en 1955, les trois filles poursuivent l'activité. Paula est le chef. Elle découpe le verre, mastique les vitraux, s'occupe des gros travaux. Berthe peint et conçoit les maquettes. Marie monte les vitraux, découpe le plomb et soude.

L'atelier fabrique également des chemins de croix, sans doute en céramique (papier à en-tête vers 1940-1950). Vers 1960, il développe une fabrication d'objets de souvenirs de Reims.

Paula meurt en 1961. Berthe et Marie poursuivent seules l'activité. En 1969-1970, ne pouvant plus assumer les charges de leur demeure-atelier, elles déménagent à Sedan et installent l'atelier dans une salle paroissiale prêtée par le curé Gillet. La production continue a minima et cesse à la mort de Berthe en 1980.

Notice réalisée d'après des documents réunis par Denis Clémentz, filleul de Paula De Troeyer, 2019


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, signature

Verres colorés mis en plomb assemblés sur barlotières et retenus par des tringles, protégés par des grillages extérieurs.

Catégories vitrail
Structures en plein cintre
Matériaux verre translucide, en plusieurs éléments, peint
plomb, en plusieurs éléments, réseau, (?)
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies Crucifixion, scène biblique
Vierge, scène biblique
colombe
Les dés à jouer
soleil
lune
saint Symphorien
martyre des sept frères Maccabée, scène biblique
Précision représentations

La baie d'axe (n°100) représente la Crucifixion : à gauche de la composition, la Vierge se tient debout, le visage auréolé levé vers son fils. Le Christ est sur la croix, la tête fortement penchée vers l'avant, les yeux clos. A gauche un croissant de Lune et à droite un Soleil, symbolisant l'alpha et l'omega. Au pied de la croix sont jetés les dés lancés par les soldats romains pour se partager le manteau du Christ. Sur le bras supérieur de la croix est affiché le titulus "INRI" et en haut à gauche une colombe vient recueillir l'âme du Christ.

Saint Symphorien occupe la baie au nord (n° 101). Refusant d'honorer les idoles de Rome, saint Symphorien est condamné à mort par le glaive. Les mains liées par une cordelette, jointes en prière, il se retourne vers sa mère, qui lui annonce que sa gloire est proche. Le glaive est représenté en haut à droite.

La baie située au sud (n°102) illustre le martyre des Maccabées. Au centre de la composition se dresse debout la mère, qui exhorte ses sept fils (dont 4 sont représentés) à garder leur foi, désignant le ciel de sa main droite levée vers une gloire. A ses pieds, les fils sont agenouillés dont un le visage contre terre. De lourdes chaînes entravent leurs mains.

Les trois verrières s'associent dans une thématique commune : celui de la mère assistant au sacrifice de ses enfants, mais voyant la gloire les attendre dans le royaume des cieux. Après deux guerres mondiales dans une région fortement touchée, c'est une thématique courante, visant à rassurer les veuves et les mères des victimes des guerres.

Inscriptions & marques inscription concernant l'iconographie, sur l'oeuvre, peint, français, d'origine
signature, sur l'oeuvre, peint, français, d'origine
date, sur l'oeuvre, d'origine, peint
inscription concernant le lieu d'exécution, sur l'oeuvre, d'origine, peint
Précision inscriptions

Baie 101 : en bas à gauche, transcription : ST/SYMPHORIEN. En bas à droite, signature : MLLES / DE TROEYER / REIMS 1963 (?).

Baie 102 : à gauche en bandeau, transcription : MACCHABEES (sic).

États conservations bon état
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
(c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général (c) Région Champagne-Ardenne - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil départemental de la Marne (c) Conseil départemental de la Marne - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.