Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Etablissement de vins de champagne Lochet-Duchainet, puis Chanoine, puis Piper, puis Salmon, puis Veuve A. Devaux, actuellement Perrier-Jouët

Dossier IA51000381 inclus dans Généralités réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination établissement de vins de champagne
Appellations dit établissement vinicole Lochet-Duchainet, puis Chanoine, puis Piper, puis Salmon, puis Veuve A. Devaux, actuellement Perrier-Jouët
Parties constituantes non étudiées cour, cuvage, portail
Dénominations établissement vinicole
Aire d'étude et canton Marne - Épernay 2
Hydrographies Marne la
Adresse Commune : Épernay
Adresse : 26, 28 avenue de Champagne
Cadastre : 1831 D2 486, 488, 489 ; 2010 BH 156, 157

Cet établissement remonte au troisième quart du 18e siècle : il est évoqué en 1778 par Denis dans ''Le conducteur français''. Des lambris à dessin chantourné, conservés dans le logis, confirment cette date. En 1791, il appartient à Jean-Pierre-Louis Lochet, dit Lochet-Duchainet, l'un des principaux négociants en vin de cette époque à Epernay, qui fut élu procureur de la commune en 1791, puis maire l'année suivante. Sous le Premier Empire, il fit refaire le décor intérieur (aigle sur le trumeau de la cheminée du grand salon), ajouter une aile en fond de cour, comportant un second logement et des celliers à l'arrière, puis construire le portail sur l'avenue. En 1825, la propriété est achetée par Jean-Louis Chanoine qui la revend en 1853 au négociant rémois Henri-Guillaume Piper. Ce dernier fit élever, avant 1858, de vastes celliers à l'emplacement du grand jardin. A sa mort, en 1870, il légua sa maison de commerce à sa fille et en confia la gestion à Jacques-Charles-Théodore Kunkelmann, lequel fit élever, en 1874, dans l'ancien petit jardin (n° 26) un cellier de plan en équerre, terminé sur la rue par un pavillon d'habitation. Ensuite achetée par la fille d'Eugène Mercier, Marie Salmon, puis occupée par la maison de champagne Veuve A. Devaux, la propriété est acquise, vers 1927, par la maison Perrier-Jouët qui la possède encore à la fin des années 2000.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1874, daté par source

Les immeubles sont implantés ''entre cour et jardin'' comme traditionnellement sur l'avenue de Champagne. L'ensemble est composé d'une aile perpendiculaire à la rue (en maçonnerie enduite, chaines et encadrements en brique), du corps principal (en brique) en fond de cour, et d'une aile en retour d'équerre à l'arrière. Les deux ailes sur cour sont à un étage carré et toitures à longs pans en ardoise percées de petites lucarnes en oeil-de-boeuf. La cour pavée est fermée côté rue par une grille en fer forgé avec portail à l'égyptienne (piliers à avancées pyramidales couronnés de sphinx).

Murs brique
enduit
maçonnerie
Toit ardoise
Plans plan régulier en L
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier intérieur, escalier tournant, en maçonnerie
États conservations bon état
Techniques ferronnerie
sculpture
céramique
Représentations sphinx
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • DUCOURET, Bernard. Epernay, Cité du champagne. Images du Patrimoine, n° 264, 2010.

    p. 46-49