Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Filature et tissage de laine Paté, puis Industrie Textile de Neuflize, puis Société d'Exploitation Textile, actuellement salle des fêtes, école et entrepôt communal

Dossier IA08000490 réalisé en 2009

Fiche

Précision dénomination filature de laine
tissage de laine
Appellations filature et tissage de laine Paté, puis Industrie Textile de Neuflize, puis Société d'Exploitation Textile
Destinations salle des fêtes, école, entrepôt communal
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, logement de contremaître, cité ouvrière, logement patronal
Dénominations filature, tissage
Aire d'étude et canton Ardennes - Château-Porcien
Hydrographies Retourne la
Adresse Commune : Neuflize
Adresse : 1 à 5 route Frédéric-Paté , R.D. 925
Cadastre : 1986 AE 173 à 211, 92 à 95

Une première usine textile est créée à Neuflize dans le courant du 18e siècle par le baron Vaucque-Leroy. Elle est rachetée en 1768 par Jean- Abraham I Poupart, directeur de la manufacture royale de Sedan depuis 1756 et maire de Sedan. L'usine reste entre les mains des Poupart de Neuflize jusqu'en 1836, date de la mort du fils Jean-Abraham II et de la ruine de la famille. L'industrie textile disparaît alors de Neuflize jusqu'en 1860, date à laquelle une famille d'agriculteurs du Ménil Lépinois (sud de Neuflize), la famille Paté, relance l'activité. Une nouvelle usine comprenant un tissage et une filature est construite en 1868. La production s'oriente vers les tissus mérinos et cachemires. A partir de 1900 elle se spécialise dans la mousseline et le satin, essentiellement destinés à l'exportation lointaine (Perse, Egypte, Inde). La guerre interrompt la production. La cheminée (détruite) est reconstruite en 1923, en béton armé selon la technique Caquot. En 1936 l'usine passe à la famille Konn, de Vienne (69), puis en 1946 aux Lepoutre de Roubaix (59) ; ces derniers créent l'Industrie Textile de Neuflize, qui fabrique du tissu de laine cardée et peignée (filature et tissage). Ces produits sont de plus en plus concurrencés par les matières synthétiques, aussi la faillite est-elle prononcée en 1975. Pour sauver leurs emplois les salariés créent alors une société ouvrière, la SET (Société d'Exploitation Textile). Malgré la solidarité qu'elle suscite, elle doit elle aussi déposer son bilan, dès 1977. La commune rachète le quartier ouvriers attenant en 1986, puis les bâtiments de l'usine, dont une partie est réhabilitée en école et salle des fêtes (salle Emile Lescieux). L'usine occupa jusqu'à 300 ouvriers vers 1875, 64 en 1883, 120 après la Première Guerre mondiale, et 80 après la Seconde Guerre mondiale.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle , (détruit)
Dates 1868, daté par travaux historiques

Deux bâtiments principaux subsistent sur le site : l'ancienne filature (salle Emile Lescieux) et l'atelier de stoppage et piqûrage, reliés auparavant par une passerelle. L'ancienne filature est amputée de son dernier étage (le toit était à sheds, aujourd'hui en pavillon), ainsi que des ateliers, chaufferie et cheminée (dite le cigare) qui se trouvaient sur l'arrière. La construction est ornementée (motifs végétaux). Elle est majoritairement en pierre de taille sur la rue (parement en brique à l'étage), et en brique et pierre pour les autres faces. Les planchers portent sur des poteaux métalliques. Le rez-de-chaussée accueillait les activités de filature et la préparation des laines, le premier étage le tissage ; le second et dernier étage (disparu) était dédié au stockage. L'atelier de stoppage et piqûrage (désaffecté), laisse plus de place à la brique mais porte un décor plus riche et d´inspiration classique à base de chapiteaux corinthiens et composites, colonnes cannelées, frontons triangulaires, acrotères, et denticules. L'intérieur comporte une entrée axiale monumentale (chartil) aujourd'hui refendue d'un plancher. Sur les quatre alignements initiaux de maisons ouvrières, en brique et enduit, deux seulement ont été conservés. En fond de parcelle se trouvent le logement patronal et en face celui du directeur technique ; plus vastes, elles sont à toit en pavillon et laissent une place à la pierre. Une turbine hydraulique située proche du château détruit produisait de l'électricité pour le village et assurait une partie des besoins de l'usine. Le reste de l'énergie nécessaire était produit par la combustion du coke.

Murs brique
calcaire
enduit
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés
Couvrements charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
produite sur place
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré
Techniques sculpture
Représentations feuillage laurier ordre corinthien ordre composite denticule enroulement
Précision représentations

Décor à base d'ornements végétaux et inspirés de végétaux sur les façades sur rue des deux bâtiments principaux.

Ensemble particulièrement monumental. Mairie de Neuflize, 23 rue Jean-Abraham Poupart, 08 300 Neuflize. 03 24 38 91 57.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables atelier de fabrication, cité ouvrière, logement patronal

Annexes

  • 20090802157NUCA : Mairie de Neuflize

    20090802158NUCA : Mairie de Neuflize

    20090802159NUCA : Mairie de Neuflize

    20090802160NUCA : Mairie de Neuflize

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN, F12 4483, Situation industrielle, 3e trim 1883.

  • AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949.

  • AD, 7S 182, n°1 : usines du baron de Neuflize (1824-1832) ; avec plans.

  • AD, 7S 182, n°2 : Prise d´eau dans la Retourne par les frères Pâte, filateurs à Neuflize, 1874.

  • Archives du Monde du Travail (Roubaix) : 44 AQ, fonds de Neuflize. Manufactures de draps de Sedan (non consulté).

Bibliographie
  • Dorel-Ferré, G. (dir.). Atlas du patrimoine industriel de Champagne-Ardenne. Les racines de la modernité. 2005.

  • CHEVRIER, D. Conservation du patrimoine : du concret à Neuflize. In Chez Nous : Ardennes, sept./oct. 2004.

    p. 11
  • GAYOT G. Dispersion et concentration de la draperie sedanaise au XVIIIsiècle : l'entreprise des Poupart de Neuflize. In Aux origines de la révolution industrielle : industrie rurale et fabriques. Lille : Revue du Nord, 1979, vol. 61, n° 240.

    p. 127-148