Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Feins, grange de Clairvaux

Dossier IA52001054 réalisé en 2015

Fiche

Au début du XIIe siècle, Feins (ou Fins, 52- com. Silvarouvres) était un domaine du prieuré bénédictin de Laferté-sur-Aube (52) qui relevait de Saint-Oyend de Joux (ou Saint-Claude), possessionné de longue date dans la haute vallée de l’Aube, notamment à Silvarouvres. Clairvaux y reçut des prés en 1189 et 1198 mais le domaine se constitua surtout pendant la première moitié du XIIIe siècle, sur la base de nombreuses donations accumulées jusque vers 1270 (cf. carte du temporel ill. IVR21_20151000530NUCA). Il semble qu’un petit village se soit développé dans le même temps à côté de la grange (Vilain, 1998) ; l’un et l’autre furent détruits lors de la guerre de Cent-Ans et abandonnés jusqu’au XVIe siècle (ill. IVR21_20155200753NUCA). Sa proximité avec la ferme de Mathonvau, grange du prieuré de Laferté-sur-Aube, fut la cause de démêlés avec le prieur. Comme Blinfey (52- com. Beurville), Feins est située sur un plateau karstique dont les premières pentes n’occasionnent aucune source. L’approvisionnement en eau potable se fit donc par puits, complété d’une citerne citée lors des visites du XVIIe siècle. L’apparition tardive de ce domaine dans le temporel, sa désertion prolongée et les résistances bénédictines à son développement ne lui auront pas permis d’atteindre la dimension des grandes granges claravalliennes. Sa vente comme bien national en 1791 approcha 32000 £, somme un peu supérieure à celle des petites exploitations modernes comme le Val-l’Hermite.

Genre de bénédictins, de cisterciens
Appellations Feins, Fins
Destinations grange monastique, ferme
Parties constituantes non étudiées ferme
Dénominations grange monastique
Aire d'étude et canton Châteauvillain
Adresse Commune : Silvarouvres
Lieu-dit : Ferme de Fins
Cadastre : 1988 B3 184

Au début du XIIe siècle, Feins (ou Fins, 52- com. Silvarouvres) était un domaine du prieuré bénédictin de Laferté-sur-Aube (52) qui relevait de Saint-Oyend de Joux (ou Saint-Claude), possessionné de longue date dans la haute vallée de l’Aube, notamment à Silvarouvres. Clairvaux y reçut des prés en 1189 et 1198 mais le domaine se constitua surtout pendant la première moitié du XIIIe siècle, sur la base de nombreuses donations accumulées jusque vers 1270 (cf. carte du temporel ill. IVR21_20151000530NUCA). Il semble qu’un petit village se soit développé dans le même temps à côté de la grange (Vilain, 1998) ; l’un et l’autre furent détruits lors de la guerre de Cent-Ans et abandonnés jusqu’au XVIe siècle (ill. IVR21_20155200753NUCA). Sa proximité avec la ferme de Mathonvau, grange du prieuré de Laferté-sur-Aube, fut la cause de démêlés avec le prieur. Comme Blinfey (52- com. Beurville), Feins est située sur un plateau karstique dont les premières pentes n’occasionnent aucune source. L’approvisionnement en eau potable se fit donc par puits, complété d’une citerne citée lors des visites du XVIIe siècle. L’apparition tardive de ce domaine dans le temporel, sa désertion prolongée et les résistances bénédictines à son développement ne lui auront pas permis d’atteindre la dimension des grandes granges claravalliennes. Sa vente comme bien national en 1791 approcha 32000 £, somme un peu supérieure à celle des petites exploitations modernes comme le Val-l’Hermite.

Période(s) Principale : 19e siècle , (?)
(c) Région Grand Est - Inventaire général (c) Région Grand Est - Inventaire général - WISSENBERG Christophe
Christophe WISSENBERG

Christophe WISSENBERG


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.