Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fonderie Blay-Collard, puis Ardennes Fonderies, puis usine de quincaillerie Gillet-Roquigny, actuellement usine de traitement de surface des métaux EAI

Dossier IA08000643 réalisé en 2007
Appellations fonderie Blay-Collard, puis Ardennes Fonderies, puis usine de quincaillerie Gillet-Roquigny, actuellement usine d'anodisation EAI
Destinations usine de traitement de surface des métaux
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau
Dénominations fonderie, usine de quincaillerie
Aire d'étude et canton Ardennes - Sedan 1
Adresse Commune : Vrigne-aux-Bois
Adresse : 6 rue Jean-Jacques-Rousseau
Cadastre : 2008 AD 571

Gabriel Blay crée en 1882 une fonderie de fonte malléable sous le nom de firme Blay-Collard. Son épouse, Marie Collard reprend l'entreprise en 1906 sous la raison sociale Fonderie Veuve Blay-Collard, jusqu'au déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'usine est transformée en écurie, dortoirs, infirmerie et prison par l'armée allemande, le matériel est emporté. L'activité reprend en 1920. La fonderie est reprise en 1922 par le fils et le gendre des fondateurs, Pierre Lucien Blay et Edmond Laurent pour devenir la fonderie Blay et Laurent. Longtemps restée familiale, l'usine prend la raison sociale Ardennes Fonderies qui continue la production d'objets fonte malléable. En 1962-63, le site est occupé par la société Gillet Roquigny, manufacture de quincaillerie, avec nouveaux fours à recuire installés en 1964. L'activité de fonderie de fonte malléable se prolonge jusqu'en 1978, année de la fermeture définitive. Le site est actuellement occupé par l'entreprise E.A.I spécialisée dans l'anodisation. La fonderie dans son état actuel est visible sur des documents anciens ; les bâtiments ajoutés au sud-est doivent dater dans les années 1920-30 et dernière extension au des années 1960. 59 personnes sont employées en 1942. L'usine Blay-Collard emploie 91 employés en 1923.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1882, daté par travaux historiques

La halle de fonderie primitive créée en 1882 donne sur la rue et compote des murs en pierre de taille en calcaire de Dom-le-Mesnil, un toit à longs pans à charpente en bois apparente couvert de ciment amiante. L'atelier est percé de demi baies en plein cintre, certaines sont obturées. Une extension en brique le prolonge, avec modénature de transitions verticales entre chaque travée. La charpente métallique apparente de cette extension est boulonnée. En retour d'angle, les bureaux, ont été reconstruits dans le prolongement de la grande halle. Perpendiculairement, à l'est, sont situés trois bâtiments en parpaing de béton et toit à longs pans à charpente métallique actuellement occupés par les bains d'anodisation.

Murs brique
béton
calcaire
parpaing de béton
pierre de taille
Toit tuile mécanique
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements charpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Couvertures toit à longs pans
lanterneau
Énergies énergie électrique
achetée

Blay et Laurent (ancien Blay-Collard), fonderie de fonte à vrigne aux bois ; 59 pers en 12 42.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20090804559NUCA : Collection particulière

    20090804570NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949.

Bibliographie
  • La Reconstitution des Régions dévastée, Le Monde Illustré, 65e année, tome huitième, Les Ardennes 1918-1922, Paris, 20 août 1922, p. 119.

  • BAILLY Ludovic. Vrigne-aux-Bois, Des tourbières aux cubilots, 1797-1957, Editions Sopaic.