Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Filature de laine Neuflize, puis Bellot, puis Collière, puis Cartier, puis Lombard, actuellement usine Textile Synthétique Cardé

Dossier IA08000311 réalisé en 2007

Fiche

  • Vue de la cheminée
    Vue de la cheminée
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bassin de retenue
    • cheminée d'usine
    • bureau
    • transformateur
Précision dénomination filature de laine
Appellations Filature Neuflize puis Bellot puis Collière puis Cartier puis Lombard actuellement usine Textile Synthétique Cardé
Destinations usine textile
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bassin de retenue, cheminée d'usine, bureau, transformateur
Dénominations filature
Aire d'étude et canton Ardennes - Vouziers
Hydrographies Ennemane l'
Adresse Commune : Angecourt
Adresse : 15 rue du Château
Cadastre : 1997 AH 448, 462, 463, 464, 469 ; AC 39, 40

André Poupart de Neuflize (1784-1836) achète le château d´Angecourt en 1809 et installe une filature de laine dans une des ailes du bâtiment actuellement détruite. La première vraie filature sera construite peu après à l'emplacement d'un vieux moulin sur la rivière d'Ennemane. Après la faillite de Poupart de Neuflize, la filature passe en 1830 aux mains de Charles Bellot (1777-1852), puis Nicolas Oscar Collière (1816-1883) son neveu, et finalement à la famille Cartier en 1899, qui maintient l´activité jusqu´en 1966. Outre la société TSC (Textile Synthétique Cardé), le site abrite également aujourd'hui un atelier d'artisan, Art et Pierre, et les véhicules militaires américains de l'association Ardennes 44. L´arrivée du chemin de fer dans la vallée en 1872 pourrait être à l´origine de la construction de la majeure partie des bâtiments visibles actuellement. En 1934 un incendie ravage la partie centrale du site ce qui entraîne sa reconstruction.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle , (?)
Principale : 2e quart 20e siècle

Les bâtiments de production sont à toitures en shed à charpente métallique à treillis rivetée couverts de tuile mécanique. Les murs sont en moellon calcaire et chaque pignon est percé d´un oculus. La partie orientale du site est couverte d´un bardage métallique masquant les bâtiments sur toute leur hauteur. La cheminée d´usine dont la hauteur actuelle est moindre (37 mètres à l'origine), est flanquée d´un transformateur électrique. Ils jouxtent l´étang de retenue.

Murs calcaire
essentage de tôle
moellon
Toit tuile mécanique, ardoise
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements charpente métallique apparente
Couvertures toit à longs pans
shed
Énergies énergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place

États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20090803135NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Angecourt.

    20090803151NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Angecourt 4.

Références documentaires